Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Construction

« La rénovation urbaine, ça marche »

Publié le 26/10/2012 • Par Delphine Gerbeau • dans : France

Le directeur général de l’Agence national de rénovation urbaine a défendu son bilan, le 26 octobre 2012, devant le Forum régional des acteurs de la rénovation urbaine, organisé tous les deux ans.

Alors que cet été L’ANRU s’est encore retrouvé sous le feu des critiques avec le rapport de la Cour des comptes, la manifestation a été l’occasion, pour son directeur général, Pierre Sallenave, de défendre le bilan de l’Agence.
« La rénovation urbaine, ça marche. Si on n’avait pas fait ces efforts pour améliorer le cadre de vie des habitants, on aurait diminué leurs chances de prendre l’ascenseur social. La rénovation urbaine permet de donner une impulsion positive », résume-t-il, en réponse à ceux qui critiquent l’importance des sommes dépensées pour le bâti au détriment de l’intervention sociale.

Faire du marketing territorial – Le développement économique des quartiers rénovés est l’un des axes forts de l’agence : l’objectif est de venir en appui des acteurs de terrains pour favoriser l’émergence des projets. Il s’agit par ailleurs de faire du « marketing territorial » sur les quartiers ANRU, qui disposent de foncier accessible, et ont donc des capacités d’accueil de qualité pour les entreprises.
« Le sujet n’est pas de faire venir les investisseurs privés, mais de les faire venir plus tôt. Il faut inventer des outils partenariaux autres que le partenariat public privé, pour discuter en amont des projets », a expliqué Pierre Sallenave.

François Lamy, le ministre délégué à la ville, absent de la manifestation pour cause de congrès du PS, l’a déjà dit : le financement de l’ANRU est sécurisé jusqu’en 2015, notamment grâce au soutien d’Action logement, dont on ne connaît pas encore le niveau de participation.

Quant à la poursuite de la rénovation urbaine, ses modalités seront déterminées en 2013, après la fin de la concertation sur la politique de la ville lancée à Roubaix le 11 octobre dernier et l’évaluation du PNRU confiée à l’Observatoire national des zones urbaines sensibles.
Mais pour le président de l’ANRU, Gérard Hamel, « la rénovation urbaine restera le sujet des vingt prochaines années. Il faudra hiérarchiser les priorités, mais il faudra de toute façon faire ».

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

« La rénovation urbaine, ça marche »

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X