Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Accessibilité

Des rencontres autour d’une figure de l’accessibilité

Publié le 12/10/2012 • Par Audrey Minart • dans : France • Source : Gazette santé sociale.fr

Roland Dreyfus, décédé en mai 2012, s'était engagé avec conviction sur la question de l'accessibilité universelle, après avoir lui-même subi un grave accident de voiture. Ses rencontres autour de l'accessibilité reprennent à Paris, à partir du 8 octobre.

Un hommage a été rendu le 8 octobre 2012 à Roland Dreyfus, ancien journaliste engagé dans la défense de l’accessibilité pour tous, qui est décédé le 16 mai. Le fondateur de l’association Accès universel, dont l’objectif est de promouvoir l’accessibilité de la vie en société (transports, emploi, éducation, culture…), a par ailleurs été l’instigateur de rencontres sur ce thème, les «lundis de l’accessibilité». C’est sous la même forme que proches et professionnels ont tenu à célébrer son souvenir.

Animateur de la cérémonie, le président du Conseil national consultatif des personnes handicapées (CNCPH) et ancien délégué interministériel aux personnes handicapées, Patrick Gohet, est tout d’abord revenu sur le parcours de Roland Dreyfus. Il a notamment tenu à rappeler son implication dans la francophonie, sa «croyance en l’Europe», tout en soulignant «l’intelligence», la «ténacité», et «l’humour» de l’homme.

Paris : un obstacle tous les 10 mètres – Véronique Dubarry, adjointe au maire de Paris chargée des personnes en situation de handicap, s’est ensuite exprimée sur les freins qu’il était toujours possible de rencontrer en matière d’accessibilité. «Paris est un territoire très étendu, qui comprend 1.700 kilomètres de voirie, avec un obstacle tous les 10 mètres, et de nombreux bâtiments anciens» difficiles à adapter, a-t-elle rappelé.=

Autre difficulté : la multiplicité des interlocuteurs pouvant être concernés par la question de l’accessibilité. «Il y a donc la ville, qui possède 2.000 bâtiments municipaux, les associations, mais aussi l’Etat, les entreprises qui, eux aussi, possèdent des immeubles… Sans oublier qu’entre les directions des différents services internes de la ville, il existe parfois un problème de coordination.»
Un écueil que s’efforce de résoudre le Centre de ressources d’accessibilité pour tous (CRAPT), qui a déployé en 2012 le Plan de mise en accessibilité de la voirie parisienne et des espaces publics (PAVE). «L’idée est de changer les représentations et d’accompagner les travaux d’une certaine philosophie.» Et l’adjointe au maire de raconter les fréquentes absurdités rencontrées, dans le cadre de plusieurs projets où on lui a souvent opposé un : «Vous en demandez trop !».

Etait aussi présent Yo Kaminagai, délégué à la conception, au département de maîtrise d’ouvrage des projets de la RATP, qui a tenu à déclarer que le passage de Roland Dreyfus dans leurs locaux avait été un «moment d’impulsion» majeur dans la prise en compte de l’accessibilité. «Nous continuons d’innover…»
Et d’insister sur l’importance de la concertation, que la RATP a déjà mise en place avec les associations, notamment depuis 2009 via la création d’un comité consultatif, jusqu’auquel remontent des «carnets de voyage» dans les transports parisiens de personnes handicapées.

En a résulté la création d’une station de bus adaptée expérimentale, montée boulevard Diderot, dont les défauts ont rapidement été soulignés par les usagers… Preuve que concevoir des équipements s’adaptant à tous les handicaps n’est pas tâche aisée, et que les concertations sont incontournables. «Personne ne peut continuer à innover dans son coin. Nous devons travailler ensemble.» Voilà bien l’intérêt des «rencontres de l’accessibilité», qui se tiendront désormais à un rythme mensuel, à la Maison de Victor Hugo à Paris…

Cet article est en relation avec les dossiers

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Des rencontres autour d’une figure de l’accessibilité

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X