Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Politique de la ville

Le fonds d’investissement qatari sera bien alloué à des entrepreneurs de banlieues

Publié le 21/09/2012 • Par Hugo Soutra • dans : France

Arnaud Montebourg a assuré, jeudi 20 septembre, à des élus de banlieues que le fonds qatari – au coeur d'une controverse avant l’élection présidentielle puis un temps susceptible d’être réorienté – débloqué par l'Association nationale des élus locaux pour la diversité (Aneld) était bien destiné à des entrepreneurs de quartiers difficiles.

Le ministre du Redressement productif « nous a assuré que le fonds était majoritairement destiné aux banlieues, pour des créations ou du développement d’entreprises », a confié, visiblement rassuré, le président-fondateur de l’Association nationale des élus locaux pour la diversité (Aneld) Kamel Hamza.

En juin dernier, Le Parisien avait affirmé que le gouvernement et l’ambassade du Qatar envisageaient de réorienter ce fonds, initialement destiné aux entrepreneurs des quartiers défavorisés, vers l’aide aux petites et moyennes entreprises. L’Aneld avait alors évoqué « un hold-up » et réclamé un rendez-vous d’urgence avec Arnaud Montebourg.

Un fonds susceptible d’être réalimenté – « Il sera abondé par des fonds français pour devenir un fonds franco-qatari », a ajouté Kamel Hamza à l’issue de la rencontre, sans pouvoir préciser le montant global.
« Nous restons toutefois vigilants parce que nous ne connaissons pas les modalités de la mise en place de ce fonds », susceptible d’être réalimenté, a ajouté celui qui est par ailleurs conseiller municipal UMP à La Courneuve (Seine-Saint-Denis).

A l’automne 2011, Kamel Hamza et neuf autres élus locaux issus des banlieues parisiennes ainsi que des quartiers populaires de Roubaix et Marseille avaient sollicité l’aide de l’émir du Qatar, cheikh Hamad bin Khalifa al-Thani.
« Le ressenti de la crise est décuplé en banlieue. A défaut d’attendre un geste en faveur de nos administrés, nous avions saisi l’opportunité qatari. Nous sommes élus pour agir » se justifiait-il à l’époque.

Ils étaient repartis de Doha avec la promesse qu’une enveloppe de 50 millions d’euros, soit 10% du budget du ministère de la Ville, serait mise à disposition des jeunes entrepreneurs des cités, en manque de subsides pour financer leurs projets.

50 millions qui avaient suscité la polémique – Le Qatar, émirat pas plus grand que la région parisienne, y voyait le moyen de gonfler son carnet d’adresses et de développer desrelais d’influence parmi ceux qu’ils considèrent être les futures élites françaises.

L’initiative avait toutefois été reportée avant l’élection présidentielle, afin d’éviter son instrumentalisation politique.
La présidente du Front national, Marine Le Pen, avait notamment accusé le Qatar « d’investir massivement » sur une base communautaire dans les banlieues, où vivent de nombreux musulmans. Oubliant au passage, que le critère d’attribution n’était pas confessionnel mais territorial.

« Plutôt que fantasmer sur les intentions qataries, nous ferions mieux de nous interroger sur l’action de la politique de la ville : 0,15% du budget total de l’Etat, c’est bien insuffisant ! Mais appeler au secours des puissances étrangères n’est pourtant pas une bonne solution pour réintégrer les banlieues dans la République Française… » avait, pour sa part, réagi le sénateur (PS) de Seine-Saint-Denis et ancien Maire de Clichy-sous-Bois, Claude Dilain.

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le fonds d’investissement qatari sera bien alloué à des entrepreneurs de banlieues

Votre e-mail ne sera pas publié

lector

22/09/2012 11h03

Nous ne pouvons qu’être d’accord avec Claude Dilain. Il n’est pas acceptable que des fonds étrangers soient déversés dans des banlieues pour des raisons qui sont loin d’être absentes d’arrières pensées.
Que des entreprises étrangères investissent, avec des projets industriels ou de service précis, dans ces banlieues avec embauche et formation des gens qui y habitent oui.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X