Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[OPinion] intercommunalité

Garder une longueur d’avance

Publié le 28/09/2012 • Par La Rédaction • dans : France, Opinions

Pascal Fortoul

Pascal Fortoul

Président de l’Association des directeurs généraux des communautés de France

Institution hybride, à la croisée des chemins entre espace d’administration et espace de projets, l’intercommunalité est entrée, ces dernières années, dans une phase d’organisation et de perfectionnement qualitatif.

Elle affirme ainsi progressivement son leadership dans la conception, l’animation et la gestion des services publics locaux. Pour autant, la nécessité d’assurer, sur le long terme, un fonctionnement optimal du bloc communes-communauté, dans un environnement budgétairement contraint, combinée à la nouvelle vague de décentralisation et de transferts de compétences qui s’annonce, risque fort de mettre à l’épreuve la dynamique communautaire et de solliciter particulièrement les directeurs généraux (DG) d’intercommunalité, au regard de leur expertise et de leur capacité managériale.

C’est donc avec l’ambition d’anticiper les effets des mutations à venir sur l’exercice même du métier de DG d’intercommunalité, d’y préparer ses adhérents et, donc, de faciliter les prises de décisions des élus, que l’Association des directeurs généraux des communautés de France a engagé l’élaboration de son « manifeste ».

L’ADGCF(1) est en cela soucieuse de garder une longueur d’avance. Procédant d’une démarche ascendante, partant des pratiques et de l’expérience des DG de communauté, articulant analyse qualitative et quantitative, les travaux réalisés dans le cadre du manifeste de l’ADGCF expriment tout d’abord une vision prospective de l’intercommunalité.
Celle-ci est sous-tendue par l’émergence de nouveaux dispositifs de coordination et de coopération entre échelons territoriaux, visant à assurer la cohérence et l’efficacité maximales des politiques publiques.

Ce faisant, cette dynamique contribue à faire évoluer le métier même de DG d’intercommunalité, en l’inscrivant davantage dans des fonctions de management et de médiation multiterritorialisés.
C’est bien là que réside l’ambition de l’ADGCF : produire une offre, en termes de réflexion et de formation, répondant aux besoins actuels de ses membres et valoriser une culture administrative originale, en réseau, fondée sur des principes d’équité et de performance du service public.

Notes

Note 01 Créée en 1992, l’ADGCF fédère 700 directeurs généraux de communautés de communes, de communautés d’agglomération et de communautés urbaines. Retour au texte

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Garder une longueur d’avance

Votre e-mail ne sera pas publié

ALIMAS

30/09/2012 01h25

(09A1222A01). CE QUI M’EXASPÈRE DANS L’INTERCOMMUNALITÉ, C’EST QU’ELLE AVANCE MASQUÉE. Elle est pratiquement inconnue des électeurs. Les luttes de places et de pouvoirs, conduisent à de sérieux nombrilismes de dirigeants des fonctions politiques et publiques qui isolent le vouloir, le savoir et le pouvoir de la société civile, à chaque élection et création. (Les intercommunalités ne sont pas élues directement au suffrage universel). Pourtant, théoriquement, toute proposition et ou projet dans le cadre des compétences des Conseils exécutifs, ne devrait rencontrer, à priori, que des partenaires concernés et ou intéressés par les besoins généraux ! Certes, mais quels sont ces partenaires ? :

Europe (X États).
État français (1).
Régions (27).
Départements (101).
Communes (36.785).
Intercommunalités :
(CU) : Communauté Urbaine (16).
(CA) : Communauté d’Agglomération (191).
(CC) : Communauté de Commune (2.406).
Syndicats de Communes (?).
Agences (?), Missions, (?), Comités Théodule (?), Association ( ?), etc. …
Super-Région ou Territoire ou Métropole (?) à partir de 2014 ou 2015 ? On ne sait pas … !?
(EPIC) (?) : Établissement Public à Caractère Industriel et Commercial.
Et la Société civile des CONtribuables et PAS CONtribuables que je nomme la SOCIÉTÉ DES (CONPASCON) pour financer et ou bénéficier de tout ça.

La longueur d’avance souhaitable, c’est quand-même bien d’avoir tout le temps à l’esprit et dans les actes, le souci de réduire le millefeuille et les dépenses publiques, non !? Il faudrait donc que tous ces partenaires veuillent, sachent et puissent percevoir, savoir et juger, en fonction des compétences attribuées à chaque strate le traitement du (BPF) : Besoins, Priorités et Financements.

Le vœu pieux de vouloir planifier cet immense (BPF), implique, pour qu’il devienne solidaire, équitable et réciproque, de savoir, pouvoir et faire, autrement dit, des compétences et des décisions politiques cohérentes, transparentes et durables. Autant d’exigences apparemment incompatibles avec les changements politiques des Conseils exécutifs à chaque élection. Expérience vécue à Argenteuil : La municipalité actuelle (de Gauche) a eu comme première décision dès sa mandature, la modification du (PLU) de la ville voire la suppression de programmes d’aménagement et de construction de logements, votés par la municipalité précédente (de Droite) élue au suffrage universel, pour reprendre le tout sous l’autorité politique de L’Agglomération Argenteuil-Bezons, non élue au suffrage universel.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X