Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Sécurité

Mini-motos : la ministre de l’intérieur ordonne une « plus grande fermeté »

Publié le 18/09/2007 • Par La Rédaction • dans : France

Michèle Alliot-Marie a annoncé, le 17 septembre, avoir donné des « directives » aux préfets et services de police pour qu’ils fassent preuve de la « plus grande fermeté » vis-à-vis des conducteurs de minimotos circulant en infraction sur la voie publique. Et ce, «en procédant notamment à la saisie systématique des véhicules en infraction ».
Cette annonce intervient après un accident survenu le 16 septembre à Gonesse (Val-d’Oise) où deux enfants de 3 et 7 ans qui se trouvaient sur une minimoto à l’arrêt eurent été renversés et grièvement blessés par une moto qui circulait avec un quad.
La ministre rappelle que si « la circulation sur la voie publique des véhicules à deux roues ‘moteur’, comme des quads, est interdite dès lors qu’ils ne sont pas réceptionnés, c’est-à-dire non conformes aux normes communautaires », celle des minimotos y est, « quant à elle, strictement interdite ».
Les conducteurs de ces engins, en infraction, « s’exposent à une sanction lourde […] les forces de l’ordre doivent alors prescrire la mise en fourrière du véhicule en vue de sa confiscation », rappelle la ministre.
C’est en ce sens qu’elle a donné ses directives, non sans rappeler que les maires ont également le droit « d’interdire la circulation de ces engins sur les chemins ruraux et certains axes non ouverts à la circulation ». Les policiers municipaux ont alors compétence pour sanctionner de telles infractions.
Elle souhaite également que « soient mieux encadrées l’offre et la vente de ces engins », et estime que la réglementation, qui permet que les mini-motos homologuées par la Commission européenne puissent être vendues comme des produits de loisirs destinés aux enfants « alors qu’elles peuvent atteindre des vitesse de 30 à 45 km/h doit être revue ».
A cet égard, la ministre de l’Intérieur précise aux maires qu’elle a saisi les ministres de l’Ecologie et de l’Economie, « afin que les évolutions nécessaires de la législation soient engagées dans les meilleurs délais, en liaison avec la Commission européenne ».

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Mini-motos : la ministre de l’intérieur ordonne une « plus grande fermeté »

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X