Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
  • Accueil
  • Actualité
  • France
  • Transfert des gestionnaires de collège aux départements : Claudy Lebreton n’en fera pas une «affaire d’Etat»

éducation

Transfert des gestionnaires de collège aux départements : Claudy Lebreton n’en fera pas une «affaire d’Etat»

Publié le 02/10/2012 • Par Michèle Foin • dans : France

Depuis sa proposition, début septembre 2012, de transférer les gestionnaires de collèges aux départements, Claudy Lebreton, le président de l’Association des départements de France (ADF), a suscité de vives réactions de la part des syndicats. Il se dit aujourd’hui ouvert au dialogue, mais n’entend pas ouvrir les hostilités sur ce sujet qu’il juge mineur.

Le 5 septembre 2012, en marge de la conférence de presse de préparation du 82e congrès de l’Assemblée des départements de France (ADF), Claudy Lebreton, président de l’ADF, lâchait à l’AEF : « les départements demandent le transfert des gestionnaires de collège dans le cadre de l’acte III de la décentralisation ».

Casus belli- Il s’est pris en retour les foudres des syndicats UNSA-Education et Administration et Intendance (A&I-UNSA), le syndicat majoritaire auprès des gestionnaires de collège, qui n’hésitent pas à évoquer un « casus belli ».
« L’établissement public local d’enseignement (EPLE), n’est pas un service déconcentré de l’Etat ou d’une collectivité locale, s’insurge Laurent Escure, secrétaire général de l’UNSA –Education. L’EPLE a une autonomie dans le cadre de programmes nationaux, pour mettre en œuvre une politique éducative nationale. Il est donc impossible que le gestionnaire, qui régit les finances de l’établissement, dépende d’une collectivité territoriale».
De plus, rappelle les syndicats, le décret n°2011-1716 du 1er décembre 2011, relatif à l’organisation et au fonctionnement des EPLE est venu préciser la composition de l’équipe de direction, et renforcer la fonction de gestionnaire, désigné depuis, comme l’adjoint auprès du chef d’établissement.
Pour Jean-Yves Rocca, secrétaire général de d’A&I-UNSA, remettre en cause cette gouvernance, « c’est purement et simplement démembrer l’EPLE. Car je ne connais aucun service public en France qui fonctionne sous la forme d’une diarchie. Je n’ose imaginer les tensions que cela générerait au sein de la direction des établissements».

Proximité avec les TOS – Aux vues des réactions syndicales, Claudy Lebreton a depuis tempéré ses propos. « Je tiens à préciser que cette proposition de transférer les gestionnaires de collège n’engage que moi, et doit encore être débattue au sein de l’ADF. Elle fera partie de nos réflexions sur les nouveaux transferts de compétences dans le cadre de l’acte III de la décentralisation », a-t-il dit à la Gazette des communes le 29 septembre 2012.
Quels seraient les avantages d’un tel transfert pour les départements ? Claudy Lebreton, y voit un moyen de créer davantage de proximité avec les techniciens et ouvriers de services (TOS), qui dépendent des départements depuis l’acte II de la décentralisation, et qui se sentent trop éloignés du pouvoir central.
Pour Laurent Escure, c’est plutôt une question de pouvoir : « Avoir le gestionnaire sous leur coupe, permettrait aux départements, qui sont les patrons financiers de la mise en œuvre de la politique d’éducation dans les collèges, de lui donner des directives et des ordres. »
Et de se demander jusqu’où cela pourrait aller : « Il n’y pas de raison que les autres personnels administratifs ne passent pas eux aussi sous le giron des conseils généraux », prédit le secrétaire général de l’UNSA-Education.

Contractualisation tripartite – Au-delà de ces manœuvres politiques, pour les syndicats, la véritable question est plutôt de savoir comment faire travailler ensemble fonctionnaires de l’Etat et fonctionnaires territoriaux. « Cela fait des années que nous proposons une contractualisation tripartite : Etat-collectivités – EPLE. Il faut que les recteurs travaillent avec les présidents des régions et des conseils généraux. Là se situent les vrais enjeux de gouvernance et de mise en cohérence ! Car sur le terrain, tout le monde ressent le besoin de travailler ensemble, de définir un cahier des charges commun, d’avoir un schéma territorial pour l’éducation, dans lequel inscrire son projet d’établissement », résume Jean-Yves Rocca.

Claudy Lebreton se dit ouvert au dialogue avec les syndicats qu’il compte rencontrer dans les prochains jours. « Je ne veux pas les gestionnaires à tout prix, se défend-il. Si les syndicats ont des arguments pour me convaincre, je les entendrai. L’Association des régions de France a renoncé à se battre sur le sujet. Je ne suis pas dans la provocation, et n’en ferai pas non plus une affaire d’Etat. »

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Transfert des gestionnaires de collège aux départements : Claudy Lebreton n’en fera pas une «affaire d’Etat»

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X