Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Sécurité civile

Les pompiers, en congrès, veulent sauver le secours aux victimes

Publié le 24/09/2007 • Par La Rédaction • dans : France

Une fois n’est pas coutume, les pompiers appellent à l’aide. L’organisation du secours aux victimes est « à bout de souffle », alerte la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France (FNSPF), qui fera des propositions de réforme lors de son 114e congrès, du 26 au 29 septembre à Clermont-Ferrand.
Dans un manifeste de 45 pages, « Sauver le secours à personnes », la FNSPF dresse un tableau alarmant des dysfonctionnements et avance des idées pour mettre le système français au niveau de celui de la plupart de ses voisins européens.
Le président Sarkozy, qui avait noué des liens étroits avec les pompiers comme ministre de l’Intérieur, clôturera le congrès le 29 septembre. La ministre de tutelle, Michèle Alliot-Marie (Intérieur) ne s’y rendra finalement pas.
« J’ai le sentiment que Nicolas Sarkozy va venir jeter les lignes directrices de ce qu’il entend réformer dans ce domaine et même y apporter un calendrier », a affirmé, confiant, le colonel Vignon, président de la FNSPF.
Le secours à personnes représente 2,8 millions d’interventions en 2006 (+180% en 13 ans), soit 70% des sorties des 252.400 pompiers, une proportion qui ne cesse d’augmenter.
Cette tendance se conjugue avec des tensions entre le Samu (les « blancs », le « 15 ») et les pompiers (les « rouges », le « 18 »).
Temps de réponse au téléphone, délais d’intervention, répartition des tâches : les pays anglo-saxons et germaniques ont tout écrit, noir sur blanc, depuis longtemps. En revanche, « il manque dans notre pays un cadre précis qui définisse ce que l’on attend d’un service public et qui permette qu’on applique des règles », a explique le colonel Jean-François Schmauch, auteur d’une thèse comparative de différents systèmes de secours.
Forts de leur maillage territorial (8.100 centres), de 10.000 infirmiers et médecins, de compétences d’intervention dans des conditions difficiles (désincarcération, montagne, gouffre, etc.) et d’une « culture de la crise », les sapeurs-pompiers forment, affirment-ils, « la colonne vertébrale » des secours, qu’il est impératif de simplifier. Le numéro d’appel européen 112 pourrait devenir le seul numéro de secours.

Thèmes abordés

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Les pompiers, en congrès, veulent sauver le secours aux victimes

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X