Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
  • Accueil
  • Actualité
  • France
  • Handicap et dépendance : l’Unapei dénonce le transfert de compétence aux départements, annoncé par François Hollande

Décentralisation

Handicap et dépendance : l’Unapei dénonce le transfert de compétence aux départements, annoncé par François Hollande

Publié le 09/10/2012 • Par Virginie Fauvel • dans : France

Le président de la République a annoncé que "les départements se verront confier l'ensemble des politiques du handicap et de la dépendance, hors du champ de l'assurance maladie", lors des états généraux de la démocratie territoriale, vendredi 5 octobre 2012. L'Unapei, acteur majeur de la politique du handicap, craint une décision uniquement guidée par une logique de réduction des déficits. L'association réclame une concertation avec le chef de l'Etat.

« Sans aucune concertation, le président de la République cède aux départements une grande partie de la politique du handicap », regrette l’Unapei (1) qui réagit, dans un communiqué du 8 octobre 2012, aux annonces du chef de l’Etat qui s’exprimait le 5 octobre dans le cadre des états généraux de la démocratie territoriale.  
Selon l’association, un tel transfert de compétences « au profit » des conseils généraux traduit la volonté de l’Etat de se désengager de la politique du handicap : « L’Etat ne jouera plus aucun rôle dans l’égalité de traitement des personnes handicapées. Leur sort risque de dépendre de la bonne ou mauvaise santé financière des départements ».

Logique de réduction des déficits - L’Unapei voit une décision « guidée avant tout par une logique de réduction de déficits de l’Etat, le handicap n’étant ainsi perçue que comme une charge à transférer au profit de collectivités elles-mêmes exsangues et qui pourraient être tentées au travers de la manne financière ainsi transférée – plus de 11 milliards d’euros – de détourner ces sommes pour assurer leur propre équilibre ». 
Raison pour laquelle l’Unapei refuse la décentralisation de l’allocation aux adultes handicapés (AAH) ; des aides pour les établissement et services d’aides pour le travail (ESAT) et demande sans délai « l’ouverture d’une concertation avec le chef de l’Etat et les personnes concernées ».

Cet article est en relation avec le dossier

Notes

Note 01 qui fédère 600 associations présentes au niveau local (Apei, Papillons Blancs, Chrysalide, Envol...), départemental (Adapei, Udapei, Association tutélaire), régional (Urapei), et gére 3 000 établissements et services spécialisés Retour au texte

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Handicap et dépendance : l’Unapei dénonce le transfert de compétence aux départements, annoncé par François Hollande

Votre e-mail ne sera pas publié

lector

10/10/2012 10h23

L’UNAPEI a raison. C’est à l’Etat de prendre en charge les politiques du handicap donc son coût comme c’est à l’Etat de prendre charge le RSA. Pourquoi transmeetre aux départements ces charges, encore une fois c’est pénaliser certains départements.
J’estime même que les allocations versées aus mères célibataires ne devraient pas être à la charge de la Caisse d’allocations familiales (CAF) mais à la charge du budget de l’Etat.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement