Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Sécurité

Ile-de-France. Prison avec sursis pour deux policiers municipaux de Bussy-Saint-Georges

Publié le 25/09/2007 • Par La Rédaction • dans : Régions

Le tribunal correctionnel de Meaux a condamné le 25 septembre à trois mois de prison avec sursis deux responsables de la police municipale de Bussy-Saint-Georges (Seine-et-Marne) accusés d’avoir dégradé les clôtures d’un campement de Roms bulgares en décembre 2005. Cette condamnation est conforme aux réquisitions du parquet. L’avocat des prévenus, Me Marc Giommoni, a annoncé son intention de faire appel.
M. X., 43 ans, chef de la police de Bussy, et M. Y., 35 ans, son adjoint, avaient comparu le 3 avril pour « dégradation grave du bien d’autrui commise en réunion ». Le 20 décembre 2005, tous deux s’étaient rendus, accompagnés de deux policiers et d’une assistante sociale, sur les lieux du campement pour enjoindre aux quatorze Roms qui y résidaient depuis environ depuis deux ans de quitter les lieux.
Selon les Bulgares, et deux journalistes locaux témoins d’une partie de la scène, il s’agissait d’une tentative d’expulsion, illégale, au cours de laquelle les policiers avaient détruit des clôtures, arraché des portes, renversé une table, fendu une vitre, cassé un fil à linge.
Ces dégradations avaient été constatées par les policiers nationaux du commissariat de la commune voisine de Lagny-sur-Marne. Selon les prévenus, en revanche, il s’agissait, à l’approche du froid hivernal, de proposer aux « campeurs » un hébergement provisoire, à la demande du maire.
Le tribunal, qui devait initialement rendre son jugement le 12 juin, avait finalement ordonné un complément d’information pour entendre cinq agents de la police municipale de Bussy. Quelques jours avant la date du délibéré, ceux-ci avaient envoyé un courrier au parquet pour dénoncer des pressions exercées dans cette affaire sur les deux policiers et l’assistante sociale présents lors de l’expulsion, pour les inciter à « faire de faux témoignages ». Cette « affaire dans l’affaire » fait l’objet d’une instruction en cours.

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Ile-de-France. Prison avec sursis pour deux policiers municipaux de Bussy-Saint-Georges

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X