Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

transport ferroviaire

La double punition des Alsaciens usagers du TGV-Est, qui paient deux fois

Publié le 26/10/2012 • Par Didier Bonnet • dans : Régions

Dans sa séance du vendredi 26 octobre 2012, le conseil régional d’Alsace devait se prononcer sur un rapport de la chambre régionale des comptes (CRC) qui a planché sur la contribution financière de cette collectivité au financement de la LGV-Est inaugurée en 2007. L’instance n’est pas tendre avec la SNCF, à qui elle reproche la complexité de ses tarifs et surtout, des niveaux de prix plus chers que la moyenne, ajoutés à une contribution financière élevée des collectivités alsaciennes.

La chambre régionale des comptes est formelle : « Les tarifs de la LGV-Est sont, de toutes les grandes lignes, les plus élevés, sans que les avantages externes qui lui sont liés soient sensiblement différents de ceux d’autres liaisons à grande vitesse » et ce, malgré un taux de remplissage « supérieur de 3 % à celui de la moyenne des TGV ».

Taux de remplissage supérieur de 3 % à la moyenne – L’institution rapproche ce facteur des financements obtenus des collectivités régionales pour financer les 406 km de cette liaison construite en deux phases : 1,235 milliard d’euros auront été versés par l’Ile-de-France, Champagne-Ardennes, la Lorraine et l’Alsace, celle-ci ayant payé 518 millions d’euros.

Les critiques de la CRC ne portent pas sur le principe du cofinancement, d’autant que les collectivités tirent largement profit de la LGV en termes d’image, de développement du tourisme, particulièrement net en Alsace, et de relations internationales dont Strasbourg bénéficie à plein.
Le rapport constate que l’offre s’est considérablement accrue et que, globalement, le trafic passager a plus que doublé en 5 ans sur la liaison Strasbourg-Paris.

Ce qui choque l’instance reste la double peine infligée aux Alsaciens : « En sus du prix de son billet, l’usager de la LGV-Est habitant de la région Alsace a apporté sa contribution à la construction de cette infrastructure, sans bénéficier en retour d’un tarif plus avantageux qu’un usager des autres LGV », déplore le rapport.

En explication, la CRC rappelle que les autorités françaises ont été longtemps hostiles à cette liaison, la jugeant non rentable, ignorant notamment la part de clientèle luxembourgeoise, suisse et allemande, ainsi que le report modal.
Si le transfert air-rail est bien connu, le TGV ayant pris 1 million de passagers par an à l’avion, le conseil régional évalue à 35 % la baisse du trafic routier sur l’axe Paris-Strasbourg depuis 2007.

Succès avant l’achèvement complet de la LGV – Le succès commercial de cette ligne, immédiat dès son ouverture, se confirme depuis, avec un trafic en hausse constante alors que l’ouverture complète de la ligne à grande vitesse ne sera effective qu’au printemps 2016, avec Paris à 1 h 50 de Strasbourg (contre 2 h 20).

C’est en tout cas vrai jusqu’en avril 2011, la SNCF refusant depuis lors de communiquer ses chiffres, les considérant comme confidentiels au regard de l’ouverture prochaine à la concurrence européenne.
La CRC n’apprécie pas ce choix, estimant que les collectivités qui ont contribué au financement de l’infrastructure seraient en droit de connaître le trafic passagers.
Sur 3 premiers mois de 2011, la fréquentation a grimpé de 8 % par rapport à la même période en 2010.

En Alsace, de nombreux observateurs pensent que RFF et la SNCF ont profité des rapports défavorables au TGV-Est pour augmenter l’addition à payer par les collectivités locales.
La CRC cite un rapport de l’Inspection générale des finances et du conseil général des Ponts et Chaussées (mars 1996) : « L’engagement public dans le TGV-Est (…) ne peut pas être justifié sur le plan économique et il correspondrait à une mauvaise affectation des ressources de la Nation ». Une vision fortement démentie dans les faits, mais pas traduite sur le prix du billet TGV.

Régions

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La double punition des Alsaciens usagers du TGV-Est, qui paient deux fois

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X