Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
  • Accueil
  • Actualité
  • Régions
  • Vélo en libre-service : « Mettre en évidence les avantages et inconvénients des différents montages juridiques » – Roland Ries (Gart)

transports

Vélo en libre-service : « Mettre en évidence les avantages et inconvénients des différents montages juridiques » – Roland Ries (Gart)

Publié le 29/08/2012 • Par Claudine Farrugia-Tayar • dans : Régions

La Gazette a interrogé Roland Ries, président du Groupement des autorités responsables de transport (Gart), en préparation d'un colloque sur le VLS le 11 septembre 2012 à Strasbourg.

Le 11 septembre prochain, la communauté urbaine de Strasbourg organise un colloque sur le thème « Le vélo partagé, où en est-on ? ».
Pourquoi ce colloque ?

Nous sommes à la croisée des chemins. La première expérience de vélos en libre-service (VLS) remonte à 1976, à La Rochelle. A Strasbourg, « Vélo-location » a été lancé en 1992.
Actuellement, la référence est le Vélib, à Paris.

L’objet de ce colloque n’est pas de dire que tel système est meilleur que l’autre. Il s’agit de mettre en évidence les avantages et inconvénients des différents montages juridiques – DSP, régie ou concession.

Le « VLS » est l’un des éléments de la panoplie des autorités organisatrices, dans leur recherche d’intermodalité. Il s’agit aussi de montrer que nous sommes en train de changer de paradigme, que le vélo partagé ne remplace pas une politique « vélo ».

Existe-t-il une corrélation régie/DSP et prix de revient de chaque vélo en libre-service pour la collectivité ?

Strasbourg, ville cyclable, a une part modale « vélo » de 14 %, globalement. Il faut savoir que le coût d’un vélo en libre-service s’inscrit dans une fourchette de 400 à 4 000 euros par an, payé par la collectivité.

Ce qui coûte cher, c’est de rapporter le vélo à la station d’origine. Et lorsque la part modale du vélo en libre-service est importante, la typologie de services doit suivre : lorsque par exemple, le vélo est accessible par carte bancaire, cela coûte cher.

En fin de compte, nous voyons à présent des délégations de service public dans lesquelles la lisibilité du modèle économique est plus grande.

Régions

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Vélo en libre-service : « Mettre en évidence les avantages et inconvénients des différents montages juridiques » – Roland Ries (Gart)

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X