Urbanisme

Comment s’articule la réglementation du droit des sols avec les autres législations ?

Par • Club : Club Techni.Cités

Le principe selon lequel l’indépendance des législations concerne l’application du droit des sols a été établi par le Conseil d’Etat (Conseil d’Etat n° 38893 du 1er juillet 1959 « Sieur Piard »). Conformément à ce principe, l’article L. 421-6 du code de l’urbanisme prévoit que le permis de construire ne peut être accordé que si les travaux projetés sont conformes aux dispositions législatives et réglementaires relatives à l’utilisation des sols, à l’implantation, la destination, la nature, l’architecture, les dimensions, l’assainissement des constructions et à l’aménagement de leurs abords.

Le principe d’indépendance des législations a pour avantage la sécurisation juridique de chacune des autorisations à laquelle est soumis un projet. Les décisions prises sur les autorisations administratives étant indépendantes, la non-conformité du projet à une législation sanctionnée par une des autorisations n’entache pas la légalité des autres autorisations.

Par ailleurs, l’intégration de l’ensemble des règles applicables à un projet aboutirait à un allongement des délais d’instructions. Or, le demandeur peut souhaiter s’assurer aussitôt que possible de la conformité de son projet aux règles d’urbanisme, parallèlement à la poursuite de l’ensemble des démarches nécessaires à l’aboutissement de son projet.
Des articulations entre les procédures ont néanmoins été instituées. Le permis de construire peut ainsi tenir lieu d’autorisation au titre de réglementations, ne relevant pas du droit de l’urbanisme mais de champs connexes, moyennant toutefois l’accord d’une autre autorité administrative. Tel est notamment le cas en matière de protection du patrimoine, s’agissant des projets situés dans les périmètres de protection des monuments historiques ou dans une aire de mise en valeur de l’architecture et du patrimoine.

Il en va de même pour les projets situés en coeur de parc national ou en réserve naturelle, au titre de la protection de la nature. Par ailleurs, le permis de construire peut être subordonné à l’accord d’une autre autorité administrative. Il en va ainsi pour les projets en site classé.

Quoiqu’il en soit, les assouplissements apportés au principe d’indépendance des législations ne sauraient aboutir à une ingérence de l’autorité administrative dans des rapports entre personnes privées relevant de conflits de voisinage. Ces rapports n’ont pas vocation à faire l’objet d’une approbation par l’autorité administrative, dans la mesure où une telle intervention ne relèverait pas de la poursuite d’objectifs d’intérêt général.

cet article est en relation avec
Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

Thèmes abordés

Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X