Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Sécurité civile

Congrès de sapeurs-pompiers : Manuel Valls se dit prêt à « bousculer les schémas » de la gouvernance

Publié le 01/10/2012 • Par Hervé Jouanneau • dans : Actu prévention sécurité, France

Gouvernance, volontariat, secours à personne, financement des services d’incendie et de secours. A l’occasion du Congrès annuel des sapeurs-pompiers de France, le ministre de l’Intérieur a exposé le 29 septembre 2010 sa « feuille de route » pour la sécurité civile. Les pompiers se disent "satisfaits".

Baptême du feu réussi pour Manuel Valls, qui, pour la première fois en tant que ministre de l’Intérieur, clôturait le congrès national des sapeurs-pompiers de France. Se proclamant « premier sapeur-pompier de France » devant un parterre de pompiers réunis le 29 septembre à Amiens, le ministre a défendu le modèle français de la sécurité civile. Suscitant la satisfaction des pompiers.

Réorganisation de la gouvernance – « Après 11 années de mise en oeuvre effective, la réorganisation territoriale des services d’incendie et de secours à l’échelle des départements est un véritable succès. Cette réussite nous la devons aux efforts conjugués des élus, des sapeurs-pompiers, et des services de l’Etat » a-t-il déclaré. Mais pressé par le président de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France, le colonel Eric Faure, de corriger les insuffisances dans l’organisation de la sécurité civile, il a indiqué qu’il ne fallait pas « s’interdire de bousculer les schémas dans lesquels nous fonctionnons aujourd’hui et imaginer une nouvelle gouvernance ».

« La place des sapeurs-pompiers sur notre territoire, autour du maire et des élus départementaux donne de la force et assure sa proximité au système, c’est incontestable. Mais à l’heure où l’on raisonne de plus en plus en bassins de risques, et où, de plus en plus, des équipements et des technologies sophistiqués sont nécessaires, les frontières administratives deviennent des frontières opérationnelles et freinent notre efficacité » a-t-il précisé.

« Je vous le dis : je n’ai pas peur d’une réflexion institutionnelle sur les compétences, sur l’acquisition et la mutualisation des 15 équipements ou sur la gestion des personnels. Cela peut passer par des structures nouvelles, des organisations différentes, des rapprochements permettant de démultiplier les compétences et les capacités que vous déployez déjà dans vos SDIS » a-t-il ainsi lancé, proposant au président de la conférence nationale des services d’incendie et de secours (CNSIS), Yves Rome, d’être pleinement associé à cette réflexion.

Assistance à la population – De la même manière, Manuel Valls a proposé d’engager « une véritable réflexion entre l’Etat et les élus sur l’assistance à la population » « Je souhaite que nous puissions, dans le cadre de la CNSIS, mener une étude sur les missions des SDIS » a-t-il indiqué, répondant aux inquiétudes formulées par le président de la FNSPF sur la concurrence entre services médicaux d’urgence et services d’incendie et de secours.

Autre priorité ministérielle : la relance du volontariat. Manuel Valls a déclaré qu’il fallait inverser la courbe d’évolution des effectifs de pompiers volontaires, 200.000 actuellement, « qui ne cessent de diminuer depuis 2004 », et « lancé un appel à la jeunesse pour qu’elle s’engage dans ce corps d’exception des pompiers ». « Le milieu sapeur-pompier est un véritable creuset républicain (…) Vous êtes une référence pour ceux qui, notamment par le biais du service civique, cherchent à donner un sens à leur vie », a-t-il dit. Saluant les 30.000 jeunes sapeurs-pompiers (âgés de 11 à 18 ans), le ministre a estimé qu’il « était primordial de mettre en place des mesures simples destinées à élargir le recrutement ».

Temps de travail : soutien du ministre – S’agissant de la directive européenne sur le temps de travail, qui créée l’inquiétude parmi les professionnels, Manuel Valls a apporté son soutien à la FNSPF. « Nous devons anticiper et veiller à la défense de notre modèle, en assurant l’exclusion des sapeurs-pompiers volontaires du champ d’application de la directive » a-t-il promis.

A propos de la modernisation des équipements, Manuel Valls a annoncé que l’Etat consacrerait 118 millions d’euros pour raccorder les services départementaux d’incendie et de secours (SDIS) au réseau de télécommunication sécurisé Antarès.

Il a aussi annoncé qu’une médaille spécifique reconnaissant le mérite des pompiers allait être distribuée: « J’ai le plaisir de vous informer que j’ai signé l’arrêté créant l’agrafe +sapeur-pompier+ pour la médaille de la sécurité intérieure et qu’il est aujourd’hui publié. »

Le financement, de nouveau sur la table

Le débat sur le financement des services d’incendie et de secours s’est comme chaque année invité au Congrès des sapeurs-pompiers. Le tableau est connu : 57% du financement des pompiers vient des conseils généraux et 43% des communes. Le coût moyen des secours est en France de 80 euros par an et par habitant, et ce grâce au système de pompiers volontaires.

