Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Logement

Jean-Marc Ayrault proclame le logement priorité du gouvernement

Publié le 25/09/2012 • Par Agnès Thouvenot Delphine Gerbeau • dans : A la une, France

Construction logements plan large_une_juridique
PHOVOIR
En ouverture du congrès de l'Union sociale pour l'habitat (USH), mardi 25 septembre 2012, le Premier ministre a rappelé le rôle central des bailleurs sociaux dans la construction de 500 000 logements par an sur le quinquennat. Il a également annoncé la conclusion d’un accord avec les partenaires sociaux pour le financement de la politique du logement.

Accueilli sous les cris des manifestants du Crédit Immobilier de France, le Premier ministre, accompagné de la ministre du Logement Cécile Duflot, a ouvert le congrès annuel de l’USH. L’occasion pour lui de décliner la feuille de route des mois à venir sur le dossier des politiques de l’habitat, au-delà du projet de loi sur le foncier public examiné aujourd’hui à l’Assemblée nationale.

En ce qui concerne le secteur HLM, Jean-Marc Ayrault a réaffirmé la suppression du prélèvement sur la trésorerie des bailleurs sociaux à compter de 2013, une mesure qu’il juge « profondément injuste».
Une concertation est cependant en cours avec l’USH pour déterminer de nouvelles modalités de mutualisation des fonds propres des bailleurs.

Des objectifs reposant sur le logement privé – « Une grande partie de nos objectifs de production repose cependant sur le logement privé. Un nouveau dispositif immobilier d’incitation fiscale inscrit dans le projet de loi de finances va être mis en place. Il sera conditionné par des loyers abordables et une localisation pertinente des logements. L’avantage sera modulé en fonction de cette implantation géographique », a précisé le Premier ministre.

Une table ronde réunissant les investisseurs institutionnels – banques, assurances, etc. – va également être organisée, pour diagnostiquer les raisons de leur retrait du marché immobilier, et les conditions de leur retour.
Enfin, la fiscalité des terrains constructibles va être renforcée dans le projet de loi de finances, afin de décourager la spéculation foncière.

Rôle partenarial des collectivités – Le Premier ministre a également insisté sur le rôle partenarial des collectivités locales, et souhaité le renforcement de la délégation des aides à la pierre, alors que certaines intercommunalités réfléchissent à s’en retirer.
Un mécanisme de péréquation financière pour le moment très flou, sous forme de bonus/malus au bénéfice des communes qui s’engagent pour la construction de logements dans les secteurs où les besoins sont les plus importants, est également à l’étude.

Enfin, le printemps sera encore riche en actualité logement, puisque Jean-Marc Ayrault a évoqué à plusieurs reprises une loi sur le logement, l’urbanisme et la ville pour le printemps, contenant notamment un dispositif plus approfondi d’encadrement des loyers, des mesures pour lutter contre l’artificialisation des espaces agricoles naturels et l’étalement urbain.

Relais de la Banque postale – En réponse aux manifestants du Crédit immobilier de France, et aux inquiétudes de la présidente de l’USH Marie-Noelle Lienemann sur le financement de l’accession sociale à la propriété, il a en outre été évoqué le relais de la Banque Postale pour les dossiers actuellement en cours de traitement.

Sur le sujet du financement et du montant des aides à la pierre, fixé dans le projet de loi de finances présenté vendredi, Jean-Marc Ayrault est resté vague, insistant sur le fait que les retards de construction sont plus dus aux aléas administratifs et bureaucratiques que financiers.

Un nouvel accord entre Action Logement et le gouvernement

A l’occasion de l’ouverture du Congrès HLM à Rennes le 25 septembre 2012, le Premier ministre a annoncé la conclusion d’un accord avec les partenaires sociaux pour le financement de la politique du logement. Après trois années de budget fléché unilatéralement par le gouvernement sur le financement de l’Anah et de l’Anru, les temps changent et la négociation est de retour. L’UESL Action Logement (ex 1 % Logement) et le gouvernement s’apprêtent à signer un accord pour trois ans, à compter de 2013. « Bien que cet accord présente des points positifs, le prélèvement de l’Etat de 1,2 milliard d’euros reste excessif et ruine le système s’il se poursuit », insiste Hervé Capdevielle, vice-président de l’UESL Action Logement.

Selon les termes de cet accord, Action Logement apportera 1,5 milliard d’euros chaque année à destination du logement social. « Soit l’équivalent de 950 millions de subvention, ce qui double notre effort par rapport aux années précédentes », précise Hervé Capdevielle. Cette aide aux organismes HLM sera financée par un prêt que l’UESL contractera auprès de la Caisse des dépôts, sur le fond d’épargne du livret A. L’objectif est de proposer aux organismes HLM des prêts à des taux bonifiés. « Nous financerons prioritairement les projets qui s’inscrivent dans les objectifs de l’accord national interprofessionnel (ANI), signé en avril 2012. »

Toutefois, malgré les demandes des partenaires sociaux de limiter leur participation au financement de l’Anru à 500 millions d’euros, ils continueront en 2013 à apporter 800 millions d’euros à la rénovation urbaine. « Nous participerons à titre exceptionnel aussi à hauteur de 400 millions d’euros au Fonds national d’aide au logement (Fnal) pour aider les ménages dans un contexte de crise économique ». L’abondement d’Action Logement à ce fonds, limité à trois ans, sera dégressif.
Enfin, Action Logement compte créer une nouvelle filière dédiée à la colocation. Elle y consacrera 300 millions d’euros en 2013.

