Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Finances

Les finances publiques locales continuent de se dégrader

Publié le 16/05/2007 • Par Jacques Paquier • dans : A la une, France

Bonne nouvelle, selon l’Insee, le déficit public s’établit à 2,5 % du PIB en 2006 et se situe donc en dessous du seuil de 3,0 % inscrit dans le pacte de stabilité et de croissance. Il s’agit de la meilleure performance depuis 2001. Cette amélioration provient d’une progression des recettes (+ 4,6 %) plus rapide que celle des dépenses (+ 3,8 %). Mais si le compte des administrations publiques centrales s’améliore, le besoin de financement des administrations publiques locales s’alourdit de 1,2 milliard pour atteindre 4,6 milliards.
Les dépenses des APUL progressent (+ 6,1 % après + 5,2 % en 2005) plus rapidement que les recettes (+ 5,6 % après + 4,8 %).
L’effort d’investissement local se poursuit à un rythme élevé (+ 10,2 % après + 9,6 % en 2005), ce qui est conforme à la hausse traditionnelle des investissements en amont des élections municipales. Leur report d’une année, de 2007 à 2008, n’a apparemment pas affecté de façon notable le calendrier de leur réalisation.
En outre, les dépenses au titre des prestations et transferts sociaux (+ 7,1 %) progressent toujours vivement. Les transferts liés à la poursuite de la décentralisation contribuent à accroître dépenses et recettes. Enfin, la plupart des impôts progressent plus vite que le PIB, principalement pour des effets d’assiette : +6,1% pour l’impôt sur le revenu, +17,2% pour l’impôt sur les sociétés, +6,1% pour la CSG, +7,1% pour les taxes d’habitation et +5,5% pour les taxes foncières.
Les cotisations sociales effectives (+ 4,9%) progressent également plus vite que la valeur ajoutée. Au total, le poids des prélèvements obligatoires dans le PIB augmente de 0,4 point et atteint 44,2% en 2006.
(1) « INSEE Première » n° 1135, mai 2007, «Les comptes des administrations publiques en 2006»
(2) « INSEE Première » n° 1134, mai 2007, «Les comptes de la Nation 2006»

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les finances publiques locales continuent de se dégrader

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X