Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Etats généraux de la démocratie territoriale

Réforme des collectivités : le chef de l’Etat reporte la réforme «début 2013»

Publié le 05/10/2012 • Par Xavier Brivet • dans : France • Source : Courrier des maires.fr

Invité à intervenir dans le cadre des Etats généraux de la démocratie territoriale, organisés les 4 et 5 octobre 2012, par le Sénat, le président de la République a annoncé, vendredi 5 octobre 2012, que le projet de loi préparé par Marylise Lebranchu, ministre de la décentralisation, sera présenté « au début de l’année prochaine et discuté en première lecture au Sénat ».

Il a confirmé la tenue des élections municipales en 2014 en souhaitant « l’élection des conseillers communautaires par fléchage ». Il a souhaité le report « en 2015 » des élections cantonales et régionales. Il a annoncé un projet de loi limitant le cumul des mandats au « printemps 2013 ».

Le projet de loi sur la décentralisation devait initialement être présenté en novembre, en Conseil des ministres. Mais le chef de l’Etat a souhaité laisser davantage de temps au gouvernement pour intégrer dans son projet de loi (en partie rédigé) les propositions formulées par les parlementaires. Dans la foulée des Etats généraux, Marylise Lebranchu va entamer un nouveau cycle de concertation avec les associations d’élus locaux pour « enrichir » le projet de réforme.

François Hollande a souligné que cette réforme sera fondée sur quatre principes : « La confiance, la clarté, la cohérence, la démocratie ».
Sur le plan financier, elle sera accompagnée d’un « pacte de confiance et de responsabilité entre l’Etat et les collectivités pour les cinq prochaines années ».

  1. « La confiance »
    • Haut conseil des territoires. Devant les parlementaires, réunis à la Sorbonne, le 5 octobre, et en l’absence de l’UMP qui a boycotté son discours, François Hollande a indiqué que la réforme rétablira « la confiance entre l’Etat et les collectivités », symbolisée par la création du Haut conseil des territoires. Conçu comme un « lieu de concertation, d’évaluation et de négociation », il réunira le Comité des finances locales (CFL), la Commission consultative d’évaluation des normes (CCEN) et la Commission consultative sur l’évaluation des charges (CCEC). Le Haut conseil « sera saisi de chaque texte impactant les collectivités », a précisé le chef de l’Etat.
    • Expérimentation et adaptation. Autre signe de confiance selon lui en direction des élus, le projet de loi assouplira et élargira « le droit à l’expérimentation des collectivités » pour la gestion d’un dispositif ou d’une compétence. Il leur donnera également « un pouvoir d’adaptation de la loi ou du règlement quand l’intérêt local le justifie », a indiqué François Hollande tout en convenant qu’il « faudra encadrer ce pouvoir ».
    • Normes. Pour calmer l’inquiétude des élus devant l’inflation normative pesant sur leur budget, il a affirmé que « plus aucune norme ne sera adoptée sans un avis favorable de la CCEN dont la composition sera modifiée ». Parallèlement, « toute norme réglementaire qui n’aura pas été confirmée de manière expresse à une date que fixera la loi deviendra immédiatement caduque ». Enfin, « toute nouvelle norme sera accompagnée de la suppression d’une autre. »
  2. «La clarté »
    • Bloc de compétences. Pour éviter les doublons avec l’Etat et la confusion des responsabilités, le projet de loi « ira jusqu’au bout de certains transferts » en privilégiant la logique de blocs de compétences, a indiqué le chef de l’Etat.
    • Transferts aux régions. « La loi devra clairement confier aux régions l’ensemble des attributions qui sont encore celles de l’Etat en matière de formation professionnelle, d’orientation, de mise en cohérence des politiques de l’emploi au niveau territorial » (hors Pôle Emploi et gestion des contrats aidés), a précisé François Hollande. De même, l’Etat « laissera la région avoir vocation à piloter l’ensemble des politiques conduites dans les domaines de l’emploi et de la formation » pour un « meilleur lien entre les qualifications proposées et les besoins des entreprises ».
      Les conseils régionaux gèreront également les dispositifs « d’aide et de soutien aux petites et moyennes entreprises ». Ils disposeront de deux instruments : la banque publique d’investissement (BPI) conçue comme un « guichet unique » coprésidé par l’Etat et les régions, d’une part. De l’autre, les fonds structurels européens dont ils assumeront la gestion directe.
    • Autres transferts. Les départements se verront confier l’ensemble des politiques sociales et relatives au handicap, tandis que « l’Etat partagera avec le bloc local la gestion de la transition énergétique. »
  3. « La cohérence »
    • Chef de file. « Le problème n’est pas le nombre d’échelon de collectivités. Le problème c’est la répartition des compétences et la gouvernance des territoires », a jugé le chef de l’Etat. La réforme « étendra la notion de chef de file dans tous les domaines » a-t-il précisé en citant « les transports et déplacements, le logement, la jeunesse ». « A chaque grande politique correspondrait une seule collectivité », a-t-il dit.
    • « Pacte de gouvernance ». La loi « fixera la règle dans certains cas et ouvrira la possibilité aux collectivités de s’organiser par le biais d’un <<pacte de gouvernance>> territorial » pour répartir la gestion des compétences « qui pourra varier selon les territoires et la taille des collectivités ».
    • Métropoles. Parallèlement, le projet de loi « donnera aux métropoles des moyens et un cadre juridique » pour leur permettre pour qu’elles puissent pleinement impulser « le développement urbain » et gérer des compétences en articulation avec les régions, a précisé François Hollande.
  4. « La démocratie »
    • Pacte Etat-collectivités. Au chapitre financier, le chef de l’Etat a souhaité la signature d’un « pacte de confiance et de responsabilité entre l’Etat et les collectivités pour les cinq prochaines années », dont les principes « seront discutés au sein du Haut conseil des territoires dès le début de la discussion du projet de loi » sur la décentralisation. François Hollande a assuré les élus que l’Etat soutiendra l’accès au crédit des collectivités (sans toutefois mentionner la création de l’agence de financement souhaitée par plusieurs associations). « Nous aiderons aussi les collectivités touchées par les emprunts toxiques. ».
      Pour redresser les comptes publics, François Hollande a confirmé que « des efforts seront demandés à tous y compris aux collectivités », faisant allusion à la baisse des dotations de l’Etat en 2014 et 2015 annoncée lors du Comité des finances locales, le 27 septembre.
    • Fiscalité. Le chef de l’Etat a fixé deux principes au chantier de la réforme fiscale locale : la « simplification et la création d’une fiscalité compatible avec la dynamique des dépenses. » Dans ce contexte « les régions doivent retrouver une part d’autonomie fiscale ».
    • Départements. Un « paquet financier sera mis en place en 2013 pour faire face aux difficultés des départements et il faudra trouver un mode de financement pérenne pour la prise en charge de la dépendance ».
  5. « Le pacte financier »
    • Péréquation. Le chef de l’Etat a souhaité un renforcement de la péréquation financière, « celle que l’Etat organise pour ses dotations en faveur des territoires les plus fragiles, et celle qui existe entre les collectivités plus ou moins favorisées. »

