Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Economie

La commune de Hirsingue (Haut-Rhin) achète les machines pour sauver son usine textile

Publié le 19/10/2012 • Par Didier Bonnet • dans : Régions

Le conseil municipal de Hirsingue (2 300 habitants), a décidé vendredi 12 octobre 2012 d’acquérir pour 655 000 euros les machines de l’entreprise textile locale, Virtuose, dans le cadre d’une procédure de « lease-back » permettant à la PME de racheter ses équipements une fois sortie d’affaire. La procédure est inhabituelle et provoque aussi un regain d’intérêt pour l’usine de la part des financeurs « classiques ».

Avec une centaine d’emplois, le spécialiste des textiles haut de gamme Virtuose a bien failli passer à la trappe.
Plombée par une trésorerie défaillante suite à une année 2011 difficile, elle ne trouvait pas les financements nécessaires pour acquérir les matières premières et réaliser ses commandes. « L’entreprise est saine, avec un carnet de commandes plein », constate Armand Reinhardt, maire et conseiller général de la commune. « Le problème de l’entreprise aurait pu être résolu par d’autres. Banque, établissements financiers publics et privés, autres collectivités locales, l’Europe, l’Etat auraient été fondés à agir. Le constat est que ça n’a pas été fait et qu’il y avait urgence », résume l’élu.

Lease-back – Le conseil municipal de Hirsingue a donc choisi la formule « d’un outil-relais industriel sous forme de lease-back ». Autrement dit, la commune fait l’acquisition par ses propres moyens des machines de l’usine et l’entreprise s’engage à procéder au rachat différé. En cas de défaillance de l’industriel, une société de négoce d’équipements industriels se chargera de racheter le matériel.

La solidarité a redémarré – La commune de Hirsingue a pris soin de valider la pertinence de cette solution avec les services de la préfecture du Haut-Rhin, du ministère du Redressement productif et des banques.
Sur place, une idée fréquemment entendue souligne que la commune n’était pas fondée à mener à bien cette opération à la place des banques, mais qu’il n’y avait pas le choix : il fallait en urgence sauver une entreprise viable.

Reste à savoir ce qu’il adviendra si d’autres entreprises en situation analogue se présentent devant les mairies pour réclamer un montage analogue.
Cette perspective n’effraie pas le maire de Hirsingue, qui signale le retour de partenaires financiers vers Virtuose. « Nous avons enclenché un processus d’entraide et de solidarité. D’autres nous y rejoignent désormais », constate-t-il.

Thèmes abordés

Régions

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

La commune de Hirsingue (Haut-Rhin) achète les machines pour sauver son usine textile

Votre e-mail ne sera pas publié

moi

19/10/2012 01h35

« L’entreprise est saine, avec un carnet de commandes plein  »
Pourquoi l’absence des banques ? dont c’est le rôle.
Outre-passe-t-on pas les compétences d’une commune de 2000 habitants ? L’article L.2251-1 du CGCT fixe certaines responsabilités et obligations.
Le boursicotage avec les deniers publics est-ce maintenant la normalité ?
Arcelor-Mital, Acatel, PSA, Lejabi (des milliers d’emplois en péril) peuvent également prétendre ainsi aux faveurs des collectivites locale.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X