Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
  • Accueil
  • Actualité
  • France
  • « N’ayez pas peur du mécénat culturel ! » – Marianne Camus-Bouziane, déléguée de l’Admical en Rhône-Alpes

Culture

« N’ayez pas peur du mécénat culturel ! » – Marianne Camus-Bouziane, déléguée de l’Admical en Rhône-Alpes

Publié le 18/09/2012 • Par Hélène Girard • dans : France

A la veille du séminaire sur le mécénat culturel, organisé à Paris, le 19 septembre 2012, par l’Observatoire des politiques culturelles (OPC) et Territorial, la Gazette a interviewé Marianne Camus-Bouziane, consultante et déléguée de l’Admical ( l'Association pour le développement du mécénat), en Rhône-Alpes.

Avec Jean-Pascal Quilès, directeur adjoint de l’OPC, elle est co-auteur de l’ouvrage « Guide du mécénat culturel territorial » et sera co-animatrice du séminaire. Tout en encourageant les acteurs culturels locaux à s’engager dans la diversification de leurs ressources financières, elle est met en garde contre quelques écueils.

Après l’annonce, le 10 septembre 2012, du retrait de l’Etat de plusieurs futurs équipements culturels, beaucoup d’élus en ont appelé aux mécènes. Qu’en pensez-vous ?

Il faut rester conscient que les mécènes ne remplaceront jamais l’Etat. Pour la simple raison qu’ils financent des projets, pas des dépenses de fonctionnement ou d’équipement. Comme disait Jacques Rigaud [ancien haut-fonctionnaire co-fondateur de l’Admical (1)], leur rôle n’est pas de pallier les fonds de tiroir d’un Etat défectueux.

Comment analysez-vous l’évolution du mécénat culturel ?

Actuellement, la tendance est plutôt à la baisse. Cela tient à la crise, mais surtout au fait que le mécénat culturel est de plus en plus souvent associé des projets de solidarité. C’est une tendance forte des dix dernières années.

Pour une entreprise, il est de plus en plus difficile de soutenir la culture pour elle-même. Il faut garder en tête que le mécénat est une stratégie d’entreprise, qui doit rencontrer l’adhésion des actionnaires et des salariés. Or les ces derniers s’engagent plus facilement en faveur de projets où domine la notion de solidarité. Les projets culturels les intéressent quand, par exemple, ils constituent des vecteurs d’insertion pour des jeunes en difficultés sociales. C’est ainsi. Il faut l’accepter. Cette tendance est renforcée par le fait que les entreprises développent le mécénat de compétences, qui impliquent directement les salariés.

Que faire pour que le mécénat se développe ?

Il faut articuler projets culturels et enjeux de société et se montrer inventifs dans les démarches de collecte de fonds, notamment en jouant la carte du mécénat de proximité. L’avenir dépendra aussi de la façon dont les pouvoirs publics feront évoluer le déploiement de leurs subventions. S’ils aidaient à la recherche de mécénat, ils donneraient les moyens aux acteurs culturels de créer des partenariats avec le monde économique : le ratio entre le temps passé à chercher des fonds et le gain financier serait alors bien plus intéressant.

Sur quoi les acteurs culturels doivent- ils réfléchir avant de s’engager dans la recherche de dons ?

D’abord, il faut prendre en compte la taille de l’équipement culturel et sa situation géographique, afin de bien orienter la recherche de fonds. Une grande entreprise nationale ne s’intéressera pas à un musée départemental, municipal, ou rural, car ce dernier ne pourra pas lui offrir les retombées médiatiques qu’elle attend. Cela peut paraître politiquement incorrect de dire cela. Mais c’est une réalité: toutes les structures culturelles ne peuvent pas avoir accès au mécénat de la même manière et sur les mêmes montants. Cela renvoie au développement du mécénat de proximité, avec les petites et moyennes entreprises.

De plus, les petites institutions culturelles n’ont pas le personnel dédié à la recherche de fonds. Dans ce cas, si on fait le ratio entre le temps passé à solliciter les mécènes et les montants collectés, le gain financier reste faible. Par ailleurs, la démarche est encore peu professionnalisée et reste très informelle. Mais il y a des perspectives de développement. Simplement, pour les petites structures, les démarches se font d’une autre manière que pour les institutions nationales qui travaillent avec les grandes entreprises.

Autre écueil : il faut arriver à renouveler l’intérêt des donateurs sans devoir à chaque fois recréer un nouveau projet. C’est une grande difficulté, qui demande beaucoup de créativité aux acteurs culturels. Ces derniers doivent parvenir à intéresser les entreprises sans bien sûr que leurs projets soient instrumentalisés.

Beaucoup d’acteurs culturels ne risquent-ils pas de se décourager ?

Non, je leur dis : n’ayez pas peur du mécénat ! Car il n’est jamais dans l’intention des entreprises de détruire un projet culturel. S’ils dimensionnent la recherche de fonds au projet, à la localisation, à la taille et au rayonnement de l’équipement, ils peuvent trouver les bons arguments. A condition bien sûr d’être au contact des entreprises, de ne pas manquer les occasions de défendre leur projet, sans perdre de vue le contexte de crise.

Notes

Note 01 Association pour le développement du mécénat Retour au texte

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

« N’ayez pas peur du mécénat culturel ! » – Marianne Camus-Bouziane, déléguée de l’Admical en Rhône-Alpes

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X