Cet article est en relation avec le dossier

3 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Réforme des collectivités : le chef de l’Etat reporte la réforme «début 2013»

Votre e-mail ne sera pas publié

MD

06/10/2012 06h05

Bonsoir
Je pense que l’intervention du Président à la Sorbonne est positive pour clarifier et rassurer les collectivités locales et leurs représentants. Nonobstant, il me semble qu’il faudrait faire confiance au Président de la République élu démocratiquement quand il dit que la réforme de décentralisation sera étudiée en 2013. Ce n’est pas la priorité face au chômage et à la crise économique qui touchent l’Etat, les collectivités et la population entière! C’est une chômeuse qui parle et qui travaille pourtant dans un secteur portant compte tenu de la conjonctutre économique et sociale. Néanmoins, le pole emploi ne peut pas me recevoir avant un mois alors que j’ai du cloturer mon PEL pour pouvoir payer mon loyer exorbitant!!! Conclusion, je suis sans ressource pendant deux mois et demi à cause de l’Administration française et la Ville de Paris qui a trainé à me donner le papier nécessaire pour m’inscrire au Pôle Emploi.

ALIMAS

09/10/2012 06h33

(09A1273A01). IL Y A LOIN DE LA COUPE AUX LÈVRES POUR LE CHANGEMENT, MAINTENANT ! Qu’on ne vienne pas me faire croire que les analyses, rapports et conclusions ne permettent pas d’arbitrer maintenant ! La future démocratie territoriale est à la fois un problème de suppression de certaines feuilles du Millefeuille au bénéfice de création de nouvelles feuilles, d’Élection directe ou indirecte des Conseils exécutifs et du Cumul de mandats.

xylla

30/12/2012 01h18

Je suis scandalisée du peu de cas dont Toulouse fait l’objet! 4° ville de France on ne lui donne pas sa chance ! Toulouse est condamnée à devenir un petit village !!! en tant que 4° ville de France elle avait vocation à obtenir légalement le statut d’eurométropole, les élus locaux ici n’auront jamais ce genre de volontarisme, Toulouse sera un micro village !!! merci pour la ville rose (rose pourquoi au fait? un maire rose que la démolit chaque jour un peu plus, un gouvernement, une assemblée roses qui l’ignorent superbement)… quelle tristesse !!!!

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X