Déposez votre CV

Logo Gazette.fr

0

Commentaire

Réagir
Imprimer

Transport ferroviaire

Les opposants à la LGV Lyon-Turin réunis en contre-sommet France-Italie vendredi et samedi à Lyon

Publié le 28/11/2012 • Par avec l'AFP • dans : Europe

Imprimer

0

Commentaire

Réagir

Des opposants au projet de ligne à grande vitesse (LGV) Lyon-Turin, venus des deux côtés des Alpes, se réunissent vendredi 30 novembre et samedi 1er décembre 2012 à Lyon pour faire entendre leurs arguments à la veille de la tenue, dans cette même ville, du sommet France-Italie du 3 décembre.

 

Baptisée en forme de clin d’oeil « l’avant-sommet franco-italien », cette réunion devrait réunir quelque 300 à 400 opposants, dont de nombreux élus, selon un porte-parole de la coordination contre le projet Lyon-Turin, qui fédère une centaine d’associations et de collectifs.

Sont notamment attendus des maires et élus régionaux comme Sandro Plano, le président de la communauté de montagne de la Vallée de Susa, haut-lieu de la contestation côté italien, mais aussi le député-maire (UMP) d’Aix-les-Bains, Dominique Dord.
Plusieurs élus d’EELV – seul parti avec le FN à s’être prononcé contre le projet – ont prévu de faire le déplacement, dont le député européen José Bové. Des opposants à l’aéroport de Notre-Dame des Landes, seront aussi présents dont l’ancienne maire (PG) de Bouguenais, Françoise Verchère.

Parole confisquée par une assemblée de lobbyistes - Au cours de ces deux journées de rencontres et de conférences, les élus et mouvements d’opposition veulent d’abord « donner de l’information, faire apparaître les données que les gens n’ont pas », dans un débat où la parole est, selon eux, « confisquée par une assemblée de lobbyistes ».

Face à un projet qu’ils jugent « inutile, ruineux et dangereux », ils entendent développer les arguments qui militent selon eux contre sa construction, comme la baisse du trafic de camions et de marchandises dans les Alpes ou le coût très élevé du projet dans une période crise.

Faillite - Confortés par un récent référé de la Cour des comptes, qui a suggéré d’améliorer la ligne existante comme alternative au projet de tunnel ferroviaire, les opposants avanceront leurs propres contre-propositions.
« Surtout nous voulons faire passer un message à M. Hollande : n’engagez pas la France dans une faillite ! » assène Daniel Ibanez, un des membres de la coordination.

« L’avant-sommet » se prolongera le 3 décembre, jour du sommet, par un rassemblement et un défilé annoncé comme festif par les Italiens de NO-TAV (no al treno alta velocità) à l’origine de nombreuses manifestations, parfois émaillées de violences, dans le nord de l’Italie.

Paris/Milan en 4 heures contre 7 aujourd’hui - Le projet de LGV Lyon-Turin, qui a fait l’objet d’un accord signé en 2001 entre la France et l’Italie, doit permettre de raccourcir la durée du trajet entre Paris et Milan à 4 heures contre 7 aujourd’hui.
Il doit faire l’objet d’un nouvel accord, portant sur les financements européens, qui figure au menu du sommet entre François Hollande et Mario Monti.

Haut de page

Cet article est en relation avec

Imprimer

0

Commentaire

Réagir
Publicité

Liens sponsorisés

Tous les fournisseurs

Publicité

Mots-clés

Thèmes abordés EconomieEuropeMobilité - transports

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.