Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Informatique

Hébergement des données informatiques : pluie de critiques sur le nuage breton

Publié le 04/12/2012 • Par Xavier Debontride • dans : Régions

Le conseil régional de Bretagne a choisi d’héberger une partie de ses données informatiques de manière virtuelle dans le cloud du géant américain Amazon, dont les infrastructures sont situées en Irlande. Un choix qui a suscité de nombreuses critiques à l'heure où le gouvernement français investit pour garantir un stockage sur le sol français des données informatiques des structures publiques. Le Conseil régional de Bretagne s'en explique.

Dans le langage des réseaux sociaux, on appelle cela un « bad buzz ». Et le conseil régional de Bretagne se serait volontiers passé de la contre publicité suscitée par la publication, il y a quelques jours, du résultat de son appel d’offres pour la gestion de ces données informatiques.
A l’heure du redressement productif et du made in France, de nombreux observateurs se sont émus du choix retenu : celui de l’Américain Amazon et de son « cloud » qui pourrait héberger de manière virtuelle les données informatiques de la région, à partir de ses infrastructures informatiques situées en Irlande.

Investissement national- Il faut dire que l’annonce tombe mal : le gouvernement vient d’investir cette année 150 millions d’euros dans deux projets d’ampleur – Cloudwatt porté par Orange/Thales et Numergy par SFR/Bull, qui démarrent à peine commercialement – afin d’offrir aux entreprises et administrations la garantie d’un stockage sur le sol français des données informatiques.
Ces deux projets « se démarquent des offres existantes et devraient permettre de lever les derniers freins à l’utilisation du cloud computing », déclarait en octobre la ministre déléguée à l’Economie numérique Fleur Pellerin.

Appel d’offres en 2010 – La région Bretagne, elle, avait lancé son appel d’offres il y a deux ans déjà, en 2010. Une seule entreprise française avait candidaté et la solution d’hébergement de données qu’elle proposait à l’époque ne correspondait pas au cahier des charges. Et c’est donc finalement la solution d’Amazon qui a été retenue, qui s’appuie sur une infrastructure mutualisée offrant des tarifs compétitifs.

Toutefois, c’est bien une entreprise française, Neoxia, qui est chargée de la mettre en œuvre et qui forme les agents de la région aux outils d’Amazon Web Services. Ironie de l’histoire : c’est le communiqué de ce cabinet de conseil en systèmes d’information, qui se félicitait d’être associée au projet breton, qui a mis le feu aux poudres !

Le conseil régional réagit au déferlement médiatique- Face au déferlement médiatique de ces derniers jours, le conseil régional de Bretagne a tenu à rappeler le 3 décembre qu’ «aucune donnée de la région ne se trouve à ce jour hébergée dans le serveur d’Amazon. L’utilisation de ses services n’est envisagée qu’en cas de sinistre majeur sur le système d’information de la région ».
Les informaticiens de la région avaient en effet souhaité pouvoir recourir à ce système de stockage de données « dans le nuage », suite à l’incendie qui avait ravagé les salles informatiques de la Caisse régionale d’assurance maladie de Rennes en 2006, entrainant de grandes difficultés dans la gestion du site durant de nombreux mois.

Solutions françaises – « La région Bretagne veille activement, avec l’ensemble de ses partenaires, opérateurs télécom et sociétés de services informatiques, à l’émergence de solutions françaises qui offrent ce même niveau de maturité, seul capable de répondre durablement aux problématiques des directions informatiques de structures publiques », écrit-elle sur son site internet.

Cette polémique « dans les nuages » aura eu au moins le mérite de relancer le débat sur la nécessité d’une offre nationale dans ce secteur très sensible de la sécurisation des données informatiques.

Régions

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Hébergement des données informatiques : pluie de critiques sur le nuage breton

Votre e-mail ne sera pas publié

Sergiolebufalo

07/12/2012 09h55

Encore une fois, le retard technologique français profite à des entreprises étrangères. L’incapacité des sociétés françaises à proposer une offre sérieuse et compétitive est navrante. On retrouve cette incapacité à s’adapter dans la révolution numérique et à la dématérialisation des oeuvres culturelles. La France est très en retard sur ce sujet également. Cela profite actuellement aux géants du secteur (Apple, Amazon et cie,…)

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X