Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
  • Accueil
  • Actualité
  • Europe
  • Une étude estime que la séparation des réseaux n’est pas la seule solution pour libéraliser les marchés de l’énergie

Energie

Une étude estime que la séparation des réseaux n’est pas la seule solution pour libéraliser les marchés de l’énergie

Publié le 12/09/2007 • Par La Rédaction • dans : Europe

Séparer les producteurs d’énergie de leurs réseaux de transport, comme le prône la Commission européenne, n’est pas la seule solution pour libéraliser le marché européen de l’énergie, estime le cabinet français de conseil Cap Gemini dans une étude parue le 11 septembre.
« Une réglementation rigoureuse pourrait conduire aux mêmes résultats », conclut l’étude.
Plusieurs pays, dont la France et l’Allemagne, opposés à cette réforme avaient plaidé cet été en faveur d’une « régulation renforcée et harmonisée » des réseaux.
La Commission européenne, désireuse d’ouvrir davantage à la concurrence le marché énergétique des 27 Etats membres, doit proposer le 19 septembre plusieurs solutions aux groupes européens pour scinder leurs activités de production et de transport.
Si un producteur d’énergie possède son réseau de transport, il pourra soit céder cette activité (séparation patrimoniale), soit en rester propriétaire mais en confier l’exploitation à un opérateur indépendant (« independent system operator », ISO), selon Bruxelles.
Les entreprises concernées devront avec cette réforme « faire face à des coûts supplémentaires, liés à la constitution des nouvelles sociétés », coûts qui seront « supérieurs » avec la deuxième solution, selon Cap Gemini.

Thèmes abordés

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Une étude estime que la séparation des réseaux n’est pas la seule solution pour libéraliser les marchés de l’énergie

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X