Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Animation

Une réflexion est-elle en cours sur le statut des bénévoles dans les activités d’animation ?

Publié le 25/09/2012 • Par Delphine Gerbeau • dans : Réponses ministérielles

Oui. Dans une décision du 14 octobre 2011, le Conseil d’État a confirmé que la réglementation française applicable au contrat d’engagement éducatif (CEE) n’était pas conforme au droit de l’Union européenne (directive n° 2003/88 CE du 4 novembre 2003) en tant qu’elle ne prévoyait ni repos quotidien, ni repos compensateur.
La réglementation nationale du CEE, issue de la loi de 2006 relative au volontariat associatif et à l’engagement éducatif, excluait en effet les titulaires de ce contrat d’un repos quotidien sans prévoir de repos compensateur.
Les ministres chargés de la jeunesse et du travail ont installé en septembre 2011 un groupe de travail réunissant des représentants des différentes parties prenantes (organismes du secteur et administrations concernées) présidé par André Nutte, inspecteur général des affaires sociales honoraire.

Rendu en mars 2012, le rapport a estimé nécessaire de sécuriser juridiquement le CEE en organisant un régime dérogatoire au repos quotidien dans les limites fixées par le droit européen. Il a souhaité également étudier la question de la création d’un volontariat de l’animation.
Dans cette perspective, des dispositions permettant la réduction ou la suppression du repos quotidien des titulaires de CEE ont été introduites dans la loi relative à la simplification du droit et à l’allègement des charges administratives publiées le 22 mars 2012 en modifiant l’article L. 432-4 et en créant les articles L. 432-5 et L. 432-6 dans le code de l’action sociale et des familles. Conforme à la directive européenne, ce dispositif permet aux animateurs d’assurer la surveillance permanente des mineurs qui leur sont confiés et de bénéficier de repos compensateurs équivalents aux repos quotidiens qu’ils auraient dû prendre.

Le rapport a considéré que la réflexion sur un statut de volontaire de l’animation, souhaité par des mouvements de jeunesse et d’éducation populaire, et celle sur la mise en œuvre de solutions techniques visant à sécuriser le CEE ne devaient pas être exclusives l’une de l’autre, le volontariat ne pouvant avoir vocation à se substituer totalement au CEE.

Ce volontariat permettrait une meilleure prise en compte de l’engagement durable des jeunes s’inscrivant dans les valeurs portées notamment par les mouvements d’éducation populaire et de jeunesse. Cette question nécessite d’être étudiée de manière approfondie. Comme l’a souligné le président du groupe de travail dans son rapport, l’institution et la pérennité d’un tel statut ne seront en effet assurées que si celui-ci est totalement conforme au droit européen.
Il ne devrait en particulier permettre aucune confusion entre un volontaire et un travailleur auquel s’appliqueraient les dispositions de la directive européenne de 2003. Par souci de transparence, au mois de juillet, la ministre chargée de la jeunesse a souhaité rendre public ce rapport qui est désormais accessible en ligne. Par ailleurs, un bilan sera effectué sur l’application du nouveau dispositif en y associant tous les acteurs concernés : mouvements de jeunesse, associations, jeunes, employeurs, syndicats de salariés, élus locaux et parlementaires. C’est à l’issue de ce travail collectif qu’il sera possible d’envisager les évolutions nécessaires.

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Une réflexion est-elle en cours sur le statut des bénévoles dans les activités d’animation ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X