Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Administration et services publics

Régime d’imposition des gardes d’enfants

Publié le 10/10/2007 • Par La Rédaction • dans :

Les règles de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) applicables aux opérations liées à la garde d’enfants effectuées par les haltes-garderies découlent de l’application des principes généraux qui régissent cet impôt, tels qu’ils sont fixés au niveau communautaire par la directive n°2006/112/CE du 28 novembre 2006.
Ces règles dépendent de la nature du prestataire de services, selon un critère organique. Si les haltes-garderies sont gérées par des personnes morales de droit public, celles-ci ne sont pas soumises à la TVA, conformément à l’article 256 B du Code général des impôts (CGI).
Si elles sont gérées par des organismes sans but lucratif (associations) dont la gestion est désintéressée, elles sont exonérées de TVA conformément à l’article 261-7-1° b du CGI.
Dans les autres cas, lorsque les haltes-garderies sont gérées par des entités privées à but lucratif, celles-ci sont soumises à la TVA au taux normal. Toutefois, afin d’assurer une concurrence équitable entre les acteurs économiques, l’absence de taxation des organismes publics ou sans but lucratif disparaît lorsqu’il s’avère que ceux-ci sont en concurrence avec des entités privées à but lucratif. Cette situation doit être appréciée, sur un marché de taille pertinente en fonction de la nature et des conditions d’exercice de l’activité, par la prise en compte notamment des modes de fonctionnement ou des conditions d’accès à la structure.
De plus, afin de contribuer au développement du secteur des services d’accueil de la petite enfance, l’article 46 de la loi n°2007-290 du 5 mars 2007 instituant le droit au logement opposable et portant diverses mesures en faveur de la cohésion sociale, codifié au 8° bis du 4 de l’article 261 du CGI, exonère de TVA à partir du 1er avril 2007 les opérations liées à la garde d’enfants des établissements visés aux deux premiers alinéas de l’article L2324-1 du code de la santé publique. Cette mesure, qui vise l’ensemble des organismes assurant l’accueil des enfants de moins de trois ans, quelle que soit la forme juridique sous laquelle elles exercent, est de nature à répondre aux préoccupations exprimées.

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Régime d’imposition des gardes d’enfants

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X