En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV

Logo Gazette.fr

4

Commentaires

Réagir
Imprimer

Lecture publique

«Leçons d’un séjour prolongé en bibliothèque départementale en 20 mots clés» – Dominique Lahary

Publié le • Par • dans : A la une, France

Imprimer

4

Commentaires

Réagir

© PATRICIA MARAIS

Collections, médiation, numérique, associations, publics, réseaux sociaux, millefeuille territorial….. Dominique Lahary, président de l’Inter-association Archives-bibliothèques-documentation (IABD) et vice-président de l’Association des bibliothécaires français (ABF) a choisi 20 mots-clefs pour passer en revue 35 ans d’évolution des bibliothèques. Le directeur-adjoint de la bibliothèque départementale de prêt (BDP) du Val d’Oise, par ailleurs très engagé dans l’action associative pour porter la cause de la lecture publique auprès des collectivités, de l’Etat et du législateur, n’hésite pas à défendre quelques propositions iconoclastes et à encourager ses pairs à faire bouger les lignes dans les bibliothèques.

 

En clôture des 26èmes journées d’études des bibliothèques départementales de prêt (BDP), qui se sont tenues à Cergy (Val d’Oise), du 24 au 26 septembre 2012, Dominique Lahary a livré à ses pairs, en 20 mots-clefs, ce qui constitue à ses yeux les mutations majeures qui traversent les équipements de lecture publique.
Pour la Gazette des communes, il a accepté de feuilleter à nouveau ce dictionnaire personnel, lors d’un entretien qui s’est déroulé à la BDP du Val d’Oise le 5 octobre 2012.

  1. Métier
     
  2. Catalogue
     
  3. Collection
     
  4. Médiation
     
  5. Médiathèque
     
  6. Représentation
     
  7. Troisième lieu
     
    Mathilde Servet est l’auteur de l’article du Bulletin des bibliothèques de France (BBF) sur le troisième lieu auquel Dominique Lahary fait référence
  8. Web
     
    Le physicien Tim Berners-Lee, cité par Dominique Lahary, a travaillé de 1989 à 1994 au CERN (Organisation européenne pour la recherche nucléaire) :
  9. Numérique
     
  10. Crise
     
    L’ouvrage de Jean-Claude Guillebaud, cité par Dominique Lahary est : «Une autre vie est possible», Editions de l’Iconoclaste, 2012
  11. Economie
     
  12. Droit
     
  13. Public
     
  14. Territoire
     
  15. Réseaux sociaux
     
  16. Association
     
    Associations professionnelles citées par Dominique Lahary :

    • IABD : Inter-association archives-bibliothèques-documentation,
    • EBLIDA : European Bureau of Library, Information and Documentation Associations,
    • IFLA : International Federation of Library Associations and Institutions, 
  17. Tutelle
     
    Voici le billet auquel Dominique Lahary fait référence
  18. Politique
     
    L’enquête sur les publics à laquelle Dominique Lahary fait allusion a été réalisée en 2005 par le Credoc pour le compte du ministère de la culture et publiée en 2006
  19. Millefeuille
     

  20. Subsidiarité
     
    Sur son blog, Dominique Lahary développe également l’idée que l’action culturelle publique s’organise autour d’une tension entre deux pôles :

    • d’un côté, l’aide à la création, 
    • de l’autre côté, prise en compte des publics.

Haut de page

Sur le même sujet

Pour en savoir plus sur la théorie de l’ergonome danois Jakob Nielsen :

Aujourd'hui sur

les Clubs Experts de la Gazette

"Smart water" : comment le partenariat entre Veolia et IBM préfigure l’évolution des services urbains

De nouvelles solutions techniques apparaissent pour aller vers la ville intelligente, telles celles proposées désormais par Veolia et IBM qui ont croisé leurs expertises spécifiques. Pour les collectivités, ces produits ainsi que les services proposés par ces ...

Unir ses forces pour s’adapter à la rupture financière

A l’initiative de l’Assemblée des communautés de France (ADCF) et de l’université Paris-Est-Créteil, un réseau d’acteurs pluridisciplinaires spécialistes des finances locales vient d’être créé. Sa mission : mobiliser toutes les ressources, notamment ...

Violences faites aux femmes : le gouvernement s'attaque à la formation des professionnels

A l'occasion de la Journée mondiale de lutte contre les violences faites aux femmes, ce 25 novembre, le gouvernement fixe les nouvelles priorités de son 4ème plan interministériel (2014-2016). Au cœur de ses préoccupations : la mise en place d'outils de formation ...

