Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Aménagement du territoire

Lyon-Turin : regain d’optimisme pour l’avancée du projet

Publié le 19/09/2012 • Par Claude Ferrero • dans : Régions

Les comités Transalpine et Transpadana se réjouissent du projet de liaison ferroviaire considéré comme projet-clé du Réseau central de transport de l’Union européenne. Ils misent sur la rencontre des chefs d’état et de gouvernement de la France et d’Italie en décembre 2012 à Lyon pour signer les derniers accords afin de commencer les travaux du tunnel de base d’ici fin 2013.

Depuis une vingtaine d’année, le projet de liaison ferroviaire Lyon-Turin est ponctué de traités, d’enquêtes et autres sommets franco-italiens –sans compter l’opposition des défenseurs de l’environnement- qui illustrent l’avancée d’un dossier au rythme d’un tortillard plutôt que du TGV.
Or, la rencontre à Lyon le 13 septembre des comités Transalpine et Transpadana pourrait bien marquer un changement de ton et un nouvel optimisme chez les promoteurs du projet, rassemblant tout ce que comptent d’élus et d’acteurs économiques les deux côtés de la frontière alpine.

Lyon-Turin, c’est maintenant ! – « Le projet est prêt à démarrer » résume aujourd’hui l’industriel Franck Riboud, président du comité Transalpine, tandis que Jean-Jack-Queyranne confie avoir indiqué, récemment, au président de la République, « Lyon-Turin, c’est maintenant ». Le 13 septembre, les deux dirigeants ont aussi rencontré Frédéric Cuvillier, ministre des Transports, et le représentant de la Commission Européenne en charge du Lyon-Turin. Des entretiens qui suivent les rencontres entre les présidents de la France et de l’Italie en juin et la semaine dernière, avant un nouveau sommet prévu à Lyon en décembre où le Lyon-Turin sera à l’ordre du jour.

Une accélération du calendrier qui intègre plusieurs décisions dont les promoteurs du projet ont pris acte « avec satisfaction », notamment sur deux points :

  1. La liaison Lyon-Turin « s’inscrit parfaitement dans la logique du Pacte pour la Croissance et l’Emploi » adopté par le Conseil Européen, écartant par là-même le Lyon-Turin de la remise en cause des grands projets d’infrastructure évoquée par le gouvernement français.
  2. Le financement attendu par l’Europe à hauteur de 40% du tunnel de base sur la période 2014-2020 (coût total : 8,5 milliards d’euros). « Les perspectives sont bonnes et nous sommes optimistes » a déclaré à Lyon Gauthier Etel, de la Commission européenne.

Projects bonds – Concernant les modalités de financement, une idée fait aussi son chemin avec les « projects bonds », un nouveau type d’emprunts qui seraient lancés en commun par plusieurs pays européens. D’ici la rencontre de décembre, les deux comités Transalpine et Transpadana appellent les chefs d’état français et italien à ratifier l’accord déjà signé (en janvier 2012 !) permettant de constituer la nouvelle société chargée de la réalisation et de l’exploitation du futur tunnel de base.

2 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Lyon-Turin : regain d’optimisme pour l’avancée du projet

Votre e-mail ne sera pas publié

ssrw38

20/09/2012 08h21

Il va falloir se décider un fois pour toutes. Sinon ce projet risque de coûter plus cher en réunions, concertations et palabres et tout ordre que la construction proprement dite ! Or pendant que l’on discutaille les camions et voitures continuent à encombrer les asxes alpins donc à polluer grave.

Acidebase

24/09/2012 10h24

C’est absolument faux : depuis 2000 le trafic de PL dans les Alpes franco-italienne du Nord, diminue.
C’est absolument vrai : le trafic automobile dans les agglomérations augmente dont celui des diesels. C’est lui le principale, et de loin, pollueur.

Tout sur la NLFLT sur : http://lesmollettes.eu/

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X