En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV

Logo Gazette.fr

0

Commentaire

Réagir
Imprimer

TIC

E-administration : vers 100% de téléservices d’ici 2014 dans les grandes villes

Publié le • Par • dans : France

Imprimer

0

Commentaire

Réagir

En matière d'e-administration, les grandes villes offrent en moyenne 10 téléservices et ambitionnent d'être à 100% d'ici 2014, révèle une étude menée auprès de 21 collectivités de plus de 100 000 habitants et rendue publique le 25 septembre 2012.

 

Terminer le programme de téléservices, d’ici à 2013 ou 2014, c’est la priorité des 21 grandes villes de 100 000 habitants sondées pour l’étude « e-administration dans les grandes villes françaises «  et rendue publique le mardi 25 septembre 2012.

  • Villeurbanne indique par exemple vouloir progresser au rythme de 30 à 40 nouveaux téléservices d’ici 4 ans.
  • Tours veut maintenir son rythme d’un par mois. 
  • A Saint-Etienne, 15 nouveaux téléservices sont planifiés sur les 24 prochains mois. 
  • A Nantes, 40 à 50 d’ici à fin 2013…

En moyenne, les grandes villes propose une dizaine de téléservices hors Paris.

Le processus est donc en marche mais la France, on s’en doutait un peu, n’est pas encore le pays de référence en matière de  « smart cities » – les villes intelligentes –, à l’inverse de l’Espagne avec Barcelone, des Etats-Unis, de la Chine ou de la Corée. Mais si l’offre de téléservices décolle plus lentement en France qu’ailleurs, les villes françaises sont tout même en ordre de marche.

Payer en ligne, téléservice le plus populaire - Même si cela parait une évidence : le choix des premiers services administratifs à dématérialiser est un choix primordial.
Beaucoup de collectivités ont naturellement commencé en dématérialisant les démarches les plus fréquentes.
Le Havre a ainsi calqué son calendrier de déploiement de téléservices sur les événements forts de l’année : rentrée scolaire, élections, événement culturel, etc.
D’autres ont identifié les démarches qui pouvaient obliger des habitants à prendre des jours de congé exprès pour se rendre à la mairie. 

Résultat, le téléservice le plus populaire est :

  • le paiement en ligne,

Viennent ensuite :

  • les inscriptions des enfants en crèche, cantine, centres de loisirs,
  • les demandes liées à l’état civil,
  • les inscriptions sur liste électorales,
  • les demandes de stationnement liées au déménagement,
  • les déclarations de travaux, 
  • les signalements de tags ou de défaillances de la voirie,
  • les réservations de places pour les équipements culturels et sportifs, etc.

En toute logique, les directions les plus impactées par les projets d’e-administration sont les suivantes : 

Les directions les plus impactées

Suivre la DGME a ses limites - Les villes sont surtout en attente d’exemples, note le livre blanc. 
Un travail d’identification des principales demandes des administrés a déjà été effectué par l’Etat, au travers de la DGME, qui suit l’évolution des usages dans son Baromètre de la qualité de service.
Plusieurs villes se sont donc rapprochées de la Direction générale de la modernisation de l’Etat, notamment via monservicepublic.fr
« Une démarche légitime pour commencer une stratégie d’e-administration, mais qui peut rapidement trouver ses limites », nuance l’étude.

D’autres villes admettent agir par opportunisme, en mettant en oeuvre ce que leur préconisent leurs fournisseurs, en particulier les éditeurs de logiciel.
Cette option n’est pas forcément mauvaise ; elle rejoint l’idée du déploiement des services les plus populaires, le rôle de l’éditeur étant justement d’automatiser les tâches les plus courantes.

Que désigne-t-on exactement par e-administration ?

L’e-administration, ou administration électronique selon Wikipedia « désigne l’utilisation des TIC par les administrations publiques visant à rendre les services publics plus accessibles à leurs usagers et à améliorer leur fonctionnement interne ».  Ainsi, l’e-administration symbolise l’ensemble des apports possibles des TIC aux missions des administrations, depuis la modernisation des procédures internes (gestion des finances, dématérialisation, gestion électronique de document, etc.) jusqu’à la mise à disposition de services aux citoyens au travers du web, du téléphone, de cartes à puce, etc.

Haut de page

Imprimer

0

Commentaire

Réagir
Publicité

Liens sponsorisés

Tous les fournisseurs

Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.