Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Energie

Linky : le projet du compteur électrique intelligent réapparaît, le mystère demeure

Publié le 11/10/2012 • Par Olivier Schneid • dans : A la une, France

Le gouvernement va « reprendre le projet (Linky) pour faire aboutir le déploiement de ce compteur (électrique) intelligent ». L’annonce faite mardi 9 octobre 2012 par la ministre de l’écologie et de l’énergie Delphine Batho lors de son audition par la commission des affaires économiques du Sénat a surpris du côté des associations de consommateurs et des collectivités. Car, bien que directement concernées par le sujet, elles n’ont pas été mises au courant. De quoi s’interroger sur ce que cache cette déclaration.

Annoncé le 28 septembre 2011 par l’ancien ministre de l’énergie Eric Besson, le déploiement généralisé à l’ensemble du territoire du compteur communicant Linky d’ERDF était en suspens depuis le changement de majorité.
Le 17 juillet 2012, le sénateur de l’Eure, Ladislas Poniatowski, auditionnant la nouvelle ministre de l’écologie et de l’énergie Delphine Batho devant la commission du développement durable, lui avait d’ailleurs demandé : « Les compteurs Linky sont-ils morts ? » Sans obtenir de réponse précise.
« Le nouveau gouvernement ne s’est pas précipité sur le dossier alors que son prédécesseur en avait proclamé l’urgence », remarquait-on cet été dans le milieu des collectivités. L’arrivée de l’automne marque donc un changement de ton.

Et c’est reparti ! – Nous allons « reprendre ce projet », a ainsi déclaré Delphine Batho, mardi 9 octobre 2012, devant la commission des Affaires économiques du Sénat. « Un groupe de travail est remis en place », a-t-elle ajouté, en détaillant les points prioritaires sur lesquels il va se pencher. Notamment : 

  • la «réponse aux attentes du consommateur»
  • et la «question du financement».

«Ma volonté est que ses conclusions puissent être présentées dans le cadre du débat sur la transition énergétique» – prévu pour débuter en novembre 2012, il doit se concrétiser par une loi de programmation en juin 2013 – et que le déploiement du compteur intelligent «puisse aboutir», a-t-elle précisé.

Le consommateur «cruellement oublié» – Cette annonce a surpris UFC Que Choisir, très active sur ce dossier. En avril 2012, l’association, reprochant au compteur de ne pas être au service des consommateurs alors qu’ils sont censés en être les principaux bénéficiaires, avait saisi le Conseil d’Etat d’un recours pour excès de pouvoir contre l’arrêté en détaillant les fonctionnalités.

«Nous ne sommes pas au courant de la constitution d’un groupe de travail ni a fortiori des sujets sur lesquels il va travailler», commente son chargé de mission Energie/Environnement, Nicolas Mouchnino. «Mais s’il s’agit d’améliorer l’information du consommateur, jusqu’ici cruellement oublié dans le dispositif, en lui permettant, grâce à une information gratuite, de qualité et aisément accessible, de maîtriser sa consommation, alors, c’est un point positif». Toutefois, en attendant d’en savoir plus, pas question pour UFC Que Choisir de renoncer à son recours.

«Oui ? Non ? Comment ?» – Membre du comité de suivi Linky installé par Eric Besson en 2011(1) en tant que président du Syndicat intercommunal d’énergie d’Indre-et-Loire (SIEIL), département où le compteur a été expérimenté – de même que dans l’agglomération lyonnaise -, Jean-Luc Dupont s’étonne tout autant des propos de la ministre de l’Energie.
Comme UFC Que Choisir, il l’avait contactée « pour connaître sa position sur le sujet », notamment sur la question du « bénéfice réel » pour le consommateur. Comme UFC Que Choisir, il n’a pas eu de retour. Et comme UFC Que Choisir, il s’interroge aujourd’hui sur ses intentions : « Oui ? Non ? Comment ? »

Le mode de financement remis en cause ? – Autre mystère de l’annonce ministérielle, le financement de Linky. Cette question « n’est pas résolue », a en effet affirmé Delphine Batho. Or, si le coût du déploiement des 35 millions de compteurs fait polémique, avec des estimations allant du simple au double – 4,5 milliards d’euros selon ERDF, 8 à 10 milliards selon la FNCCR -, les modalités de financement « semblaient tranchées », expliquent en chœur Nicolas Mouchnino et Jean-Luc Dupont.
Via, comme le stipule le décret du 31 août 2010, le Tarif d’utilisation des réseaux publics d’électricité (TURPE), autrement dit, le tarif d’acheminement de l’électricité, payé par l’abonné.
Preuve d’ailleurs que la « gratuité » promise par l’ex-ministre Eric Besson, un engagement réitéré par Delphine Batho, est une chimère…

Extrapolation – Alors, les uns et les autres en sont réduits à extrapoler sur les intentions de la ministre Delphine Batho. Le projet Linky sera-t-il largement remanié ou seulement retouché ? Et dans quelle(s) direction(s) ? La ministre, sollicitée à trois reprises par La Gazette, n’a pas répondu à notre demande de précisions. Ne serait-ce que par un no comment.

