Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Lecture publique

88 % de la population vit dans une commune qui offre un lieu de lecture publique

Publié le 24/10/2012 • Par Hélène Girard • dans : Actu Emploi, France

Rendu public le 19 octobre 2012, le dernier bilan de l’activité des bibliothèques municipales comptabilise 15 600 lieux de lecture publique : 7 500 bibliothèques et 8 100 points d’accès au livre. Les données collectées par l’Observatoire de la lecture publique, dans son rapport 2010, confirme par ailleurs le tassement général du nombre d’inscrits (moins 4% de 2005 à 2010), contrebalancé par une hausse importante de la fréquentation (plus 24%, sur la même période). Le rapport montre aussi une croissance régulière des dépenses de personnel (plus 3,8% en rythme annuel depuis 2005).

Jamais le nombre de bibliothèques et de points d’accès au livre étudiés n’a été aussi important.
En effet, le rapport 2010 de l’Observatoire de la lecture publique (Service du livre et de la lecture, ministère de la culture et de la communication) repose sur une nouvelle méthodologie.
Depuis 2008, la technique de l’échantillonnage a été abandonnée au profit « d’une projection de l’ensemble des bibliothèques et points d’accès au livre existants sur le territoire. » En clair, l’observatoire a travaillé sur les lieux de lecture publique connus du Service du livre et de la lecture et sur les déclarations des bibliothèques départementales de prêt (BDP), chargées, depuis 2008, de collecter des données auprès des petites communes dans le cadre des enquêtes statistiques annuelles.
D’où le chiffre de 7500 bibliothèques et de 8100 points d’accès au livre. L’objectif de l’observatoire est de tendre, à terme, vers une interrogation exhaustive de ces lieux.

Plus de données de petites collectivités – Au total, sur 8361 bibliothèques et points d’accès au livre interrogés pour l’étude statistique, 6 479 ont apporté des réponses.

Cette évolution méthodologique constitue un enrichissement incontestable de la connaissance de ce secteur. Mais il requiert la prudence quant aux comparaisons avec les moyennes des années précédentes : car avec des données plus nombreuses, le rapport élargit son assise et intègre notamment beaucoup plus de données émanant de petites collectivités.

Par exemple, la durée moyenne d’ouverture s’établit en 2010 : 

  • à 17 heures pour les bibliothèques
  • 8 heures pour les points d’accès au livre.

Pour les bibliothèques, il s’agit d’un recul de 2h30 par rapport à 2005.
Mais les données de 2010 incluent les horaires de petites structures n’ouvrant que quelques heures par semaine. En matière d’horaires, l’observatoire constate de fortes disparités, selon le type de bibliothèques et au sein d’une même catégorie de bibliothèques.
Ainsi, note le rapport, « 36 % des bibliothèques sont ouvertes moins de 12 heures par semaine, seules 10 % étant ouvertes 30 heures ou plus par semaine. »

Ces ratios semblent bien faibles au regard des besoins du public, vu la forte progression de la fréquentation. Le rapport confirme en effet des tendances de fond déjà constatées :

  • la baisse des inscrits (moins 4% depuis 2005),
  • contrebalancée par une augmentation de la fréquentation importante et continue depuis sept ans (plus 24%).

L’observatoire distingue de ce fait trois types d’usagers :

  • le « fréquentant », qui utilise le lieu sans utiliser les services de l’équipement,
  • l’usager inscrit (emprunteur actif, ou pas)

et l’usager emprunteur. Le taux d’inscrits s’établit en 2010 à 16,2%.

+ 3,8% en dépenses de personnel en 5 ans – Concernant les données sur la fréquentation, les rapporteurs appellent à la prudence, estimant qu’elles sont « objectivement difficiles à mesurer ».
Les trois quarts des établissements étudiés n’ont d’ailleurs pas répondu à cette question.

Pour ce qui est des personnels ( page 46 du rapport) , les bibliothèques employaient, en 2010, 7,7 personnes en moyenne (hors bénévoles), les points d’accès au livre, 1,4 personne.
Soit une moyenne de six équivalents temps plein annuels travaillés (ETPT).
Des effectifs stables entre 2005 et 2010, tant pour les bibliothèques que pour les points d’accès au livre.
En revanche, les dépenses de personnel ont sensiblement augmenté sur cette période : +3,8%.
Hausse que les auteurs attribuent en partie à l’évolution de la valeur du point d’indice de la fonction publique.

Le rapport met aussi au jour le caractère irrégulier des dépenses d’investissements( lire p.44 du rapport) :

  • plus 26% par rapport à 2005
  • mais moins 32% par rapport à 2007, cette année-là marquant un pic.

«Les budgets d’investissements subissent de très fortes variations conjoncturelles », soulignent les rapporteurs.

13 profils de bibliothèques municipales– A l’instar des crédits d’investissements, les crédits d’acquisitions ( lire page 47) ont connu un record en 2007, avant de décroître vertigineusement entre 2008 et 2009. 2010, en revanche, marque une nette reprise, avec une dépense moyenne de 262 euros pour cent habitants.

Afin de prendre en compte l’extrême diversité des lieux de lecture publique, depuis le dépôt de livres dans une commune rurale jusqu’au réseau de médiathèques d’une capitale régionale, ce rapport se clôt sur 13 profils de bibliothèques municipales, selon la population du territoire desservi. Objectif : permettre aux collectivités de se positionner par rapport à d’autres équipements de taille équivalente.

Une fois comparé ce qui est comparable, les professionnels, les élus locaux et le ministère de la culture et de la communication, pourront, débattre, comme l’espère le directeur du livre et de la lecture, Nicolas Georges, dans son éditorial qui ouvre le rapport, des « mutations actuelles des médiathèques et (…) susciter l’intérêt de nos concitoyens pour les services et le rôle culturel, éducatif et social fondamental de nos réseaux de bibliothèques. Pour l’État et le ministère de la Culture et de la Communication, cette synthèse doit être aussi un moyen de refonder et renforcer un partenariat indispensable avec les collectivités territoriales. »

Le livre constitue toujours l’essentiel des collections

Selon le rapport annuel 2012 sur les bibliothèques municipales, 77% des établissements de lecture interviennent exclusivement sur

le prêt de livres. Seulement 17% des établissements de lecture publique assurent un service complémentaire au livre sous forme de discothèque (1). Ils sont également 17% à proposer une vidéothèque (2). Pour ce qui est des bibliothèques proprement dites, elles sont 59% à disposer de documents sonores sur un support (seulement 13% des points d’accès au livre). Pour ce qui est des documents vidéo sur support, l’offre s’établit, respectivement à, 44% des bibliothèques et 10% des points d’accès au livre. Quant au livre numérique, il reste rare, puisque seulement 1% des bibliothèques en propose, et aucun parmi les points d’accès au livre ayant participé à l’enquête. Ce qui conduit les analystes de l’observatoire à déduire que, « par extrapolation », le volume total de documents mis à disposition au sein des 15 600 bibliothèques et des points d’accès au livre implantés en France se chiffre à un peu plus de 263 millions de documents, dont près de 235 millions de livres.

Références

Le rapport bibliothèques municipales : données d'activités 2010 ( synthèse nationale)

Cet article est en relation avec le dossier

Notes

Note 01 soit, selon les critères du ministère de la culture et de la communication, un minimum de 500 documents phonographiques disponibles pour le prêt Retour au texte

Note 02 Soit un minimum de 100 documents vidéographiques en prêt Retour au texte

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

88 % de la population vit dans une commune qui offre un lieu de lecture publique

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X