Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

éducation

Développement du numérique à l’école : un rapport dénonce le fiasco du plan de Luc Chatel

Publié le 12/09/2012 • Par Michèle Foin • dans : A la une, France

Education salle de classe primaire ordinateur
Phovoir
Un rapport de l’Inspection générale de l’éducation nationale sur le suivi du plan de développement des usages du numérique à l’école (plan DUNE) - rendu public jeudi 6 septembre 2012 - conclut à un cuisant échec de ce qui devait être à l’origine « une véritable opportunité de développement de l’école et d’amélioration des résultats des élèves ».

Près de deux ans après son lancement, le plan de développement des usages du numérique à l’école (plan DUNE), lancé par Luc Chatel le 25 novembre 2010 alors qu’il était ministre de l’Education nationale, est un échec total.
C’est en tout cas les conclusions d’un rapport de l’Inspection générale de l’éducation nationale, rendu public le 6 septembre.

Cinq axes prioritaires – La finalité du plan DUNE, d’une durée de trois ans, était d’accélérer de façon significative l’usage pédagogique des outils numériques. Cinq axes prioritaires avaient été définis :

  1. faciliter l’accès à des ressources numériques de qualité ;
  2. former et accompagner les enseignants à l’usage du numérique ;
  3. relancer le partenariat avec les collectivités ;
  4. généraliser les espaces numériques de travail (ENT) ;
  5. former les élèves à un usage responsable et citoyen des nouvelles technologies de l’information.

Aux deux tiers du parcours, aucun de ces objectifs n’aura été rempli, expliquent les rapporteurs qui dénoncent la lenteur des arbitrages, l’absence d’organisation en mode projet, et la dispersion des responsabilités rendant le pilotage national très chaotique.

Formation à la traîne – 80 % des financements du plan (16 millions d’euros engagés en 2011 et 2012) ont été mobilisés sur le développement de l’accès aux ressources numériques, qui n’a au final pas donné satisfaction tant les exigences des éditeurs étaient drastiques.

En ce qui concerne la formation des enseignants, elle ne bénéficie que de 20 % des financements (4 millions d’euros), et peine à se mettre en place. « Beaucoup n’ont pas reçu de formation à l’usage de ces ressources et certains doivent encore être convaincus », souligne le rapport.
Ce qui a constitué un frein majeur dans l’implication des collectivités territoriales, « car leur préoccupation légitime est que les investissements qu’elles consentent dans les matériels, les réseaux, les ENT, se traduisent par une évolution des pratiques pédagogiques », écrivent les rapporteurs.

Par conséquent, aucune des conventions de partenariat pourtant annoncées entre l’Etat, l’ADF et l’ARF n’a finalement été signée, et au niveau local, rares sont les partenariats entre académies et collectivités qui découlent directement du plan DUNE.

Remise en cause des ENT – Mais ce qui est sans doute le plus inquiétant, c’est la remise en question du bien-fondé des ENT par l’Inspection générale, alors qu’ils étaient présentés aux académies comme une condition pour bénéficier des financements du plan.
« L’ENT ralentit les transactions, alourdit les procédures d’identification et de connexion sans apporter de véritable plus-value, la sécurité des connexions pouvant désormais être assurée par d’autres moyens », critique le rapport.

Contrairement aux outils de mobilité, l’ENT « ne favorise pas les pratiques pédagogiques innovantes ». De fait, lorsqu’un ENT existe, il est en général boudé par les enseignants, mais aussi par certains responsables académiques, pour des raisons cette fois moins honorables : « Les ENT étant le plus souvent hébergés sur un serveur géré par une collectivité territoriale, certains responsables académiques s’interrogent sur l’opportunité d’y installer des ressources pédagogiques, craignant de voir la collectivité prendre progressivement la main sur la pédagogie », dévoile le rapport.
Les collectivités qui investissent massivement dans les ENT et leur maintenance apprécieront, ainsi que les contribuables…

Cet article est en relation avec le dossier

2 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Développement du numérique à l’école : un rapport dénonce le fiasco du plan de Luc Chatel

Votre e-mail ne sera pas publié

ALIMAS

12/09/2012 06h52

(09A1090A01). LE LANCEMENT DE L’ÉCOLE NUMÉRIQUE … ! Cet article pourrait laisser supposer que Luc CHATEL serait le responsable du lancement de l’école numérique !? Il n’est qu’un maillon dans cette énorme machine qu’est l’Éducation nationale ou l’on rencontre tout et son contraire. Quand je lis ici ou là, certains commentaires émanant d’enseignants (le plus souvent plus tout jeune) mettre en doute le bien-fondé de l’entrée du numérique à l’école, je suis sans voix … ! J’espère et je souhaite que cette réalité et ses perspectives vont enfin motiver les enseignants pour prendre à bras le corps l’immense défi du numérique pour eux et pour leurs élèves ! Quant aux anciens, j’espère et je souhaite qu’ils n’aillent pas freiner des quatre fers, la mise en application de l’école numérique. J’espère qu’ils vont être des locomotives, tireurs ou pousseurs ! Comme je voudrais avoir 50 ans de moins et profiter du numérique ! Si j’avais eût les moyens pédagogiques qu’offre Internet, qu’aurais-je été et ou que serais-je vraiment, si j’avais su avant, ce que je veux, ce que je sais et ce que je peux faire maintenant ? (À 73 ans).

