Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

éditions

Le tome 2 de Aurélie Boullet/Zoé Shepard en librairie ce jeudi 6 septembre

Publié le 03/09/2012 • Par Karine Ménégo • dans : Régions

Suspendue huit mois en 2010 après la parution de "Absolument dé-bor-dée, ou le paradoxe du fonctionnaire", un premier livre sur la fonction publique territoriale au vitriol, la jeune administratrice de la région Aquitaine Aurélie Boullet, alias Zoé Shepard, commence ce lundi 3 septembre 2012 la promotion de « la saison 2 », comme la qualifie l'éditeur, Albin Michel.

Intitulée « Ta carrière est fi-nie », cette suite de 299 pages reprend les mêmes ressorts : une jeune administratrice tente de faire correctement son travail au milieu de territoriaux plus veules et incompétents les uns que les autres, à deux exceptions près, et d’élus aveuglés par leur propre intérêt.

Si les services de la région Aquitaine n’ont pas souhaité réagir, l’auteure, elle, accepte bien volontiers de parler de son second livre, mais aussi de son désir d’« évoluer ».
« Je serais intéressée par l’évaluation des politiques publiques », indique celle qui aurait pu intégrer une chambre régionale des comptes, si ses écrits n’avaient pas défrayé la chronique dès la sortie du premier livre, en mars 2010.

Auteure d’un blog, qui lui a permis d’être repérée par l’éditeur, Aurélie Boullet ne se cache plus derrière le pseudonyme de Zoé Shepard pour dénoncer « la paresse, le népotisme, le gaspillage des deniers publics et le mépris des encadrants à l’égard des catégories B et C […]. Des pratiques intolérables, qui ont lieu dans de nombreuses collectivités, vu ce que j’ai constaté mais surtout vu ce que j’ai lu et entendu », affirme la jeune femme.

L’idée de changer le système chemine – Toujours en poste au conseil régional d’Aquitaine, qu’elle a réintégré en janvier 2011, avec un poste taillé sur mesure pour éviter la surchauffe avec certains de ses collègues heurtés par ses écrits, cette jeune administratrice estime « faire [son] possible, à [son] échelle pour que cela change ». « D’abord par mon poste actuel, qui consiste à trouver des financements pour les projets de la région, donc à lutter contre le gaspillage. Mais aussi par mon engagement auprès de la CGT, auprès de qui je suis toujours syndiquée », développe la trentenaire, avant d’ajouter : « Quand j’entends Didier Migaud (ndlr : Premier président de la Cour des comptes) expliquer que la croissance des dépenses des collectivités est incompatible avec une sortie de crise, je me dis que l’idée de changer ce système chemine ».

Pourtant, les travers dénoncés dans le livre sont connus de tous. Et on les retrouve aussi bien dans la sphère publique que dans les entreprises de droit privé.

Extraits :

  • « Notre DRH réalise sans doute qu’après huit années d’études passées à rêver de servir l’intérêt général, se retrouver dans un no work’s land ponctué de réunions stériles est tout simplement invivable »
  • « Le DGS a profité du creux de l’été pour revaloriser le régime indemnitaire des cadres supérieurs : ils vont toucher 600 euros de plus par mois […]. L’administration propose une revalorisation des primes des catégories C de 12 euros bruts […]. Le raisonnement de notre DGS m’apparaît pourtant logique […]. D’un coté, une armée de directeurs, tous reliés à l’arbre généalogique du Don (ndlr : le maire de la collectivité), et capables de lui renvoyer l’ascenseur. De l’autre, une masse anonyme de salariés peu informés et sans relations »
  • « Nous allons être les chefs de files des Assises de la coopération décentralisée. […] Mais aucune de nos coopérations n’est axée sur le développement durable ! »
  • « Il faudra parler du choc des cultures entre des agents qui voudraient parfois faire quelque chose de concret et des élus qui ne rêvent que de bâtir de vastes usines à gaz d’où rien ne sort jamais »
  • « Une subvention est une allocation sans contrepartie. Si nous leur demandons de travailler pour nous, il faut passer un marché public ». Réponse de ses responsables : « Trop long, trop compliqué […] Tes codes, tes seuils, tes critères, je m’en cogne »

Recours pour excès de pouvoir – A l’issue d’un conseil de discipline, en juillet 2010, Aurélie Boullet a écopé d’une sanction de 10 mois de suspension, dont quatre mois ferme, notamment pour manquement au devoir de réserve.
Cette dernière a déposé en septembre 2010 un recours pour excès de pouvoir devant le tribunal administratif de Bordeaux, qui n’a toujours pas tranché.

Cet article est en relation avec le dossier

Thèmes abordés

4 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Le tome 2 de Aurélie Boullet/Zoé Shepard en librairie ce jeudi 6 septembre

Votre e-mail ne sera pas publié

Esteban

03/09/2012 06h32

Un nouveau pamphlet qui, à l’instar de celui de Henri Rouant-Pleuret « Abruti de fonctionnaire » montre les dysfonctionnements de l’administration. On pourra regretter cependant le battage médiatique autour de ce livre sous une thématique d’une auteure soit disant « en difficulté » alors que les ventes de son précédent livres l’ont largement mise en sécurité. Elle continue donc à travailler dans une institution de son plein gré tout en la dénigrant ouvertement. Cela dit, ce livre est une lecture agréable, tout comme « Abruti de fonctionnaire » que je préfère car bien plus incisif et dont la presse ne parle pas assez malgré sa position en tête des ventes également. Espérons que cet ouvrage permette à la problématique de l’inefficacité de la fonction publique de trouver une issu, ce dont je doute.
Merci Zoé Shépard, Henri Rouant-Pleuret (allez le rencontrer sur FB) et les autres pour oser publier des livres sur un sujet souffrant d’une omerta de taille..

Stop

03/09/2012 10h44

Après un premier qui avait une nouvelle fois stigmatisé les fonctionnaires, voici le numero deux. Vivement l’arrêt de ses pages qui nuisent à l’image de la fonction publique.
Dénoncer les abus fait parti de la Démocratie… Mais écrire de tels « brulots » n’améliore pas la situation et ne sert qu’à enrichir quelqu’un qui voit le verre à moitié vide : où est votre sens du service public, et tout simplement du respect??

depassage

02/09/2013 10h03

Pourquoi se voiler la face ? moi je dis bravo pour son courage. Tout ceci existe, je sais de quoi je parle et c’est excellent que quelqu’un parmi nous ait eu le courage de dénoncer, qui plus est sur le ton qui est le sien. Moi j’ai bien ri à la lecture de ce livre.
Le respect, dites-vous ? le sens du service public ? Mais de quel respect parlez-vous ? de quel sens du service public ? Soyons sérieux, les premiers à en manquer sont les élus eux-mêmes qui ne sont là que pour leurs propres intérêts ! il faut le vivre de l’intérieur pour le croire, c »en est tellement ridicule parfois que difficile crédible pour quelqu’un de l’extérieur !

Elodie

10/09/2012 01h50

J’espère au contraire qu’il y aura un tome 3 tellement on ne se lasse pas de l’écriture de Zoé ET des réactions offusquées des hypocrites territoriaux.
En revanche, Abruti de fonctionnaire, on va oublier : écriture indigente, plagiat raté d’Absolument débordée, orthographe désastreuse, bref, très mauvais.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X