Lagazette.fr

Publicité


0

Commentaire

Réagir
Imprimer

[Billet] Démocratie

L’Open Data, un renouveau démocratique ?

Publié le 07/11/2012 • Par Brigitte Menguy • dans : Billets juridiques, France

Imprimer

0

Commentaire

Réagir

img_arobase_une_juridique - © Getty

A la demande de Berger-Levrault, Harris Interactive a interrogé un échantillon représentatif de Français afin de mesurer leur perception de l’e-administration, de la possibilité offerte d’enregistrer des données personnelles en ligne et de l’Open Data.

 

Si les résultats de l’enquête (1) démontrent des inquiétudes quant à l’enregistrement de données personnelles en ligne, les Français reconnaissent majoritairement des avantages à l’Open Data et y voient même un progrès pour la démocratie.

49% des Français considèrent que « l’Open Data est gage de transparence et renforce la démocratie ». Ces derniers soulignent l’impact positif de ce mouvement en termes d’accessibilité pour tous à l’information et considèrent également cette diffusion comme une avancée pour chaque citoyen.

Derrière cette expression anglo-saxonne se cacherait donc un nouveau rendez-vous entre le peuple et ses représentants qui aurait l’avantage d’être continu et non ponctuel comme l’est le vote traditionnel. En effet, on peut facilement considérer que l’ouverture des données publiques est une exigence démocratique puisque c’est en partageant ce savoir que l’on enrichit la connaissance des citoyens. Et savoir, c’est pouvoir choisir en conscience. Mais rien n’est jamais si simple en matière de démocratie.

Démocratie ou technocratie ? - Tout d’abord, la fracture numérique n’est pas un mythe. L’enquête reconnaît elle-même qu’une distinction s’opère toujours entre des populations « très connectées » (plutôt jeunes, urbaines, appartenant aux catégories supérieures, utilisant souvent Internet) qui plébiscitent le développement de l’Open data et des populations plus éloignées d’Internet (plutôt âgées, rurales, peu ou pas diplômées et se connectant peu ou pas du tout à Internet), qui se sentent peu concernées de cette nouvelle mouvance toute démocratique qu’elle soit.

Ensuite, n’oublions pas que l’Open data, ce sont des données brutes, non éditorialisées. Il serait donc naïf de croire que tout un chacun va parvenir à exploiter ces données en les mettant au service de leur expression démocratique. Il suffit de voir le service Parisdata proposé en ce sens par la ville de Paris : les données les plus téléchargées sont celle en matière d’urbanisme (données géographiques des trottoirs, nomenclature des voies…) et la seule sollicitée en matière de citoyenneté est… la liste des prénoms donnés aux petits parisiens !

Haut de page

Cet article est en relation avec

  • VoirRéduire

    Notes

    Note 01 - Enquête téléphonique réalisée par l'institut Harris Interactive du 27 septembre au 2 octobre 2012. Echantillon national de 1005 individus représentatifs de la population française âgée de 18 ans et plus. Méthode des quotas et redressement appliquée aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région d’habitation de l’interviewé(e). - Retourner au texte

Imprimer

0

Commentaire

Réagir
Publicité

Liens sponsorisés

Tous les fournisseurs

Publicité

Mots-clés

Domaines juridiques AdministrationDémocratie localeDroit et libertéRéseaux