Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Décentralisation

Les régions veulent entrer au capital des sociétés commerciales

Publié le 04/07/2012 • Par Jean-Baptiste Forray • dans : France

L’Association des régions de France (ARF) a présenté, mercredi 4 juillet, ses préconisations pour un « nouvel acte de décentralisation ». Autant de propositions qui, selon le président de l’ARF, Alain Rousset (PS), favoriseront le redressement productif.

Discrète ces dernières semaines, l’Association des régions de France (ARF) est sortie du bois au lendemain du discours de politique générale de Jean-Marc Ayrault. Le 4 juillet, elle a versé sa contribution pour un «nouvel acte de décentralisation».
En pôle-position : le développement économique et l’innovation. Selon le scénario de l’ARF, « la région a la possibilité de prendre directement une participation au capital de sociétés commerciales et de tout organisme à but lucratif. Elle est la seule dans ce cas. » Une mini-révolution qui exige une loi.

Au cœur de la banque publique d’investissement – Le nouveau pilier de cette architecture décentralisée ? La banque publique d’investissement (BPI), destinée à regrouper efforts et subsides publics en direction des entreprises d’avenir. Aux yeux de l’ARF, les régions ont vocation à y occuper une place de choix.
« Elles président le comité d’orientation de la plate-forme de la BPI et participent aux décisions d’investissement pour déployer les stratégies régionales de développement économique, souhaite l’ARF. Elles animent la coordination de la BPI régionale avec les fonds d’investissement et les réseaux bancaires. » Pour Alain Rousset (PS), président de l’Aquitaine et de l’ARF, «le redressement productif passera par les régions».

Un appel reçu cinq sur cinq par Jean-Marc Ayrault. Lors de son discours de politique générale, le 3 juillet, le Premier ministre s’est engagé à porter la BPI sur les fonts baptismaux « avant la fin de l’année ». « La banque publique d’investissement travaillera en liaison avec les territoires, particulièrement les régions » a-t-il promis. En attendant, les candidats à une expérimentation immédiate se bousculent.

Après les Pays-de-la-Loire et Rhône-Alpes, voilà Provence-Alpes-Côte d’Azur qui propose ses services. Dans un communiqué dégainé à peine deux heures après la fin de l’allocution de Jean-Marc Ayrault, son président (PS) Michel Vauzelle vante ses « instruments performants d’ingénierie financière » qui font de PACA « une région pilote en la matière ».

Les commissaires au redressement productif en question – Un enthousiasme que tempèrent les plus girondins.
Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, n’a pas (encore ?) donné suite à la requête formulée le 18 juin par Jacques Auxiette. Le président (PS) des Pays-de-la-Loire plaidait pour que les 22 commissaires au redressement productif soient « placés sous l’autorité conjointe des préfets et des présidents de région».
Depuis, il a reçu le soutien du CNER, la fédération des agences de développement économique, lors d’une conférence de presse le 4 juillet.

«Ne surajoutons pas un nouveau dispositif d’Etat, a réclamé, son président, Pascal Allizard, par ailleurs vice-président (UMP) du conseil général du Calvados. Etablissons, dès maintenant, une connexion entre les commissaires au redressement productif et nos agences de développement qui nouent un contact quotidien avec les entreprises et connaissent les projets en cours. »

Le CNER en a profité pour adresser une mise en garde aux promoteurs de la BPI. « Aujourd’hui, la réflexion se concentre beaucoup sur les fonds propres, a relevé Pascal Allizard. Pourtant, des économistes montrent que l’offre en la matière est surabondante et sous-utilisée. Les PME ont besoin de toutes sortes de prêts (ordinaires ou participatifs) et de fonds de roulement. »

Thèmes abordés

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les régions veulent entrer au capital des sociétés commerciales

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X