Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Grand âge

Le CES défend la « solidarité collective » pour financer la dépendance

Publié le 24/09/2007 • Par La Rédaction • dans : France

Le Conseil économique et social (CES) estime que c’est « à la solidarité collective » de prendre en charge les conséquences financières de la dépendance, en veillant toutefois à ne pas trop charger le déficit de l’assurance maladie, dans un projet d’avis rendu public le 24 septembre.
Les auteurs du projet d’avis estiment que « c’est à la solidarité collective de prendre en charge les effets financiers de l’allongement de la durée de la vie », tout en évitant « que l’essentiel de la progression des dépenses ne pèse exclusivement sur l’assurance-maladie », dont le déficit 2008 devrait déjà dépasser 4 milliards d’euros.
En revanche, le CES n’a pas tranché sur le contour que devrait prendre cette « solidarité collective », et notamment la place du système assurantiel.
« Dans la solidarité, on peut voir un système assurantiel, cela existe bien pour les complémentaires santé », estime pour sa part Michel Coquillion (vice-président de la CFTC), qui présentait le projet d’avis au nom de la section des Affaires sociales du CES.
« La question des aides fiscales, de la contribution de solidarité pour l’autonomie, de l’harmonisation des taux de CSG et de la place de la prévoyance collective et individuelle fera l’objet de négociations », précise le CES, qui vient aussi d’être saisi par le gouvernement d’un avis sur le financement de la protection sociale.
Les inégalités sociales et territoriales en la matière sont importantes.
Elles se jouent d’abord sur l’espérance de vie, puisqu’à 86 ans, pour les deux sexes, les plus diplômés peuvent espérer vivre encore 20% plus longtemps que les non-diplômés.
Elles tiennent aussi à l’offre de soins et de prise en charge, puisque « le même acte médical n’est pas remboursé de la même manière que l’on soit à domicile ou à l’hôpital ».
Le maintien à domicile, souhaité par les malades et prôné par le gouvernement, « est plus lourd financièrement pour les familles », rappelle Michel Coquillion.
Pour l’encourager, le CES propose notamment de compenser partiellement la perte de salaire des « aidants familiaux » lors du congé de soutien familial.
Il préconise aussi de développer l’offre de services de soin et d’hospitalisation à domicile, en réduisant les écarts de dotations territoriales, de multiplier les petites unités de vie, structures alternatives entre le domicile et les maisons de retraite médicalisées, et d’harmoniser la réglementation en matière d’APA (allocation personnalisée d’autonomie).

Thèmes abordés

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le CES défend la « solidarité collective » pour financer la dépendance

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X