Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Sécurité

Zones de sécurité prioritaires : la liste des villes retenues, la réaction des élus

Publié le 06/08/2012 • Par Hervé Jouanneau • dans : A la Une prévention-sécurité, Actu prévention sécurité, France

Police nationale
antwerpenR_Flikr-cc
Saint-Denis, Cayenne, les quartiers nord de Marseille mais également Amiens ou encore Vauvert ont été choisis pour faire partie des quinze zones de sécurité prioritaires. Une partie des élus locaux concernés s'en félicitent tandis que les autres s'en étonnent.

Les 15 premières zones de sécurité prioritaires (ZSP), annoncées le 31 juillet par le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, sont désormais connues. Dans son édition du 4 août, le quotidien « Le Parisien » en révèle la localisation : la Seine-Saint-Denis (Saint-Denis, Saint-Ouen), Paris (Paris XVIIIe), les Yvelines (Mantes-la-Jolie, Mantes-la-Ville), l’Essonne (Corbeil-Essonne), la Somme (Amiens), le Nord (Lille), l’Oise (Méru et Chambly), la Moselle (Fameck et Uckange), le Bas-Rhin (Strasbourg), le Rhône (Lyon IXe), les Bouches-du-Rhône (Gardanne et Bouc-Bel-aire), Marseille (Marseille IIIe, XIIIe, XIVe, XVe et XVIe), le Gard (Vauvert et Saint-Gilles), l’Hérault (Lunel et Mauguio) et la Guyane (Cayenne, Matoury, Remire-Montjoly). Ces ZSP, définies par le ministère, seront déployées en septembre et précéderont 40 à 50 autres zones, que les préfets devront définir en concertation avec les élus locaux.

Des territoires ciblés – Selon une circulaire du 30 juillet, publiée par la Gazette, ces ZSP « correspondent à des territoires ciblés dans lesquels des actes de délinquance ou d’incivilités sont structurellement enracinés ». Les 15 premières zones concernées sont touchées par des phénomènes très divers : cambriolages dans les zones rurales de l’Oise où une ZSP est mise en place, trafic de stupéfiants et règlements de comptes dans les quartiers nord de Marseille par exemple, violences urbaines comme dans les zones rurales choisies en zone gendarmerie.  Les ZSP devraient combiner l’action de différents services de l’Etat : police et gendarmerie, mais aussi justice, fisc ou encore différents services en charge de la répression des fraudes diverses.

La réaction des élus locaux concernés par ces zones ne s’est pas faite attendre. « Si l’objectif affiché par les zones de sécurité prioritaire est de remettre des forces de police sur le terrain, s’il s’agit de mettre en place une action de sécurité renforcée sur des territoires bien ciblés, si l’idée est de pouvoir mutualiser l’ensemble des forces de polices et de gendarmerie qui aient une réelle connaissance des phénomènes de délinquance, alors je soutiens cette démarche », a déclaré le maire (UMP) de Vauvert (Gard), Gérard Gayaud.

A Méru (Oise), en revanche, le maire ne cache pas son agacement. « Encore associer Méru à la délinquance, ça me fait râler, a confié le maire (UMP) Yves Leblanc. C’est stigmatiser une ville qui ne le mérite plus ».
Même sentiment pour Jean-Claude Perrin, maire (UMP) de Bouc-Bel-Air (Bouches-du-Rhône) qui se dit « le premier étonné par cette décision » de classer sa ville en ZSP.

Inquiétudes sur les effectifs – A Marseille, en revanche, les élus socialistes des cinq arrondissements du nord de la ville classés en ZSP se sont félicités, à l’instar du député (PS) Patrick Mennuci, de « la mise en place d’une action de sécurité renforcée ».
Satisfaction également d’Emilie Thérouin, adjointe verte au maire socialiste d’Amiens, dont la ville avait voté au début de l’été un voeu pour être désignée ZSP. « Au-delà d’une présence policière renforcée à moyen terme, il s’agit d’instaurer dès septembre des méthodes de travail pragmatiques, évaluables, partenariales, et c’est tant mieux ! » a-t-elle indiqué sur son blog.

Côté professionnels, le syndicat Alliance, deuxième chez les gardiens de la paix, a déploré « l’absence totale de concertation avec les organisations syndicales avant l’annonce médiatique de cette réforme ». 
Le syndicat se dit notamment « surpris » de ne rien savoir « des missions, effectifs et moyens matériels affectés à ces 15 ‘cibles' ». Il prévient qu’il « ne saurait accepter l’idée que certains services soient démunis (…) au motif de concentrer les efforts sur les zones prioritairement définies ».

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Zones de sécurité prioritaires : la liste des villes retenues, la réaction des élus

Votre e-mail ne sera pas publié

Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X