Congrès des maires - La réduction des effectifs, une priorité pour les élus locaux

Interrogés en marge du congrès des maires 2014, des élus locaux de tous bords politiques font part du fait que leurs difficultés financières rejaillissent sur la gestion des ressources humaines. Le mot d'ordre qui semble majoritaire : il faut réduire la masse ...

Imprimer

4

Commentaires

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Culture

4 Commentaires

Ajouter un commentaire

Du plus récent / Du plus ancien

  1. 1. Céline CADIEU-DUMONT 22/10/2012, 11h55

    Merci pour cette interview et cette analyse de l'existant.
    Je voudrais vous partager mon expérience : muséeomixeuse lors de l'édition 2012, au musée gallo-romain de Lyon : http://www.museomix.com/

    Pourquoi ne pas envisager des évènements Bibliomix ?

  2. 2. ALIMAS 21/10/2012, 16h16

    (09A1369A01). ATTENTION : ÉCOUTER ET/OU REGARDER NE SONT PAS SUFFISANTS ! IL FAUT AUSSI ECRIRE, LIRE ET TRADUIRE. Message à l’intention et à l’attention du monde journalistique. Pouvoir disserter, mémoriser, dupliquer, copier, coller, interpréter, classer, traduire, retrouver, etc. ... les mots et les textes que vous écrivez, vous les journalistes, sont aujourd’hui une avancée technologique considérable au travers des (NTCI) : Nouvelles Technologies de la Communication et de l’Information aux niveaux des moyens de transmission, d’accession, d’acquisition, de mémorisation, etc. ... des connaissances du monde, désormais à disposition de tous, en temps réel et ou différé au prorata des cultures et du développement des intelligences, des savoirs et des capacités individuelles (savoir proprement dit : Lire, écrire, parler, compter, dans une ou plusieurs langues, savoir-faire, savoir-être, savoir-vivre, etc. …).

    Vous avez peut-être le sentiment que la disparition programmée du support papier, provoque ou provoquera un désamour de l’écrit, au profit des supports VIDÉOS ET/OU AUDIO !? Du coup, vous vous engouffrez dans la suppression de l’écrit numérique au profit de l’image et du son ! En dehors de l’aspect culturel fondamental, c’est, je peux vous le prédire, une interprétation erronée du modèle économique. Il me paraît préjudiciable de choisir comme seul modèle économique rendant compte d’un événement, uniquement la vidéo et/ou l’audio, et de supprimer carrément l’écrit ; c’est une erreur de stratégie qui à termes pour le coup, vous fera disparaître du monde de l’écrit journalistique. L’écrit numérique remplace le support papier mais ne doit absolument pas supprimer l’écrit proprement dit.

  3. 3. Georges Beller 22/10/2012, 13h01

    Audio, écrit, vidéo...tout cela est de la communication, pourquoi vouloir instaurer une hiérarchie ? Ouvrez votre esprit, nous sommes en 2012.

  4. 4. hgirard (journaliste)
    30/10/2012, 17h23

    Bonjour,
    Loin de nous d’avoir l’intention de supprimer l’écrit, ni même de privilégier systématiquement l’image et le son à son détriment. Comme vous pouvez le constater sur le site de la Gazette, il y a encore beaucoup, beaucoup de textes, et nous y tenons ! Il s’agit simplement d’exploiter les ressources des technologies numériques, qui nous permettent de diversifier les modes d’expression de l’information (texte, image fixe et animée, son), voire de les associer entre eux. Certains modes de restitution sont plus adaptés que d’autres à certains sujets, à certains traitements journalistiques.
    Tel est le cas du son pour cet entretien, qui n’est pas un exposé, mais un regard rétrospectif personnel sur trente ans d’évolutions de la lecture publique. Retranscrire par écrit le propos de notre interlocuteur aurait produit un texte long, beaucoup moins vivant, car il n’aurait pas donné à entendre ses convictions, ses enthousiasmes, ses regrets etc. L’utilisation du son ne nous a pas empêchés de repasser à l’écrit chaque fois qu’il était nécessaire de préciser les références des documents ou institutions mentionnés dans l’enregistrement.

    1. Ajouter un commentaire

        Votre e-mail ne sera pas visible

      Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.