Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

BILLET

Assez de faux semblants sur l’agence !

Publié le 13/09/2012 • Par Jacques Paquier • dans : Billets finances

Lancé depuis plusieurs années, le projet de création d’une agence de financement des collectivités piétine, à cause d’un Etat qui n’en finit pas de ne pas décider.

Ça commence à bien faire. Voilà plusieurs années que le projet de créer une agence de financement des collectivités est lancé. Soutenues par toutes les grandes associations d’élus, cette agence n’attend plus que le feu vert de l’Etat pour passer en phase opérationnelle. On pouvait croire que le nouveau gouvernement y était acquis, puisque son association de préfiguration compte dans ses rangs quelques élus de poids, tels que Pierre Moscovici, ou Jérôme Cahuzac… Mais tout indique qu’en réalité, l’Etat n’en veut pas. « Ce sujet ne représente aucun caractère d’urgence », confie un proche conseiller de François Hollande. « Il faut que les collectivités comprennent qu’en l’espèce, le changement, ce n’est pas maintenant », ironise, en off, un conseiller de Jérôme Cahuzac.

Hélas, il semble clair que les motivations de cette hostilité de l’Etat, au plus haut niveau, ne sont pas toutes avouables. « L’Etat préfère que les collectivités se financent auprès de la future coentreprise rassemblant la Caisse des dépôts et la Banque postale », analyse un expert. Ce qui aboutira à ce qu’elles paient deux fois pour les emprunts toxiques. Une première fois comme signataires de ces contrats boulets, et une seconde fois donc, en empruntant plus cher auprès de la Banque postale, notée A + soit moins bien que la plupart des collectivités, et donc moins bien qu’une agence les regroupant. Mais ce surcoût permettra à l’Etat et à la Caisse des dépôts de se sentir moins seul pour assumer les actifs toxiques de DMA, la société foncière de Dexia, laquelle bloque par ailleurs le dossier Banque postale… dans un imbroglio sans fin ignoré à l’Elysée.

Il ne reste plus qu’à espérer que les banques du secteur, BPCE et Crédit agricole en tête, tiennent leurs engagements pour 2012. Quant à la perspective de voir une autre solution, celle d’un financement pérenne des collectivités par les fonds d’épargne du livret A, elle constituerait un piètre lot de consolation, puisque Bercy en fixerait la quantité, le prix, et la destination. CQFD ?

Cet article est en relation avec le dossier

Thèmes abordés

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Assez de faux semblants sur l’agence !

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X