Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Santé publique

Bretagne. Les pouvoirs publics veulent ringardiser l’ivresse

Publié le 22/10/2007 • Par La Rédaction • dans : Régions

Pouvoirs publics et associations lancent cet automne en Bretagne des campagnes pour « ringardiser » l’ivresse. Un mal qui provoque de plus en plus de troubles, notamment le soir dans les centres-villes.
« La première drogue ici en Bretagne, c’est l’alcool », a rappelé le maire de Rennes, Edmond Hervé (PS), en présentant une campagne destinée à « dénoncer les risques et à ringardiser les pratiques addictives ».

Encore sous le choc d’un incendie provoqué en septembre par un jeune homme ivre en centre-ville qui avait fait trois morts, la municipalité, appuyée par la préfecture d’Ille-et-Vilaine, a décidé de lancer une offensive sans précédent contre ce fléau, mais « sans discours moralisateur ».
Cette campagne d’affichage et d’information sur deux ans « ne vise pas à interdire toute consommation d’alcool », mais « à simplement affirmer qu’il est possible de faire la fête sans boire jusqu’à la ‘défonce' », précise la préfecture.

Les pouvoirs publics tentent depuis plusieurs années d’enrayer les dérives de la consommation d’alcool en centre-ville, en particulier le « binge drinking » (« biture express »), apparu en Bretagne, et ailleurs, il y a quelques années.
Selon une enquête publiée en 2005, 48% des jeunes Bretons ont connu au moins trois états d’ivresse en un an, soit presque deux fois plus que la moyenne nationale. Les ivresses régulières (au moins 10 en un an) concernent 23% des jeunes Bretons.
La Bretagne détient aussi le record du nombre d’interpellations pour ivresse sur la voie publique, selon l’Observatoire français des drogues et toxicomanies.
Depuis janvier, la police rennaise a par exemple procédé à 1.013 interpellations pour ivresse publique et manifeste, contre 593 durant la même période en 2006. Une forte augmentation que la direction départementale de la sécurité publique explique par une « vigilance accrue » et par un « phénomène d’alcoolisation grandissant ».
Le nombre d’accidents de la route mortels liés à l’alcool reste également préoccupant en Bretagne. Les chiffres oscillent, selon les départements, entre 33 et 36,2% sur 2002-2006, alors que la moyenne nationale est de 29,4%.
Les Côtes-d’Armor ont commencé à projeter dans des cinémas cette semaine un clip tourné dans le département. Il montre un jeune, ivre, partir d’une fête en voiture pour aller chercher un copain et qui finit avec une minerve dans un fauteuil roulant.
« On a voulu mettre l’accent sur les séquelles des accidents, un message peut-être plus percutant que la mort » pour les jeunes, a souligné le préfet Philippe Rey.
Que ce soit à Redon (Ille-et-Vilaine), où une bande dessinée de prévention a récemment été distribuée à des collégiens, ou dans le Finistère, où se tiennent tous les deux ans des « Défis 3 jours sans alcool », le but est de « changer la norme sociale » qui veut qu’en Bretagne, l’ivresse soit considérée comme une pratique « normale », souligne le Dr Pierre Bodenez, organisateur du « Défi brestois ».
« Dans le phénomène d’alcoolisation, la pression du groupe est importante. Le but de nos actions de prévention est de faire que celui qui boit ne soit plus valorisé socialement », résume Florence Tual, médecin à la Ddass du Morbihan.

Thèmes abordés

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Bretagne. Les pouvoirs publics veulent ringardiser l’ivresse

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X