Le même service effectué par des pompiers professionnels, avec des salaires assujettis aux cotisations sociales, « coûterait bien plus cher », a déclaré le président de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France (FNSPF), le colonel Eric Faure. La France compte 248.300 pompiers dont 195.200 sapeurs-pompiers volontaires (79%), chiffre qui a baissé de 2.100 sapeurs en un an. Dans une allocution prononcée le 29 septembre, il a privilégié trois pistes de réflexion pour faire évoluer le financement des Sdis : le déplafonnement des contributions communales et intercommunales, la fiscalisation des Sdis ou encore la contribution de l’assurance maladie aux missions d’assistance à personne. Le président de l’Association des départements de France (ADF), Claudy Lebreton, a demandé aux pouvoirs publics « d’arrêter d’imposer des nouvelles normes, de nouveaux référentiels qui se traduisent souvent par des dépenses importantes pour les départements ». Rappelant qu’entre 1999 et 2012 le nombre de pompiers professionnels est passé de 29.400 à 40.500, il estime qu’il « ne faut pas aller plus loin ».

Yves Rome, président de la Conférence nationale des services d’incendie et de secours (CNSIS), a souhaité explorer de nouvelles pistes pour le financement des pompiers, évoquant la possibilité de « mettre à contribution les sociétés d’autoroute, ou les sociétés industrielles qui présentent des risques ». Pour le directeur général de la Sécurité Civile, le préfet Jean-Paul Kihl, des économies sont possibles en mettant en commun des moyens entre plusieurs départements. « La loi de 2004 offre la possibilité de créer des établissements publics interdépartementaux, mais aucun département n’a saisi cette opportunité », a-t-il regretté.

Références

Tous les discours prononcés lors du Congrès d'Amiens mis en ligne sur le site web de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France

Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Congrès de sapeurs-pompiers : Manuel Valls se dit prêt à « bousculer les schémas » de la gouvernance

Votre e-mail ne sera pas publié

Agent Territorial Girondin

02/10/2012 06h44

DECEVANT !!! voila ce que j’en pense
Encore un ministre de l’intérieur qui va écouter et négocier avec des associations mais pas avec les syndicats qui sont les representants du personnel des SDIS.
Discuter avec les officiers c’est mieux qu’avec la base ou ses représentants…on est plus facilement écouté.
Enfin je suis DECU de voir qu’on est en Europe, en CRISE et que l’on trouve normal de voir que les « volontaires » perçoivent des indemnités NON IMPOSABLES! qu’ils puissent se rendre sur des interventions sans respecter les temps de repos nécessaires comme tous les travailleurs en mettant bien entendu en danger les personnes secourues.
Je crois qu’il faut remettre les choses en place Monsieur le Ministre de l’intéreiur: En effet vous a t-on caché qu’un grand nombre de professionnels sont volontaires dans un autre centre de secours ! Qu’ils pronent la sécurité et le repos mais n’hésitent pas a partir lorsque la mission est non « IMPOSABLE » .
Enfin en ces periodes difficiles je trouve INJUSTE que des citoyens aussi braves que possible aillent gagner de l’argent parce qu’il y aucune charge, aucune imposition et aucune contrainte.
Simplifions les choses.
Faites en des BENEVOLES au lieu de volontaires et sans indemnités et là vous allez voir le nombre de professionnels qui vont déserter les centres de secours.ILS N’AURONT PLUS DE VOCATION !!!!!
Pauvre France que se soit la droite , la gauche ou le centre vous n’écoutez vraiment personne même en affichant un soi-disant dialogue social .

Pompier

02/10/2012 07h47

Mr l’agent territorial,

D’accord sur le principe des négociations hormis que tout le monde doit être entendu, syndicats, associations, etc…
Ensuite, oui on est en crise mais vous ne payer en moyenne que 80€ par an sur vos impôts pour un service public qui interviendra pour de nombreuses missions, et cela vous reviendrait beaucoup plus cher si elles étaient réalisées exclusivement par des professionnels.
Que les vacations soient non imposables pour des gens qui en plus de leur travail donne de leur temps pour sauver votre vie ou vos biens ne me choque pas… au contraire de vous…
Pour les temps de repos, c’est aux chefs de centre concerné de ne pas accepter de personnel sortant d’une garde, et rassurez vous, les pompiers sont de grandes personnes responsables qui ne veulent pas avoir de collègues blessés ou pire… Alors mettre en danger les personnes secourues… Piètre opinion que la vôtre…
Je vous cite : « mais n’hésitent pas a partir lorsque la mission est non « IMPOSABLE ». » Mais aussi quand elle l’est, je vous rassure… Ou pensez vous qu’ils refusent d’habitude ?
2ème citation : « je trouve INJUSTE que des citoyens aussi braves que possible aillent gagner de l’argent parce qu’il y aucune charge, aucune imposition et aucune contrainte. » Sérieusement ? C’est vrai qu’ils ne risquent pas leur vie alors que le montant des vacations est dérisoire… Et en faire des bénévoles… Pour le degré de technicité nécessaire, le temps de formation, le temps de garde et d’intervention… Vous êtes un gag à vous tout seul et juste quelqu’un d’aigri qui n’a pas l’air de savoir de quoi il parle à 100%… Rien ne vous empêchent de faire pareil mais à vous lire, vous n’avez jamais dû réussir les examens d’entrée (oui oui il y en a, on ne devient pas pompier en achetant un uniforme).
Alors en conclusion, pour résorber la crise, il y a d’autres moyens… Il y a des gens qui vivent sur vos impôts sans rien faire par exemple et vous vous en prenez aux pompiers… Vous êtes pathétique…
Amusez vous bien dans votre vie qui doit être bien triste.
PS : Je suis pro, et pas volontaire en même temps, juste pour éviter les malentendus.

Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X