Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Logement

Ile-de-France. Les expulsés d’Asnières craignent de se retrouver de nouveau « à la rue »

Publié le 31/10/2007 • Par La Rédaction • dans : Régions

Les expulsés d’Asnières (Hauts-de-Seine), qui avaient été évacués le 9 août d’un hôtel insalubre puis relogés début septembre dans d’autres hôtels de la région, craignent de se retrouver de nouveau « à la rue » le 2 novembre, la mairie d’Asnières ne voulant plus payer les hébergements.
« On ne sait pas où il faut aller, on ne sait pas du tout. La mairie avait pris des engagements, mais à partir de demain, elle ne paie plus les hôtels et on pourra nous mettre dehors », a raconté Ladji Meité, le délégué des familles, qui comptent 112 personnes dont 34 enfants, pour la plupart originaires de Côte d’Ivoire.
« Nous n’avons pris personne par surprise, cela fait trois semaines que nous avons annoncé que nous ne prendrions plus en charge les hôtels à compter du 1er novembre », a indiqué pour sa part le directeur de cabinet à la mairie (UMP) d’Asnières-sur-Seine, Nicolas Cellupica.
« L’Etat et la préfecture ont les moyens de prendre le relais, mais ils ont refusé. Ils avaient pourtant su mettre les moyens pour Cachan », a-t-il ajouté.
La préfecture des Hauts-de-Seine n’a pas fait de commentaire dans l’immédiat.
Lorsque les familles avaient été relogées dans les hôtels, au début du mois de septembre, la mairie s’était engagée à prendre en charge les nuitées jusqu’à ce que les dossiers de relogements définitifs soient étudiés.
« Pour nous, c’est le cas », a indiqué Nicolas Cellupica. Selon lui, deux familles attestant de « liens de permanence à Asnières » auront des logements sociaux, une dizaine de familles « relèvent » des aides au logement (1% logement) et une vingtaine de places ont été trouvées dans deux foyers.
Il a ajouté que certaines personnes, qui avaient déjà déposé des dossiers de logements dans d’autres mairies, ont été « renvoyées vers ces mairies ».
« Une seule famille a visité un logement à Asnières. Pour le reste, on n’a rien vu », déclare de son côté le délégué des familles, qui se sentent « complètement abandonnées ».

Thèmes abordés

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Ile-de-France. Les expulsés d’Asnières craignent de se retrouver de nouveau « à la rue »

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X