Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
  • Accueil
  • Actualité
  • France
  • Le CESE salue le rôle des missions locales et donne des pistes pour mieux accompagner les jeunes demandeurs d’emploi

Emploi des jeunes

Le CESE salue le rôle des missions locales et donne des pistes pour mieux accompagner les jeunes demandeurs d’emploi

Publié le 28/09/2012 • Par Agathe Vovard • dans : France

Un avis sur l'emploi des jeunes, voté mercredi 26 septembre 2012 par le Conseil économique, social et environnemental, évoque diverses solutions pour améliorer l'accompagnement des jeunes au chômage. Non sans saluer le travail des missions locales, qui manquent pourtant de moyens.

Le rapport du CESE sur l’emploi des jeunes arrive peut-être un peu tard, dans la mesure où le projet de loi portant création des emplois d’avenir a été adopté par les deux assemblées, et que la commission mixte paritaire (CMP) est prévue pour mardi 2 octobre.

Il n’empêche, un chapitre porte sur ce thème. Le rapporteur, Jean-Baptiste Prévost, ancien président du syndicat étudiant Unef, propose d’améliorer le dispositif des emplois d’avenir afin de renforcer le volet formation.
Il suggère d’ouvrir ces contrats aux titulaires d’un niveau IV (Baccalauréat), voire III (BTS, DUT, etc.) « pour ne pas pénaliser les jeunes qui ont réussi à obtenir leur diplôme mais qui peuvent rencontrer des difficultés importantes d’accès à l’emploi ».

Instabilité chronique des mesures d’emploi – De manière plus générale, le rapporteur déplore « une instabilité chronique des mesures d’emploi » et le déclin des contrats aidés depuis les années 2000. « L’utilisation trop fluctuante [de ces derniers] démobilise les acteurs alors qu’ils constituent un instrument utile, à la condition notamment qu’ils soient ciblés sur les personnes les plus éloignées de l’emploi et qu’ils soient assortis des actions d’accompagnement nécessaires », soulignait déjà dans un avis de juin 2011 le CESE.

Le rapport fait également la part belle au service public de l’emploi local et propose de renforcer les moyens, notamment humains, aujourd’hui « insuffisants et hétérogènes », des missions locales.

Soupape de désengorgement – Il insiste aussi sur la nécessité d’une meilleure coordination entre Pôle emploi et ces dernières. L’institution nationale est clairement montrée du doigt : « Le CESE estime que la co-traitance, selon laquelle les missions locales accompagnent près de 150 000 jeunes orientés par Pôle emploi, ne doit pas être considérée comme une ‘soupape de désengorgement’ de ce dernier, au terme de laquelle les missions locales ne seraient pas financées à hauteur des jeunes accueillis. »
Pôle emploi doit aussi, parallèlement à la co-traitance ciblée sur les jeunes en difficultés, « améliorer son offre de service en direction des jeunes demandeurs d’emploi ».

Pertinence d’un réseau territorialisé – « Le CESE tient à souligner la qualité des résultats obtenus en termes de retour à l’emploi ou d’accès à des formations par le réseau des missions locales dans un contexte contraint, et la pertinence d’un réseau territorialisé, impliquant fortement les élus locaux dans sa gouvernance, pour définir des actions au plus près des besoins », peut-on lire encore.

La fonction publique se voit aussi adresser un carton jaune : « Succès très mitigé » pour l’apprentissage, et « bilan décevant » pour le Parcours d’accès aux carrières territoriales, hospitalières et de l’Etat (Pacte), un autre type de formation en alternance. Le recours aux contractuels est pointé du doigt : « Dans la FPT par exemple, si la part des agents non permanents est de l’ordre de 10 %, elle est en revanche de 50 % dans la tranche des moins de 24 ans et de 15 % chez les jeunes de 25 à 29 ans. »

Le rapport brocarde par ailleurs le suivi des décrocheurs. En effet, la mise en place des plateformes de suivi et d’appui aux décrocheurs, partenariales et territoriales, est « très hétérogène. En l’absence de pilote, de moyens humains supplémentaires et d’offre de formation spécifique, la mise en place de la plateforme a eu un impact très limité sur la situation des élèves décrocheurs. »
Le CESE réitère une critique déjà formulée : « La question essentielle de l’orientation ne peut se limiter à la désignation d’un délégué interministériel et à la labellisation d’organismes. »

Ouvrir le RSA aux moins de 25 ans – Enfin, le CESE propose d’assouplir les conditions d’accès au RSA pour les jeunes actifs de moins de 25 ans. Une piste pour la ministre déléguée en charge de la Lutte contre l’exclusion, Marie-Arlette Carlotti, qui a annoncé jeudi 27 septembre vouloir simplifier le RSA ?
Le « RSA jeunes n’est pas adapté », indique-t-elle dans La Croix, précisant « qu’il y a actuellement 9 000 RSA jeunes pour 100 000 annoncés lors de sa mise en place ».
« Les contraintes pour y accéder sont trop lourdes » et « cette mesure sera amenée à évoluer puisqu’elle ne correspond pas à la demande », explique encore la ministre.

Cet article est en relation avec le dossier

2 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le CESE salue le rôle des missions locales et donne des pistes pour mieux accompagner les jeunes demandeurs d’emploi

Votre e-mail ne sera pas publié

ALIMAS

30/09/2012 05h40

(09A1225A01). LA CAPACITÉ D’AUTOSATISFACTION ET DE CONGRATULATION PASSANT PAR LE LANGAGE HEXAGONAL EST REMARQUABLE ! Vous écrivez : «…Le CESE tient à souligner la qualité des résultats obtenus en termes de retour à l’emploi ou d’accès à des formations par le réseau des missions locales dans un contexte contraint, et la pertinence d’un réseau territorialisé, impliquant fortement les élus locaux dans sa gouvernance, pour définir des actions au plus près des besoins…».

J’ai des doutes sérieux sur la corrélation, la cohérence et la concordance des écarts de résultats, mesurés par un organisme public (CESE), à l’encontre d’autres services publics, entre ceux «attendus» et ceux «réalisés» au plus près des MARCHÉS ÉCONOMIQUES ET DES SERVICES MARCHANDS. Quand on interroge la jeunesse, on est surpris d’apprendre que son ambition est de devenir … FONCTIONNAIRE !

Non pas que je veuille stigmatiser (mot à la mode) les fonctionnaires mais admettez tout de même qu’il y a un énorme décalage entre le discours et la réalité du terrain ! On apprend aussi qu’il y aurait entre 400.000 et 500.000 offres d’emplois non pourvues dans le monde des services marchands ! Il est plus qu’urgent de valoriser ou revaloriser le travail manuel économique et les services marchands. Vous pensez que l’on va faciliter ce virage en créant 150.000 emplois à durée déterminée (3 ans) dits d’avenir, dans les collectivités !?

Agent Territorial Girondin

02/10/2012 06h27

Alimas a bien raison et en plus les postes qui s’ouvrent dans les colectivités sont mis en ligne pour être en règle car à 90% lorsqu’un poste s’ouvre il est déjà réservé et les entretiens qui se passent occupent les agents car là encore ce n’est que du cinéma!!! Clientélisme oblige , le « Président » désirant soigner son électorat!!
Donc si vous n’êtes pas le fils… de ou chaudement recommandé par… vous n’avez aucune chance c’est ainsi et pour votre avancement c’est également pareil, les compétences ne sont JAMAIS reconnues. Ne réussisent leur carrières que les agents ayant de bonnes manches.
Ce qui fait qu’ainsi on embauche et on embauche pour combler les incompétences.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X