Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[opinion] décentralisation

Une affaire trop sérieuse pour les territoriaux ?

Publié le 07/09/2012 • Par La Rédaction • dans : France, Opinions

Alexandre El Bakir

Alexandre El Bakir

Administrateur territorial

Ce propos de Clemenceau est célèbre : « La guerre est une chose trop grave pour la confier à des militaires. » A en juger par certains signes concernant la décentralisation, les territoriaux sont des militaires, au regard de ce que pourrait être leur implication.

Trois réalités peuvent poser question. En premier lieu, la façon dont l’action publique locale est présentée dans les débats de non-spécialistes. L’avenir des collectivités est souvent abordé au travers du seul prisme financier, sans que l’esquisse d’une vision stratégique ne soit exposée, sans que les premiers praticiens que sont les territoriaux n’aient voix au chapitre.
Exemple : il a fallu l’action des associations représentatives pour que des territoriaux soient associés à la conférence sociale de juillet.

On peut également s’interroger sur la composition des cabinets ministériels. Il est de tradition que les fonctionnaires d’Etat, au premier rang les énarques, soient représentés.
Mais, à observer la composition de cabinets dont l’action publique est pourtant dépendante de celle des collectivités (développement durable, logement et égalité des territoires…), il est incompréhensible que les cadres territoriaux y soient aussi peu présents.
La logique de réseau de l’ENA fonctionnant à plein, il y a fort à parier que les politiques mises en place ne seront pas marquées du sceau de l’ardeur décentralisatrice.

Enfin, l’écho limité rencontré par des initiatives territoriales ambitieuses pose question. A l’instar du « manifeste de la décentralisation », présenté en juin par l’Association des administrateurs territoriaux de France, ou du rapport de l’Association des régions de France publié début juillet, « Les régions au cœur du nouvel acte de décentralisation », ces productions peinent à susciter l’intérêt hors du monde territorial.

Comme les livres d’une bibliothèque – Ce constat est décevant car ces initiatives traitent d’enjeux cruciaux. « Le Tigre » aurait-il donc raison ? Les territoriaux ne sont pas plus éminents que d’autres, mais ils constituent sans doute un danger : ils risqueraient, par leurs propositions et la plus grande variété de leurs profils, de mettre à mal de puissantes oligarchies.
Peut-être un autre propos de Clemenceau illustre-t-il cette situation : « Les fonctionnaires sont comme les livres d’une bibliothèque : ce sont les plus haut placés qui servent le moins. »

Thèmes abordés

2 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Une affaire trop sérieuse pour les territoriaux ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Girondin

08/09/2012 06h34

Merci pour cet article très interessant.
Il est vrai qu’en termes de corporatisme la FPT n’arrive pas à la cheville des fonctionnaires d’Etat.
Mais ne nous voilons pas la face on nous considère comme une fonction publique peu noble par rapport aux admirables serviteurs de l’état ( qui par parenthèse n’ont pas su éviter d’envoyer le pays dans le mur de la dette ). Pourtant :
Qui contribue à réaliser, sans s’endetter déraisonnablement, les 3/4 des investissements publics en France ?
Qui contribue à offrir les services de proximité dont nos compatriotes sont plutôt satisfaits ?
C’est la fonction publique territoriale dans son ensemble !
Alors au moins un peu de reconnaissance SVP et pas seulement pour y verser les fonctionnaires d’état en surnombre qui viennent nous apprendre la mise en œuvre d’une RGPP totalement inadaptée à notre contexte.

jackiesardou

09/09/2012 07h51

Un article étonnant, qui laisse à penser ou repenser jusqu’au fondement même de la décentralisation. Une question ancestrale pour ne pas dire anhistotique persiste, celle de la persistance d’une forme de (aller j’ose) jacobinisme ou logique de reproduction pour reprendre Bourdieu ? Ce qui est paradoxale quand des politiques publiques « centrales » sont portées par les collectivités, notamment la région. Est-ce que cela va changer maintenant que la gauche est au pouvoir ? Et pour quoi cela changerait ?

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X