énergie

La transition énergétique, premier débat lancé par la Conférence environnementale

| Mis à jour le 22/07/2013
Par • Club : Club Techni.Cités

D’ici fin 2012, un appel d’offres devrait être lancé pour la création d’un parc éolien au large du Tréport et de Noirmoutier.

Fotolia

Jean-Marc Ayrault a clôturé samedi 15 septembre 2012 la Conférence environnementale en rappelant que le premier grand chantier du gouvernement était la transition énergétique.

« Il nous faut rompre avec le ‘tout nucléaire’ pour la production d’électricité, avec le ‘tout pétrole’ pour les transports », des politiques jugées « antinomiques avec cette société de la sobriété que nous voulons promouvoir ».

Plusieurs mesures prioritaires vont être prises, alors que le débat sur la transition énergétique s’ouvrira dans les prochaines semaines.

Lutte contre la précarité énergétique – Ainsi, la proposition de loi de François Brottes, président de la commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale, qui instaure la tarification progressive de l’électricité et du gaz et l’extension du tarif social, sera soutenue par le gouvernement.
Huit millions de personnes pourraient être concernées par ce tarif social, qui ne bénéficie actuellement qu’à un million de personnes.

Rénovation thermique – Autre priorité, la mise en œuvre d’un programme de rénovation énergétique visant à réhabiliter sur le plan thermique 1 million de logements.
Un guichet unique de la rénovation sera mis en place d’ici la fin de l’année, et complété par des outils de financement innovants, tels que le produit des enchères carbone, ou celui des certificats d’économie d’énergie.

Vers un « mix énergétique » – Autre ambition, développer et structurer une filiale industrielle des énergies renouvelables, et de l’efficacité énergétique : le Premier ministre a rappelé « qu’en 2011, la France avait importé pour 60 milliards d’euros de pétrole et de gaz, ce qui a participé massivement de notre déficit extérieur. »

Rappelant les objectifs formulés par le président lors de sa campagne, le Premier ministre a affirmé vouloir diminuer la part du nucléaire de 75 % à 50 %. « La centrale de Fessenheim sera fermée à la fin de l’année 2016 », a-t-il promis, tout en « fermant » aussi officiellement la porte au gaz de schiste…

Soutien à la filière éolienne, au dispositif d’obligation d’achat, suppression de l’obligation d’appartenir à une zone de développement éolien (ZDE) : il s’agit de « booster » aussi l’éolien « offshore ».
D’ici fin 2012, un appel d’offres devrait être lancé pour la création d’un parc éolien au large du Tréport et de Noirmoutier.

Quant à la filière solaire, elle devra favoriser les grandes installations, disposant de grands espaces de toit, pour éviter la consommation de terres agricoles.
Les tarifs de rachat seront ajustés début 2013.

Enfin, l’Ademe lancera au début de l’année prochaine des « démonstrateurs d’énergie éolienne » (dispositifs pilotes).
Les biocarburants de première génération, par contre, devront marquer une pause dans leur développement.
Le taux de défiscalisation des biocarburants baissera à partir de 2014, pour s’éteindre fin 2015.

« Ce n’est pas la révolution »

Corinne Lepage, ancien ministre de l’Environnement, avocate spécialisée dans le droit de l’environnement

« Décider de fermer la centrale nucléaire de Fessenheim en 2016 me paraît être une date trop tardive, car l’Autorité de sûreté nucléaire a recommandé de réaliser des investissements de mise en sécurité sur cette unité, à hauteur de 20 à 30 millions d’euros. Ce sera autant d’argent perdu pour EDF… Au-delà, je m’interroge sur la faisabilité financière de la transition énergétique, car passer de 75 % à 50 % de production d’électricité d’origine nucléaire va demander des investissements lourds. De plus, pour y parvenir, la question des réseaux pour les énergies renouvelables (ENR) est essentielle, et je n’ai pas entendu un seul mot sur ces réseaux… Je juge cela inquiétant. Je suis favorable à une sortie du nucléaire sur trente ans. Reste que financièrement, je ne sais pas comment on va financer des réacteurs EPR, pour être à 50 %, et accélérer le développement des énergies renouvelables.
En ce qui concerne la fiscalité environnementale, et celle des biocarburants, je partage l’avis du Premier ministre. Dès 2006, j’avais souligné que leur développement pouvait pénaliser les cultures destinées à l’alimentation. J’observe aussi qu’en matière de transcription de directives européennes, nous avons 12 procédures sur le dos, car nous sommes en infraction. Nous pourrions donc commencer par remplir nos obligations sur ce point. »

Les autres points abordés

Voici les autres points abordés par le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, dans son discours de clôture de la Conférence environnementale :

– CRISE ENVIRONNEMENTALE : « La crise profonde que nous traversons n’est pas seulement financière et économique, elle est aussi environnementale : les ressources naturelles s’épuisent, la biodiversité recule, la qualité de l’eau et de l’air se dégrade ».
« L’écologie n’est pas un frein ou une contrainte mais un puissant levier de croissance de la compétitivité de nos entreprises ».

– FEUILLE DE ROUTE : « Une feuille de route sera publiée la semaine prochaine. Afin de mobiliser tous les ministères, je réunirai un séminaire gouvernemental et j’adresserai aux ministres des lettres de cadrage ‘développement durable' ».

– ECONOMIES D’ESSENCE : « Je fixe aujourd’hui un nouvel objectif à nos chercheurs et à nos industriels : dans 10 ans, nous devrons disposer de véhicules consommant 2 litres d’essence pour 100 km. Soit un niveau près de quatre fois plus faible que la consommation moyenne du parc automobile actuel ».

– AGRICULTURE : « Le gouvernement entend maintenir le moratoire sur la mise en culture de semences OGM autorisées au niveau communautaire ». Il y aura « un nouveau plan en faveur du développement de l’agriculture biologique ».
M. Ayrault a annoncé « l’interdiction de l’épandage aérien de produits phytosanitaires, sauf en l’absence de solutions alternatives ». « L’effort de réduction de l’utilisation de ces produits sera poursuivi ».

– PERTURBATEURS ENDOCRINIENS : « Le gouvernement soutient la proposition de loi de Gérard Bapt pour l’interdiction du bisphénol A (déjà votée par l’Assemblée, ndlr) ».

– BIODIVERSITE : Le gouvernement souhaite mettre un frein, au niveau national, à l’artificialisation nette des espaces agricoles et naturels ». « Un calendrier précis sera fixé ».
Une terre est artificialisée lorsqu’elle est retirée de son état naturel pour en faire des surfaces bâties (parking, habitations) ou non (espaces verts, équipements sportifs).

Commentaires

1  |  réagir

18/09/2012 12h08 - Antoine

Bref, des annonces mais pas beacoup d’explications sur les moyens pour parvenir à ces objectifs.
On notera en plus que certaines décisions manquent cruellement d’intéligence (comme la décision de fermer Fessenheim, 1 an après avoir réalisé 30 millions d’euros d’investissement…).

Enfin, j’ai toujours trouvé contradictoire de vouloir à la fois réduire la dépendance de la France vis à vis des hydrocarbures tout en annonçant une réduction de la production nuclaire…

Signaler un abus

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

Thèmes abordés

Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X