En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV

Logo Gazette.fr

0

Commentaire

Réagir
Imprimer

Finances locales

Bertrand Delanoë veut revoir les mécanismes de péréquation

Publié le 21/11/2012 • Par Jean-Baptiste Forray • dans : Actualité Club finances, France

Imprimer

0

Commentaire

Réagir

Le maire de Paris a dit ce mardi 20 novembre « oui » à la solidarité » mais à condition que toutes les collectivités riches y participent. Ce qui, selon l’hôte du congrès, est loin d’être le cas aujourd’hui.

Découvrez le club

Cet article est paru dans
Le Club Finances

 

La lettre datée du 24 octobre 2012 avait été dévoilée par Le Parisien le 14 novembre, en plein milieu de la grève de la faim du maire (EELV) de Sevran (Seine-Saint-Denis) contre les « égoïsmes locaux ». Dans cette missive adressée à Jean-Marc Ayrault, Bertrand Delanoë, Gérard Collomb, Michel Delebarre, François Rebsamen et Michel Destot, maires (PS) de Paris, Lyon, Dunkerque Dijon et Grenoble, s’élevaient contre « la montée en charge » du Fonds national de péréquation des ressources intercommunales et communales (FPIC). « Elle nous apparaît trop rapide et risque de remettre en cause les équilibres budgétaires de ses principaux contributeurs » soulignaient les quatre maires.

Explication de texte - Devant le congrès de l’AMF, Bertrand Delanoë s’est expliqué sur cette prise de position qui avait provoqué la polémique. « Je suis pour la péréquation. Je suis pour la solidarité. Je ne veux pas qu’on m’enlève un seul million d’euros de l’effort en faveur de la cohésion des territoires » a-t-il juré.

« En même temps », le maire de Paris « constate » que « dans les mécanismes actuels de péréquation existants, il y a encore des collectivités riches exonérés ». La capitale est prête à reverser 300 millions d’euros en 2013 (contre 250 en 2012). Mais elle souhaite, selon Bertrand Delanoë en finir, avec des « mécanismes de péréquation où telle ou telle collectivité aussi riche que Paris, voire un peu plus, donne vingt fois moins par habitant. »

Haut de page

Aujourd'hui sur

les Clubs Experts de la Gazette

Le vélo électrique en libre-service a-t-il un avenir en France ?

Si les vélos électriques en libre service se développent dans les villes européennes, en France, seule Vannes (Morbihan) a osé l'expérimenter à grande échelle. Et pour cause, des zones d’ombre restent à éclaircir pour assurer la pérennité d’un système ...

Emprunts toxiques : les collectivités se tournent vers la Cour de justice européenne

Les collectivités de l’association Acteurs publics contre les emprunts toxiques (APCET) ont choisi en assemblée générale, jeudi 30 octobre, de contester devant la Cour de justice européenne la validation par le Conseil constitutionnel de la loi sur la ...

Sûreté des transports : une enquête révèle un écart entre ressenti et réalité

Selon une étude Ifop publiée le 28 octobre 2014, seuls 37% des usagers considèrent que la sûreté dans les transports en commun s’est améliorée au cours des cinq dernières années, alors que les agressions sont en baisse depuis 2003. En interne, les réseaux ...

Baromètre Bien-être au travail 2014 : le malaise croissant des fonctionnaires territoriaux

Pour la troisième année, le baromètre « Bien-être au travail » réalisé par « La Gazette » et le cabinet conseil CaTTalyse, avec le soutien d’Intériale mutuelle, vient donner une image inédite de l’état d’esprit des fonctionnaires territoriaux dans ...

Imprimer

0

Commentaire

Réagir
Publicité

Liens sponsorisés

Tous les fournisseurs

Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Finances localesFiscalité

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.