Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Elections

La polémique enfle autour des urnes électroniques

Publié le 05/04/2007 • Par Delphine Gerbeau • dans : A la une, France

Alors que le PS a réclamé le 27 mars un moratoire sur l’utilisation des machines à voter électroniques, «en raison de l’absence de fiabilité de ces machines», le Conseil constitutionnel a répondu à la polémique en rappelant que «l’utilisation des machines à voter pour les élections, notamment présidentielles, est autorisée par le législateur depuis 1969. Ce recours aux machines à voter dans les conditions fixées par l’article L. 57-1 du Code électoral a été déclaré conforme à la Constitution par le Conseil constitutionnel.» Environ 1 ,5 millions d’électeurs, répartis sur 82 communes, voteront sur ces machines électroniques pour les élections présidentielles et législatives. De nombreux chercheurs et universitaires ont cependant alerté sur le caractère non vérifiable des données enregistrées par les machines, et donc des risques d’erreurs ou de fraudes. Du côté du ministère de l’Intérieur, on rappelle que depuis 2003, jamais aucun problème n’a été signalé, et que les machines répondent aux 114 exigences du règlement technique fixé par le ministère. Deux organismes indépendants, Veritas et Ceten-Apave, ont vérifié la conformité au règlement des trois modèles d’ordinateurs de vote utilisés en France (le néerlandais Nedap, l’espagnol Point & vote et l’américain iVotronic) pour lesquels le ministère a pris des arrêtés d’agrément. Les communes qui ont opté pour le vote électronique ont lancé des campagnes de communication auprès des citoyens pour les sensibiliser au nouveau système. La ville de Reims a par exemple installé des machines à voter dans dix lieux de la ville, et organisé une consultation sur l’embellissement floral de la ville, pour familiariser les rémois à ce nouveau vote. Du 26 au 30 mars dernier 4449 votants ont testé le dispositif, et le processus s’est déroulé sans problème. L’opération a été poursuivie une semaine supplémentaire.

Thèmes abordés

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

La polémique enfle autour des urnes électroniques

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X