Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Education

Le financement des écoles privées toujours incertain

Publié le 04/05/2007 • Par Marion Cabellic • dans : A la une, France

Le 2 mai, le commissaire du Gouvernement a présenté au Conseil d’Etat ses conclusions sur le recours déposé par le Comité national d’action laïque (Cnal) contre la circulaire d’application de l’article 89 de la loi du 13 août 2004 concernant le financement par les communes des frais de scolarisation dans les écoles privées extérieures. Le commissaire du Gouvernement considère que son «intérêt à agir» n’est pas recevable. Le Cnal se dit «effaré» par cette décision, d’autant plus qu’il avait déjà été reconnu lors de l’affaire des écoles Diwan. Par contre le recours déposé par la ville de Clermont-Ferrand est approuvé : le commissaire du gouvernement plaide notamment pour l’annulation de l’annexe de la circulaire listant les dépenses à prendre en compte dans le forfait communal.
Le Conseil d’Etat se prononcera fin mai. Pour Jean-Louis Biot, secrétaire général du Cnal, «si le Conseil d’Etat reprend les conclusions du commissaire du gouvernement, nous aurons une situation abracadabrantesque. Aucune annexe ne fixera la liste des dépenses. Surtout, le commissaire du gouvernement a dénoncé la compétence des signataires de la circulaire : les directeurs de cabinet de Nicolas Sarkozy et de Gilles de Robien. Elle aurait du être signée par des directeurs d’administration centrale. Comment le Conseil d’Etat peut-il continuer à approuver cette circulaire dans ces circonstances ?», s’interroge Jean-Louis Biot.

Thèmes abordés

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le financement des écoles privées toujours incertain

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X