Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
  • Accueil
  • Actualité
  • Régions
  • Ile-de-France. Le campement des squatteurs d’Aubervilliers qualifié de trouble à l’ordre public

Logement

Ile-de-France. Le campement des squatteurs d’Aubervilliers qualifié de trouble à l’ordre public

Publié le 04/09/2007 • Par La Rédaction • dans : Régions

Le camp de tentes installées depuis deux mois à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) par des squatteurs de logements sociaux demandant à être relogés a été reconnu le 3 septembre par le tribunal de Bobigny comme un trouble à l’ordre public, a-t-on appris auprès de l’avocate des mal-logés.
Le tribunal a ainsi donné gain de cause à la municipalité (PCF). Celle-ci avait assigné en référé les 112 personnes recensées mi-juillet sur ce campement de 80 tentes installées depuis le 11 juillet sur le parvis de l’école Joliot-Curie, dans le quartier de la Maladrerie, et demandait leur expulsion.
Selon Me Ludivine Lubaki, l’avocate des occupants des tentes, « le tribunal a estimé qu’il y avait un trouble manifestement illicite du fait de la situation géographique du campement, situé aux abords d’une école », avec « le risque de perturber la circulation des élèves et des parents », un risque « sanitaire » et de « nuisances sonores ».
Cette décision n’étant pas, selon l’avocate, immédiatement exécutoire, elle « devra préalablement être notifiée à tous les assignés », avant le recours à la force publique.
Un rassemblement de soutien est organisé le 4 septembre à 18 heures devant le campement, a-t-on appris auprès de Droit au logement.
L’office d’HLM d’Aubervilliers, propriétaire des logements squattés (98 début juillet), a toujours indiqué – comme la mairie – qu’il se refuserait à reloger ces personnes ayant payé entre 1.000 et 3.000 euros à des intermédiaires pour prendre possession d’appartements laissés provisoirement vides pour être réhabilités.
Les squatteurs sont, selon leur avocate, pour la plupart des réfugiés politiques ivoiriens, « très majoritairement en situation régulière » et « ayant fait une demande de logement social ».

Thèmes abordés

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Ile-de-France. Le campement des squatteurs d’Aubervilliers qualifié de trouble à l’ordre public

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X