Notes

Note 01 Dans son rapport définitif rendu en septembre 2011, le comité de suivi Linky, composé des parties prenantes (parlementaires, administration, régulateur, médiateur, fournisseurs, gestionnaire de réseau, collectivités concédantes, consommateurs…), a estimé que le compteur communicant pouvait être généralisé à l’ensemble du territoire mais en l’assortissant de mesures complémentaires. Retour au texte

6 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Linky : le projet du compteur électrique intelligent réapparaît, le mystère demeure

Votre e-mail ne sera pas publié

CATZY

12/10/2012 01h51

S’agit-t-il de faire bénéficier ERDF de rentrées financières, une fois de plus sur le dos des consommateurs ?
Personnellement, si un centime d’euros devait m’être demandé pour changer le compteur, je refuserai toute intervention d’ERDF quitte à ce que l’on me coupe l’électricité. Tant pis, j’opterais alors pour un groupe électrogène bien polluant ! Je pense qu’ERDF pratique un loobying très actif pour caser ses compteurs aux frais des usagers !

lector

13/10/2012 10h13

Le prix cu compteur est compris dans l’abonnement, il n’y a donc aucune raison de faire payer ce nouveau compteur au consommateur. Ce compteur n’amènera rien de plus au consommateur, en effet si nous voulons suivre notre consommation il suffit de relever journellement son compteur, une simple soustraction permet de connaître la consommation journalière.
Je suis d’accord avec Catzy, il s’agit surtout de fournir des rentrées financières à Edf.
Mais quel est le prix de revient réel de ce compteur, là mystère ?

AlainDuCantal

13/10/2012 11h19

Quelques précisions pour « dépassionner » ce sujet :
– le compteur Linky est un compteur électronique « communicant » (il n’a rien d’intelligent en lui-même !) Ce qui est « intelligent » c’est l’usage qu’on en fait, grâce à un système de traitement des informations recueillies : amélioration de la qualité de facturation, conseils sur les économies de consommation possibles, rapidité d’intervention pour changer d’option ou de puissance, etc …
– l’intervention chez le client pour changer de compteur sera gratuite
– l’impact sur la facture sera nul si le client ne change rien à ses habitudes … mais s’il utilise les informations pour contrôler sa consommation, il pourra la faire baisser.
– ajoutons que ce compteur permettra également de relever la qualité du courant, en comptabilisant le nb de coupures vu par chaque client et de mesurer la tension pour diagnostiquer d’éventuelles défaillances sur le réseau.
En conclusion, le client a tout à gagner à ce que son installation soit mieux gérée par de meilleures prestations, sans coût supplémentaire.
Gardons un raisonnement de bon sens et évitons les polémique politiciennes stériles !

criophoros

14/10/2012 03h35

A monsieur d’EDF; si tout est aussi simple que vous le décrivez pourquoi est-il impossible à ce jour d’obtenir les informations simples demandées par les consommateurs et UFC QUE CHOISIR?

« Gardons un raisonnement de bon sens et évitons les polémique politiciennes stériles ! »

Chiche!

Gavroche

15/10/2012 04h15

Que ce soit 4.5, 8 ou 10 milliards d’euro, c’est une somme (même pour 35 milliards d’unités).
Comme c’est toujours au final l’usager (nous) qui payons.. ce ne sera pas « gratuit ». Par contre suppression d’emplois, opérations problématiques générant des difficultés avec l’excuse habituelle « c’est l’informatique » vont probablement nous tomber dessus.
Et comment va-t-on concilier / conjuguer ce nouveau compteur et les tarifs « sociaux » de l’énergie ? Que ce compteurs soit proposé à ceux qui le veulent, avec les conséquences tarifaires (en plus ou moins..) mais que les autres abonnés puissent échapper à ce « miracle » de la technologie… Non pas contraindre mais proposer… ce serait nouveau cela !

geronimo

21/11/2012 11h18

Le CPL injecté dans le réseau de distribution électrique Basse Tension va rayonner sur tout le territoire avec une norme légale d’irradiation basée sur la théorie dite des faibles doses qui est un modèle adapté au passé, modèle maintenant reconnue totalement obsolète (exemple actuel avec le bisphénol), en d’autres termes, la généralisation des faibles doses en tout provoque l’overdose avec les effets dévastateurs sur la détérioration de la santé publique que nous constatons aujourd’hui .
Avec le Linky radiatif, ce qui attend les français est une irradiation générale de leur environnement, donc de leur cadre de vie jusque dans les moindres recoins de leurs appartements, chambre à coucher des enfants incluse.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X