Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Sécurité civile

Le nouveau système d’alerte des populations sera testé dès 2013

Publié le 01/10/2012 • Par Isabelle Verbaere • dans : Actu prévention sécurité, France

Le réseau national de sirène, qui remonte à l’après-guerre, est devenu obsolète. Un nouveau système est en cours de conception. Le ministère de l’intérieur a confié une partie de sa conception à une filiale d’Eads, lundi 10 septembre dernier.

Une sirène du réseau national d’alerte installée à Bobigny (Seine-Saint-Denis) a réveillé des milliers d’habitants, dès 7 h30 du matin, dimanche 23 septembre 2012. Cet incident dû à un problème technique n’est pas surprenant. La sécurité civile elle-même en convient : ce réseau est « d’une vétusté grandissante. »

La rénovation du système en chantier – En juin 2008, le livre blanc sur la défense et de la sécurité nationale insistait sur la nécessité de le moderniser.
Lancé par le gouvernement il y a quatre ans, ce chantier a franchi une étape majeure : Cassidian, une entreprise du groupe Eads, s’est vu attribuer par le ministère de l’intérieur le développement du logiciel du nouveau système d’alerte et d’information des populations (SAIP), ainsi que la conception des boîtiers de mise en réseau des sirènes.

Du matériel tel que sirènes et armoires de commande ont aussi été commandé à d’autres entreprises. Les premiers tests seront réalisés en 2013 dans les départements du Rhône et des Bouches-du-Rhône.

Un réseau datant de plus de 60 ans – « L’enjeu de ce dispositif est considérable, insiste le lieutenant Eric Giroud, animateur de la commission des systèmes d’information et de communication à la fédération des sapeurs-pompiers. Les risques naturels s’accroissent.
Certes, des progrès importants ont été réalisés dans leur prévision, leur évaluation. Mais en bout de chaîne, les moyens pour alerter les populations sont obsolètes. Des catastrophes récentes comme la tempête Xynthia, en 2010, dont certaines victimes ont été prises au piège, l’ont clairement montré ».
1,4 million de Français serait exposé au risque de submersion marine, révélait une estimation du ministère du développement durable en juillet 2012, et 17 millions au risque d’inondation.

« Pour construire le SAIP, nous avons commencé par réaliser un inventaire des sirènes existantes sur le territoire métropolitain, expose Christophe Renou chef du bureau de l’alerte, de la sensibilisation et de l’éducation des publics à la direction générale de la sécurité civile et de la gestion des crises. Il en existe 10 000. La moitié environ relèvent des communes et des Sdis, un milliers des industriels, les 4 000 restantes du réseau national d’alerte de l’Etat.
Ce dernier réseau, mis en place après la seconde guerre mondiale et au début de la guerre froide afin de prévenir les populations en cas de bombardement est aujourd’hui vieillissant et inadapté aux enjeux actuels de protection des populations, surtout exposées aux risques d’inondation, d’accidents industriels ou encore de tempêtes ».

Des sirènes avant des SMS ? – L’objectif de la sécurité civile est d’interconnecter dans un même système, l’ensemble des moyens d’alerte existants sur les zones les plus exposées à des risques. Elle en a identifié moins de deux mille. « Pour couvrir ces territoires, de nombreuses sirènes supplémentaires devront à terme être installées et interconnectées à celles déjà présentes, poursuit Christophe Renou. Une grande part le sera dans les trois prochaines années ».
A terme, l’alerte par les sirènes sera complétée par la diffusion de messages sur les téléphones mobiles.

Le système qui devrait être achevé d’ici 2017, sera mobilisable par les maires, les préfets, par les Centres opérationnels départementaux d’incendie et de Secours (Codis) et le centre opérationnel de gestion interministérielle des crises (Cogic). «Toutefois l’alerte n’est pas qu’un problème technique, concluent Eric Giroud et Christophe Renou. Qui dans la population sait encore qu’un signal de 30 secondes signifie qu’il faut se calfeutrer et écouter la radio ? Un travail d’information auprès des populations s’impose aussi ».

Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le nouveau système d’alerte des populations sera testé dès 2013

Votre e-mail ne sera pas publié

Vanessa

01/10/2012 09h38

Bonjour à tous ayant lu le texte et voyant une phrase qui me saute au yeux … Le signal de 30 seconde n’est pas fais pour signaler a la population qu’il faut se calfeutrer mais il signale la fin de l’alerte. La sirene pour prévenir la population d’un risque majeur est un son modulé de 1m41 sec coupé de 5 sec reprend 1m 41 sec se recoupe pendant 5 sec et reprend pendant 1m41 sec et c’est cette sirène la qui prévient la population qu’il faut se calfeutrer et non pas l’inverse……..

Gilles PICOLET

30/04/2013 06h07

Les essais de sirènes se déroulent chaque 1er Mercredi de chaque mois à midi.
Mercredi 1er Mai 2013, les sirènes ne sonneront pas.
L’essai sera reporté au Jeudi 2 Mai.
Il faut donc en conclure qu’en cas de catastrophe majeure un jour férié, la population ne sera avertie que le lendemain, les personnels en charge de déclencher les sirènes étant de repos le jour férié….
Pauvre FRANCE !!!

Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X