(09A1090A02). LA MONDIALISATION. Voilà ce que la révolution numérique via Internet, apporte et apportera aux Humains à travers la planète et au-delà : LA MONDIALISATION, PERMETTANT UN MONDE POUR CHACUN AVEC LE MONDE POUR TOUS. Je n’ai vraiment pas le sentiment que le monde enseignant de la fonction publique, ait bien pris la mesure de ce qui est en train de se produire au travers des (NTCI) : Nouvelles Technologies de la Communication et de l’Information aux niveaux des moyens de transmission, d’accession, d’acquisition, de mémorisation, etc. … des connaissances du monde, désormais à disposition de tous, en temps réel et ou différé au prorata des cultures et du développement des intelligences, des savoirs et des capacités individuelles (savoir proprement dit : Lire, écrire, parler, compter, dans une ou plusieurs langues, savoir-faire, savoir-être, savoir-vivre, etc. …).

(09A1090A03). LA RÉVOLUTION NUMÉRIQUE EST EN MARCHE … ! Il est bien là le problème pour vous les anciens, jeunes et moins jeunes d’esprit, qui n’avez pas appris et où expérimenté cette avancée technologique considérable ! En attendant, plus et plus vite vous vous impliquerez personnellement dans les techniques, technologies et méthodologies nouvelles et mieux vous percevrez l’immense progression que l’outil Internet peut vous apporter à vous et à vos élèves.

Soyez à l’initiative de vos propres changements. Intéressez-vous à ce qui se fait autour de vous, en dehors de ce que vous avez appris. Vous avez des perceptions, raisonnements et jugements à l’encontre et à la rencontre de l’enseignement numérique, dont je connais bien la cause, c’est celle du manque de savoir et de savoir-faire personnel. Vous souhaiteriez avoir davantage de recul, d’expériences acquises au travers de formation ou d’accompagnement de gens expérimentés … ! Mais savez-vous que pour nous, personnes du privé, pour le plus grand nombre nous sommes dans la même situation … !

Vous n’avez pas reçu l’enseignement nécessaire et suffisant pour que vous vous sentiez en capacité de transmettre ce que vous n’avez pas expérimenté par vous-même voire même appris tout simplement … faute de temps … oui certes … mais aussi de motivations personnelles ! Vous pensez que l’on ne peut prétendre savoir et transmettre que ce que soi-même, on a appris nécessairement et suffisamment … ! Certes, sur le principe, vous avez raison, mais voilà, tout va très vite. Une chose est à peine apprise que déjà, elle est dépassée par la suivante. Vous devez anticiper et actualiser en temps réel, car une vie qui passe sans que rien ne s’y fasse est une vie finie avant d’avoir fini de vivre. Tout changement implique des choix et donc des ruptures.

(09A1090A04). LES MARCHANDS DU TEMPLE PRIVÉ VOUS GUETTE. Les enseignants de la fonction publique ont des cheveux à se faire s’ils ne prennent pas le train des réformes et, en particulier, celles consistant à être créatifs et novateurs pour réduire leur nombre et leurs dépenses ! L’école numérique est à votre porte MM et MME de l’enseignement publique. Prenez ce virage sous votre responsabilité individuelle sinon, votre avenir sera sombre.

Si j’avais un conseil à donner aux enseignants du publique, je leur recommanderais de se réveiller car la concurrence du monde numérique privé les guette via les nombreuses offres de soutien scolaire. Pourquoi après tout ne pas se dire que cette forme d’enseignement, rendue possible via Internet, ne puisse pas s’étendre ?

Loys Bonod

11/11/2012 06h12

Les contribuables apprécieront surtout ces investissements lourds des collectivités locales sans jamais partir des besoins des enseignants. Le résultat n’a – dans ces conditions – rien de surprenant.

A lire à ce sujet : « Gabegie numérique » d’Antoine Compagnon ou sur mon blog : « Ma petite entreprise » http://www.laviemoderne.net/clapotis/020-ma-petite-entreprise.html

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X