Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Développement économique

Lorraine. Météo France ne veut pas d’éoliennes près de son radar de Meurthe-et-Moselle

Publié le 26/07/2007 • Par La Rédaction • dans : Régions

Craignant des perturbations sur son radar situé sur la commune voisine de Réchicourt-la-Petite, Météo France a posé son veto à l’implantation d’une ferme éolienne de 25 millions d’euros, prévu sur la commune de Haraucourt (Meurthe-et-Moselle).
La Météorologie nationale a émis un avis défavorable à ce projet de la firme allemande Energiequelle, au motif que les dix éoliennes en question, hautes de 137 mètres et érigées à moins de 20 kilomètres du radar, risqueraient de perturber les mesures servant à établir ses prévisions pour le Grand Est.
« La marge de sécurité de 20 kilomètres que se donne Météo France est exagérée », estime le maire de Haraucourt, Christian Herbé. « Selon les experts, au-delà de 12 kilomètres, il n’y a pas de perturbation. Or, les éoliennes doivent être construites à 18 kilomètres du radar », ajoute-t-il. Il estime que la « survie économique » de sa commune de 700 habitants, située entre Nancy et Lunéville, se joue avec le projet d’Energiequelle.
« L’exploitation du sel gemme, qui constitue 20% de notre budget de fonctionnement grâce aux redevances des mines, s’arrêtera en 2015. La taxe professionnelle que nous pourrions tirer des éoliennes compenserait entièrement cette perte de revenus », explique le maire.
« Les pales des éoliennes, très réflectives, perturbent fortement les fréquences utilisées par nos radars pour mesurer les précipitations », explique-t-on au siège de la Météorologie nationale, à Toulouse.
« Météo France tient ici un langage radicalement différent de celui du gouvernement en faveur des énergies renouvelables, regrette l Christian Herbé. Nous déposerons notre permis de construire d’ici à la fin de l’année. Si la décision finale, qui appartient au préfet de Lorraine, nous est défavorable, nous irons devant le tribunal administratif.»
Une loi de 2005 institue des zones de développement de l’éolien, définies par les préfets en fonction du potentiel éolien, des possibilités de raccordement aux réseaux électriques, de la préservation des paysages, des monuments historiques, des sites protégés… et des radars militaires et météorologiques.
« Nous sommes à la recherche d’arrangements avec Météo France pour que nos éoliennes n’interfèrent pas avec le radar. Les solutions techniques existent, notamment dans l’alignement des machines », assure Etienne Thomas, développeur pour Energiequelle.
La firme, qui exploite en Allemagne quelque 380 éoliennes d’une puissance cumulée de 550 mégawatts (MW), vient d’obtenir un permis de construire pour 6 machines d’une puissance de 14 MW dans la région de Gréning-Léning, près de Sarralbe (Moselle).
Avec quelque 1 500 MW installés, selon l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), le parc éolien français reste loin derrière ceux de ses voisins européens, l’Allemagne (18 500 MW) ou l’Espagne (10 000 MW).
Selon l’association France énergie éolienne, qui regroupe quelque 160 professionnels de la filière, presque 10 000 MW pourraient être opérationnels en 2010, mais ce développement sera largement tributaire d’une « mise en oeuvre souple » du cadre réglementaire.
La question sur cette « mise en oeuvre souple » devrait être posée à la secrétaire d’Etat chargée de l’Ecologie, qui visitera, le 27 juillet, un parc d’éoliennes à Igney (Meurthe-et-Moselle).

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Lorraine. Météo France ne veut pas d’éoliennes près de son radar de Meurthe-et-Moselle

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X