Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Justice, jurisprudence

Erika : le tribunal évoque pour la première fois les conséquences de la marée noire

Publié le 23/04/2007 • Par La Rédaction • dans : France

Plus de deux mois après le début du procès du naufrage de l’Erika, le tribunal correctionnel de Paris a commencé le 23 avril, avec les paludiers des marais de Guérande, à évoquer les drames humains et économiques que la marée noire a provoqués sur le littoral.
Après l’étude des faits et les affrontements d’experts, le tribunal a entamé l’audition des parties civiles : syndicats, localités, associations professionnelles ou intérêts commerciaux qui se disent lésés par la marée noire et réclament des dommages et intérêts.
Curieusement, a remarqué le président Jean-Baptiste Parlos, aucune des nombreuses communes bretonnes qui se sont portées parties civiles n’a souhaité s’exprimer à la barre. Maître Alexandre Varaut, qui en représente plusieurs, a expliqué qu’à l’approche de la saison, elles ne voulaient pas que leur nom apparaisse « dans la presse internationale », au risque d’effrayer les touristes.
Pour les quelques 70 producteurs de sel de Guérande, la marée noire qui a suivi le naufrage de l’Erika en décembre 1999 a sonné le début de plus d’un an de combat afin d’empêcher le pétrole de s’insinuer dans les marais par les 50 km de chenaux qui l’irriguent, a expliqué Olivier Péréon, président du Syndicat des paludiers.
En 2.000, ils perdent 100% de leur production, soit 14.000 tonnes de sel, un manque à gagner dont ils négocient encore aujourd’hui le dédommagement avec le Fipol. L’organisme d’indemnisation abondé par les compagnies pétrolières a déjà versé 80% mais ne souhaite pas dépasser 92%.
Mais aujourd’hui, les paludiers demandent au tribunal des dommages et intérêts pour cette lutte qu’ils ont dû livrer : « notre métier, ce n’est pas de ramasser du pétrole et de dresser des barrages », s’indigne Olivier Péréon, qui a indiqué qu’il souhaitait demander 400.000 euros pour les producteurs de sel de Guérande.
L’ancien rameur Jo Le Guen, porte-parole du Syndicat pour l’assainissement du monde maritime (SPAMM), s’est dit « révolté par le système inique du Fipol » qui accorde aux compagnies pétrolières « l’impunité en échange d’une obole ».
Le tribunal devrait notamment entendre le 24 avril les présidents des régions touchées par la marée noire.

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Erika : le tribunal évoque pour la première fois les conséquences de la marée noire

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X