Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Finances

« Après la TVA sociale, une TVA locale », dénonce le groupe PS à l’Assemblée

Publié le 04/07/2007 • Par La Rédaction • dans : France

La porte-parole du groupe PS à l’Assemblée nationale, Aurélie Filippetti, s’est inquiétée le 3 juillet de « l’augmentation prévisible de la fiscalité locale », estimant qu' »après la TVA sociale, on va avoir une TVA locale ».
« Plusieurs points des projets du gouvernement nous semblent inquiétants, notamment l’augmentation prévisible de la fiscalité locale pour financer les mesures fiscales des plus riches », a-t-elle déclaré à l’issue d’une réunion du groupe socialiste.
« Après la TVA sociale, on va avoir une TVA locale, puisque ce sera aux collectivités locales d’assumer la charge d’un certain nombre de projets du gouvernement, c’est extrêmement inquiétant », a-t-elle ajouté.
Dans son discours de politique générale le 2 juillet devant les députés, le Premier ministre François Fillon a lancé un appel aux collectivités locales, jugées souvent trop dépensières dans les rangs de la majorité, soulignant que les dotations de l’Etat ne pourraient pas « croître au delà de l’inflation en 2008 ».
Aurélie Filippetti a également indiqué que le groupe PS s’opposera « avec fermeté » aux franchises médicales, qui visent à faire « payer par les contribuables l’explosion des dépenses de maladie ».
Elle a enfin dénoncé « le grand flou » dans les mesures sur l’éducation, soulignant que « François Fillon annonce qu’il va donner priorité aux ZEP et développer les cours du soir mais d’un autre côté, il a annoncé 10.000 suppressions de postes dans l’Education nationale ». « Nous demandons des explications et des précisions », a-t-elle dit.
Le 2 juillet sur France 2, le Premier ministre s’est refusé à confirmer que la baisse des effectifs dans l’Education nationale serait d’environ 10.000, un ordre de grandeur évoqué par le ministre Xavier Darcos, en estimant que « c’est un chiffre qui a été jeté comme ça en l’air ».

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

« Après la TVA sociale, une TVA locale », dénonce le groupe PS à l’Assemblée

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X