Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Gradignan : « Mon « critère objectif » sera simple : il y a un poste de libre … ou pas

Publié le 19/10/2012 • Par Karine Ménégo • dans : compte rendu des dernières rencontres du club RH

Eric Vielotte, directeur général des services de Gradignan (25 000 habitants - Gironde) a détaillé, lors du Club RH du 15 octobre, les difficultés très concrètes posées par loi « contractuels » pour une commune moyenne.

Que vous apporte ce texte sur la résorption de la précarité ?

Dans notre collectivité, la gestion des ressources humaines se fait depuis fort longtemps avec une volonté politique claire : à un emploi permanent, un titulaire. Et pourtant, quand nous nous sommes penchés sur nos paies, nous nous sommes aperçus que nous avons aujourd’hui 350 titulaires parmi nos 430 agents ! C’est dire que les plans de résorption de la précarité précédents n’ont pas été suffisants…
Par ailleurs, nos précaires à nous, ce sont les prof de hautbois ou de clavecin, la quinzaine de remplaçants pour la crèche et les écoles. On en a besoin de ces gens-là, mais que peut on leur proposer d’autre que des CDD ou du remplacement ?
Ce qui me fait franchement enrager, en revanche, c’est de constater que cette loi ne contient rien pour notre quarantaine d’assistantes maternelles. Elles sont dans un « non statut », je n’ai donc aucune mobilité à leur proposer. Et elles sont tellement mal payées que nous peinons à recruter.

Selon vous, seul un changement du mode de recrutement ferait chuter la précarité « non structurelle » ?

Il ne faut pas se raconter d’histoires ! Un recrutement dans une petite collectivité nait d’un besoin, souvent pressant. Ce n’est pas un contractuel en CDD que le maire recrute, c’est une personne qu’il a choisie pour des tas de raisons.
Après, au DGS de se débrouiller pour faire rentrer ce recrutement dans un dispositif réglementaire. C’est comme ça que certains collègues se retrouvent à avoir à gérer des carrières à plusieurs vitesses.
Le principe d’accès à la fonction publique par concours est de plus en plus dérogatoire… Et c’est trop souvent au moment du départ d’un agent que l’on se pose la vraie question : on prolonge le poste et on titularise, ou on n’a pas vraiment besoin de ce poste et on le supprime pour faire des économies ? Et ce n’est pas la loi qui nous aide à faire ces arbitrages-là, mais notre travail en CTP pour la gestion prévisionnelle des effectifs…

Sur quels critères pensez-vous utiliser les dispositifs de CDIsation ou de titularisation ?

Il n’y a rien d’automatique, et mon « critère objectif » sera simple : il y a un poste de libre ou il y a nécessité de créer un poste … ou pas ! Parce que, si tel n’est pas le cas, un poste c’est 35 à 45 000€ annuels. Et vu le contexte budgétaire, sérieusement à l’économie, on ne peut pas faire n’importe quoi.

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Gradignan : « Mon « critère objectif » sera simple : il y a un poste de libre … ou pas

Votre e-mail ne sera pas publié

Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X