Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
  • Accueil
  • Actualité
  • A la une
  • Conférence environnementale : l’association Amorce s’alarme de ne pas pouvoir participer au débat

Développement durable

Conférence environnementale : l’association Amorce s’alarme de ne pas pouvoir participer au débat

Publié le 03/09/2012 • Par Arnaud Garrigues • dans : A la une, France

Bennes à ordure pour le tri sélectif
Phovoir
La principale association des collectivités et des professionnels sur les questions de gestion des déchets, de l’énergie et de l’environnement n’a pas été invitée par le gouvernement à participer à la Conférence environnementale organisée les 14 et 15 septembre 2012. Une situation qui inquiète Nicolas Garnier, délégué général d’Amorce.

Nicolas Garnier, délégué général de l’association Amorce ne décolère pas. Alors que la Conférence environnementale organisée par le gouvernement doit se tenir les 14 et 15 septembre prochain, l’association attend toujours son ticket d’entrée pour participer à ces trois demi-journées de tables rondes qui vont fixer des objectifs et une méthode pour mettre en place la transition écologique et énergétique.
Or, rappelle Nicolas Garnier, Amorce représente 473 collectivités territoriales réparties sur l’ensemble de la France (soit plus de 55 millions d’habitants) et 247 professionnels adhérents.

Une association reconnue lors de la campagne – « Certes, le rôle des collectivités est reconnu par le gouvernement, admet-il, car ces dernières disposent d’un grand nombre de représentants à cette conférence ».
Plusieurs associations d’élus (AMF, ADF, ADCF et ARF) ont en effet été invitées à y participer aux côtés des ONG luttant pour la protection de l’environnement (FNE, WWF, etc.).

Mais il n’admet pas que la seule association de collectivités qui soit spécialisée sur ces questions ne fasse pas partie de ce débat, « alors qu’elle a été identifiée et reconnue par François Hollande lors de la campagne présidentielle. Ce dernier nous a d’ailleurs renvoyé un texte de huit pages où il s’engage en répondant aux propositions que nous avions formulées lors de cette campagne », ajoute-t-il.

Changer la gouvernance – Les deux thématiques les plus importantes pour Amorce concernent le changement de gouvernance en matière de gestion des déchets – notamment les relations avec Eco-emballages – ainsi que la décentralisation de la politique énergétique.

Sur ce deuxième point, Nicolas Garnier souligne que son association présente l’avantage de représenter toutes les strates du mille-feuille territorial (communes, intercommunalités, départements, régions) et de pouvoir imaginer une nouvelle répartition des responsabilités sans chercher à favoriser l’une ou l’autre de ces strates.
De nombreuses questions se posent en effet pour savoir quels types de décisions peuvent être transférées à ces différents niveaux de collectivités.

Le silence du ministère – Des propositions pour aller vers « une transition énergétique décentralisée et une tarification progressive incitative de l’énergie » seront présentées jeudi 6 septembre lors d’une conférence de presse.
Et si le ministère de l’Ecologie, de l’énergie et du développement durable reste insensible à ce dernier appel, le délégué général assure qu’il n’en restera pas là, sans donner plus de précisions sur ces futurs leviers d’action.

Il reconnait que depuis quelques mois, il n’a plus aucun retour du ministère. Tout au plus lui a-t-on fait savoir qu’il serait reçu après la Conférence environnementale. « Aujourd’hui, nous sommes obligés de passer par les autres associations pour avoir des informations », regrette-t-il.

A l’heure actuelle, il est difficile de savoir quelle sera la méthodologie employée par le gouvernement après la tenue des cinq tables rondes des 14 et 15 septembre.
« Peut-être est-il prévu de nous associer à ce moment là, mais nos propositions concernent le contenu aussi bien que la forme. Et il sera alors sans doute trop tard pour les appliquer. Il ne faut pas refaire un Grenelle 3 », conclut-il.

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Conférence environnementale : l’association Amorce s’alarme de ne pas pouvoir participer au débat

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X