Pour 2013, la mise en œuvre opérationnelle de cet accord devra faire l’objet d’un décret : « Depuis la loi Boutin, nous étions dans une logique règlementaire. Le gouvernement nous a promis de modifier ce cadre et revenir à la contractualisation », insiste Hervé Capdevielle. Les négociations doivent s’ouvrir d’ici décembre.

Cet article est en relation avec le dossier

5 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Jean-Marc Ayrault proclame le logement priorité du gouvernement

Votre e-mail ne sera pas publié

ALIMAS

25/09/2012 04h51

JE SUIS TRÈS DUBITATIF SUR LA SINCÉRITÉ DE CETTE PROCLAMATION. Je sais que je vais encore choquer, mais je ne peux laisser passer les aberrations et incohérences de Jean-Marc AYRAULT et de son gouvernement en matière de politique du logement. Proclamer le logement prioritaire après avoir abroger la loi sur l’augmentation du droit à construire de 20 %, est à mon sens, une incohérence et une aberration.

Aujourd’hui, nous devons redistribuer voire réapproprier l’espace urbain, périurbain et rural en fonction des besoins générationnels. Les heureux et nombreux propriétaires de pavillons individuels, logeant peu de monde mais avec des emprises de terrain considérables, construits dans les villes et leur proche périphérie ont conduit aux constructions de logements collectifs, de plus en plus éloignés et isolé des villes. Comme les emprises de terrain sont aujourd’hui occupées par des personnes (le plus grand nombre en retraite), qui n’ont plus besoins de crèches, d’écoles, de gymnases, d’équipements parascolaires, etc. … on tourne en rond !

La fameuse idée de vivre en ville comme à la campagne à aujourd’hui comme «CONSÉQUENCE» une trop grande emprise de surfaces pour des pavillons privés, que l’on a laissé construire pendant des années, en ville et milieu urbain. Je ne sais pas si l’on dispose d’une carte typologique des catégories d’âges occupant des sols en ville et milieu urbain ? On y verrait un fort pourcentage de personnes en retraite, souvent âgées, vivant seule ou en couple et monopolisant beaucoup de surface de jardin, de garage, de loisir, etc. … qu’elles n’utilisent pas et n’entretiennent pas.
Je vous invite à aller voir l’article et mon commentaire : CONFÉRENCE ENVIRONNEMENTALE. Conférence environnementale : la feuille de route prévoit une agence pour la biodiversité, freiner l’étalement urbain. [http://www.lagazettedescommunes.com/130606/conference-environnementale-la-feuille-de-route-prevoit-une-agence-pour-la-biodiversite-freiner-letalement-urbain/]. Publié le 24/09/2012. (09A1182). ALIMAS 25/09/2012, 08h47.

Sébastien

25/09/2012 06h26

Aleas administratifs et bureaucratiques…. Il est sur que ces problèmes ont surgi comme par enchantement cette année… Je dirai que le retard de construction est plus du à l’envoi d’une navette sur Mars, c’est plus logique non?
Il est temps de regarder les choses en face et de les prendre à bras le corps!
Et annoncer un PSE aux salariés du CIF sans en avoir préalablement et officiellement informer les représentants du personnel: c’est pas une erreur fondamentale de firme remettant le PSE même en cause?

Sébastien

25/09/2012 06h31

En quoi le relais de la banque postale apporte une réponse aux salariés du CIF?
Est-ce pour dire: la banque postale a consulté votre data-room et peut dorénavant faire ce que vous faites sans reprendre vos emplois?
Merci en tout cas M Ayrault, nous sommes véritablement rassurés sur notre sort!

ida.magneron

25/09/2012 10h08

on va essayer d’être encore patient ! il y a peu de temps (je vous laisse reprendre le calendrier) c’était l’extinction du CIF pure et simple avec une gestion de l’encours, j’espère que la parole que nous avons porté à Bercy les a fait réfléchir, notre mobilisation, nos arguments ont été entendus, il apparient à tous les acteurs de poursuivre un seul objectif bâtir une organisation avec le plus grand nombre d’entre nous, pour poursuivre notre intervention dans l’accession sociale de qualité, et faire comprendre que productivité n’est pas synonymes de qualité et sécurisation, le CIF n’est pas fait de logiciel mais d’hommes et chaque fois que la machine a pris le pas sur l’homme de l’art l’expérience n’a pas été concluante, à ce jour je considère que le gouvernement a fait un pas dans notre direction et il nous appartient de lui éviter des erreurs en subissant !

Chérel Paul - pas de pseudo

29/09/2012 01h35

Ces effets d’annonce sont di plus haut comique. on voit surtout, un Etat qui n’a absolument olus les moyens de s’occuper d’un problème qu’il a créé en voulant s’en occuper, compter sur « les autres » pour apporter leur concours, partenaire, banqus, etc; On voit donc surtout dans quel sens les « pomes à fric » vont fonctionnetavec , en premier lieu, l’épargne des Français. Paul Chérel

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X